chili25052016

La direction du zoo Métropolitain de Santiago du Chili a décidé de mener une action en justice contre Franco Ferrada, le jeune homme qui est entré illégalement dans la cage des lions dans le but de se suicider et dont le comportement a entraîné la mort tragique des deux félins.

C’est dans un entretien accordé à la radio Cooperativa que le directeur du parc zoologique Mauricio Fabry a déclaré « il y a là un préjudice grave, un préjudice à la propriété, il y a la mort de deux êtres vivants que nous aimions beaucoup, alors nous allons entamer une procédure ».

Franco Ferrada (20 ans) était entré, samedi dernier, en toute illégalité et inconscience dans la cage des fauves (par le toit) avant de se mettre nu et ‘d’asticoter’, si l’on ose dire, les deux lions, le protocole de sécurité a légitimé l’intervention du personnel du zoo contraint d’abattre les animaux qui avait saisi le garçon telle une proie.

Franco Ferrada est actuellement à la clinique Indisa dans un état grave, mais stable, à la suite des blessures que lui ont causées les lions. Les deux lions ont été enterrés lundi au zoo Métropolitain lors d’une cérémonie intime avec les responsables de l’établissement.

On en sait désormais un peu plus sur l’attitude du jeune homme, il a laissé une lettre dans laquelle il prétend être un « prophète » protégé par Jésus-Christ, et les experts évoquent un « délire mystique messianique ».

Dans la note qu’il a laissée avant d’entrer dans la cage, il affirme que « l’heure de l’apocalypse est venue ». » Il aurait voulu répéter le miracle du prophète Daniel « qui a survécu à l’attaque du mal », selon un expert psychiatre.

« Le tireur autonome a décidé de sauver la vie de la personne et malheureusement il a dû sacrifier deux membres de notre famille. Nous sommes très mal et très choqués », a déclaré la fonctionnaire du zoo, Alejandra Montalva.

Ce fait divers a provoqué un profond impact à l’origine d’une polémique, le public s’interrogeant autant sur les mesures de sécurité pour les visiteurs et sur le besoin de tuer les animaux pour les neutraliser. Selon les autorités du zoo national, propriété publique, le protocole de sécurité vise à « protéger d’abord, la vie des gens ».

Mauricio Fabry s’est défendu des critiques en déclarant « si quelqu’un veut briser une clôture, il peut le faire partout et pas seulement dans une cage au zoo ».

« Il n’y a pas de médicament qui puisse anesthésier un animal en une minute. Quand un animal dangereux attaque une personne, nous ne pouvons pas attendre trois à cinq minutes pour qu’un médicament fasse effet. Les tireurs autonomes ont l’obligation d’agir », a affirmé la responsable Alejandra Montalba. Les deux félins sacrifiés, un mâle et une femelle, étaient originaires d’Afrique, le zoo devrait faire l’acquisition d’autres fauves. Ce triste dénouement pour les animaux a fait le tour du monde faisant visiblement oublier l’état de détresse morale et l’état psychotique qui a poussé cet homme à se jeter dans la cage totalement inconscient de la gravité de ses actes.