guatemala12042016

Le constat est terrible, l’impact du phénomène météorologique El Niño ne fait que renforcer une crise alimentaire mondiale qui touche quelque 60 millions de personnes à travers le monde, principalement en Afrique, en Asie et en Amérique latine, selon le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU.

Cette agence a souligné au cours du mois d’avril que plus de deux millions de personnes du Guatemala, du Honduras, du Salvador souffrent d’insécurité alimentaire et ont besoin d’aide extérieure pour survivre face à un épisode de sécheresse prolongée et exacerbée en cette année 2016.
« Nous travaillons pour éviter que les personnes vulnérables s’enfoncent dans la faim et pour qu’ils puissent construire des actifs durables qui résistent à des désastres potentiels », a affirmé dans un communiqué la directrice exécutive du PMA, l’Américaine Ertharin Cousin après s’être rendues au Guatemala.

Ertharin Cousin a souligné que le PAM est déterminé à « aider les gens à construire un monde avec une faim zéro» précisant « L’une des clés pour atteindre cet objectif global en Amérique centrale et ailleurs dans le monde réside dans le fait que les communautés soient en mesure de s’adapter afin de s’assurer qu’elles sont prêtes à affronter les crises climatiques et qu’elles puissent récupérer plus rapidement ».
Les personnes touchées par la sécheresse au Guatemala bénéficieront de programmes qui fournissent des espèces, des coupons ou des bons pour acheter de la nourriture, y compris des produits diversifiés et frais, une action qui doit également permettre de soutenir ainsi les commerces locaux.

Au Salvador, des bons seront distribués pour acheter de la nourriture aux supermarchés et boutiques de proximité. Au Honduras, le soutien aux familles aura également lieu aux moyens de coopératives, de banques. Dans tous les pays, le PAM et ses partenaires fournissent aux bénéficiaires une formation en matière de nutrition, ainsi qu’une aide pour la reforestation, l’irrigation et des techniques de culture de variétés résistantes.
Ertharin Cousin a visité les communautés de la zone surnommée « couloir sec », sujette à la sécheresse, et a évoqué avec la population locale la façon de surmonter l’impact du manque de pluie dans la région guatémaltèque.

Selon les analyses menées par le PAM et les gouvernements, plus de deux millions de personnes au Guatemala, au Honduras et El Salvador souffrent directement des conséquences du manque d’eau et de températures élevées en particulier les agriculteurs de subsistance qui obtiennent une récolte une fois par an. « Je suis préoccupée par les effets d’El Niño en Amérique centrale. C’est une partie oubliée du monde », a déclaré Mme Cousin dans une interview pendant sa visite au Guatemala pour en apprendre davantage sur les projets mis en place dans la région.
Elle a ajouté :« Dans le monde, on ne parle pas assez d’El Niño et quand on y fait allusion, on pense à l’Afrique de l’Est et à l’Amérique du Sud, mais pas à l’ Amérique centrale. Le monde se concentre sur les pays tels que l’Éthiopie, en oubliant de nations à revenus intermédiaires en pensant qu’elles n’ont pas besoin de la communauté internationale et qu’elles peuvent elles -même résoudre leurs problèmes, quand parfois elles ne le peuvent pas ».

(vidéo du 11/02/2016)

Au mois de novembre, les Nations unies avaient déjà annoncé le déblocage de 2,16 millions de dollars pour venir en aide aux 23 717 personnes affectées par la sécheresse dans 21 municipalités du Honduras, 1,33 million destiné à l’assistance alimentaire et 310 000 dollars pour renforcer les services de santé, la chaleur, et le manque d’eau entraînent, en particulier chez les plus fragiles, des cas de diarrhée et de déshydratation.
Le Corredor Seco concerne le Guatemala, le Salvador, le Honduras et le Nicaragua, il couvre près d’un tiers du territoire d’Amérique centrale et se caractérise par des sécheresses à répétition.

Par ailleurs, 3,6 millions de personnes à Haïti souffrent également d’insécurité alimentaire après trois années de sécheresse grave. Le PAM a d’abord répondu à l’urgence avec la distribution de nourriture pour une période de deux mois à 120 000 personnes. Il prévoit maintenant de lancer une opération d’urgence pour aider 1 million de personnes, principalement par le biais de transferts en espèces.

Le PAM a besoin de 100 millions de dollars pour aider les victimes de la sécheresse au Guatemala, au Honduras, au Salvador et en Haïti.
Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde, en fournissant une aide alimentaire, chaque année, le PAM fournit une assistance à quelque 80 millions de personnes dans 80 pays.

(vidéo du 06/01/2016)