perou19052016

Voilà une annonce qui a de quoi ravir les Péruviens, leur patrimoine culturel et naturel constitue toujours une source d’intérêt et d’attractivité, et l’emblème du pays, à savoir le site inca du Machu Picchu, a été choisi comme le plus populaire par les visiteurs du site TripAdvisor, la cité archéologique des Andes a ainsi reçu le « Travellers’ Choice 2016 ».
« Notre merveille du monde a reçu les votes de millions d’utilisateurs numériques, en obtenant la première place dans la liste. Nous espérons que cette reconnaissance contribuera à promouvoir le tourisme au Pérou », a déclaré satisfaite la ministre péruvienne du Tourisme, Magali Silva.

La deuxième place est allée à la mosquée Sheikh Zayed à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, la troisième au temple d’Angkor Wat, au Cambodge, et la quatrième place revient à la basilique Saint-Pierre au Vatican, la Tour Eiffel, symbole de Paris, se positionne à la 14e place.
Le sanctuaire de l’ancienne civilisation précolombienne est situé dans le sud du département de Cuzco, ancienne capitale de l’empire dont le nom en quechua (langue native) signifie « nombril du monde ».
TripAdvisor est le plus grand site de voyage au monde avec 340 millions de visiteurs uniques par mois et plus de 320 millions de vues et de commentaires émis sur plus de 4,9 millions de logements de vacances, restaurants et attractions.
Fort de son succès, les touristes souhaitant découvrir les splendeurs de « La vielle montagne » peuvent bénéficier d’une nouvelle voie d’accès par le train, depuis le 1er mai 2106 la station de Poroy situé à la périphérie de Cuzco est devenue un nouveau point ferroviaire permettant d’accéder à Machu Picchu Pueblo, un service proposé par la société Inca Rail.

Les visiteurs pourront ainsi se délecter des paysages uniques de la Vallée Sacrée, mais aussi profiter de la qualité de service de la classe Premium Economy qui se distingue par ses wagons confortables et des sièges en cuir cosy. Son design est minimaliste et est destiné aux jeunes passagers, il comprend également la distribution de boissons et de collations.
« Il y a beaucoup de touristes qui préfèrent passer la nuit dans la ville de Cuzco et de là, visiter la Vallée Sacrée et la citadelle Inca. Nous avons donc décidé de mettre une liaison pour faciliter l’itinéraire de ces touristes », a déclaré Luis Bournocle, directeur général de l’Inca Rail. Le nouveau service vise à transporter 10 000 passagers par an entre Machu Picchu Pueblo et Poroy.

Et pour les plus courageux et aguerris, amoureux de randonnées physiques, le réseau de sentiers du Chemin de l’Inca qui mène aux ruines de la citadelle de Machu Picchu, a été rouvert au public en mars après la réalisation de travaux d’entretien et de restauration qui lui a valu d’être fermé au mois de février, a rapporté le ministère de la Culture décentralisé de la région péruvienne de Cuzco. « Nous avons effectué des travaux de nettoyage, de conservation et d’entretien des monuments archéologiques comme Patallaqta, Inkaraccay, Huayllabamba, Runcuraccay, Sayacmarca, Conchamarca, Phuyupatamarca, Wiñaywayna, Chachabamba » a souligné Maravi.
Le fonctionnaire a expliqué que les travaux de conservation ont également été menés dans l’allée de la voie piétonne, également sur les rampes, les ponts, les digues, le drainage, les canaux de drainage des eaux pluviales, des aires de camping, des toilettes et des points de contrôle.

« Ce travail a été effectué par des équipes qui se sont rendues sur différents points du Chemin de l’Inca, malgré de fortes pluies. Nous sommes heureux du travail accompli », a-t-il ajouté.
Le Chemin de l’Inca menant à Machu Picchu est généralement utilisé quotidiennement par environ 200 touristes et 300 porteurs, qui parcourent les 48 kilomètres des sentiers durant un trek de quatre jours.

La citadelle inca du Machu Picchu, inscrite au Patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO sous le nom de « Sanctuaire historique du Machu Picchu », considérée comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde, reçoit en moyenne 1 million de visiteurs par an, un chiffre donné par les autorités officielles, ce sont près de 3300 touristes péruviens et étrangers qui foulent chaque jour ce lieu mythique de l’ancienne civilisation précolombienne. Pour faire face à un tel affût, les autorités envisagent une série de dispositions pour équilibrer au mieux le temps des visites et décongestionner ainsi les lieux .

En 2008, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO avait manifesté ses graves inquiétudes sur la gouvernance du site inscrit au Patrimoine mondial en 1983 et avait noté des problèmes urgents concernant la déforestation, les risques de glissements de terrain, le développement urbain incontrôlé et des accès illégaux au sanctuaire. Mais en 2015 l’UNESCO a décidé de ne pas inclure le célèbre parc archéologique du Machu Picchu, situé à plus de 2 400 m d’altitude entre les Andes péruviennes et le bassin de l’Amazone, sur la liste du patrimoine de l’humanité en péril. Un délai de deux ans a été accordé et devrait permettre une gestion de ce lieu hautement fréquenté et adulé pour que cette inscription ne soit pas rendue nécessaire.

Fin janvier 2016, une délégation internationale de l’UNESCO a effectué une inspection intensive (les 29 et 30 janvier) sur le site historique du Machu Picchu, des experts chargés de veiller à la préservation de ce patrimoine de l’humanité. La délégation internationale était composée par César Moreno Triana, Zancheti, Sven Niklas Schulze, Paula Bueno et l’ambassadeur du Pérou auprès de l’UNESCO, Manuel Rodriguez Cuadros.
Le vice-ministre De la Puente a déclaré que le principal objectif de ces réunions était de « protéger la valeur universelle exceptionnelle du Machu Picchu » et a exprimé sa confiance dans la réalisation des objectifs grâce au travail conjoint de toutes les entités impliquées dans la gestion et l’exploitation, la prochaine évaluation aura donc lieu en 2017 conformément à la décision prise à Bonn entre le 28 juin et le 8 juillet 2015.