bolivie02082016

Omar Medina, professeur de la société de paléontologistes du département de Chuquisaca en Bolivie, a annoncé ces derniers jours la découverte d’une empreinte de 1,2 mètre de diamètre d’un dinosaure au sud-est de la Bolivie, une région qui est considérée comme la Mecque de la paléontologie.
« Nous avons trouvé une trace d’un théropode Abelisaurus (Teropodo Alebisaurio) de 1,20 mètre de diamètre, à 64 kilomètres au nord-est de la ville de Sucre », a déclaré aux médias Medina ajoutant que cette trace de dinosaure remontait à environ 80 millions d’années.

L’expert a décrit la découverte comme historique, car « il s’agit d’un type d’empreintes très rare dans le pays, et même dans le reste du monde, même s’il y a des traces en France et en Argentine d’empreintes très similaires retrouvées en 2009 et 2010 ».
« Ce qui a été retrouvé, c’est une empreinte de théropode Alebisaurus, ce qui correspond à un carnivore, bipède, caractéristique du Crétacé supérieur vivant il y a environ 80 millions années, il devait mesurer près de 15 m de haut hauteur d’environ 15 mètres, c’était un géant ».

Cette espèce pouvait, selon les experts, mesurer jusqu’à 12 mètres de long, il avait un crâne court et allongé, avec une mâchoire puissante  « c’est une taille record pour les dinosaures carnivores de la fin du Crétacé en Amérique du Sud », a-t-il dit.
Il a également précisé qu’au cours de ces derniers mois, dans la même zone, les scientifiques ont découvert des traces de théropodes, du type de Megaraptor, ce qui place la Bolivie comme un pays à forte valeur paléontologique.
Medina a déclaré que cette nouvelle découverte pourrait permettre de connaître les voies de migration adoptée par les dinosaures en Amérique du Sud et mieux comprendre ainsi la mégafaune de la région.
« Auparavant, nous avons également trouvé des traces de sauropodes à long cou et ces découvertes et conclusions nous excitent, car cela contribue à nos recherches », a dit Medina.

Dans la zone de Cal Orck’o, au sud-est de la Bolivie, plusieurs empreintes de déplacements collectifs de dinosaures ont été mises au jour parmi lesquelles celles de tyrannosaures, hadrosaures, Megaraptor. C’est presque dans la même ville de Sucre que se situe le parc du crétacé Cal Orcko, l’un des plus grands gisements de dépôts ichnologiques ( Branche de la paléontologie qui étudie les empreintes et les traces fossiles) dans le monde.

Le parc Cal Orck’o  est considéré par les experts internationaux comme le plus grand site relatif à l’ichnologie « il n’y a aucun autre site avec plus de 10 000 empreintes. C’est un record sur la planète », a déclaré le paléontologue suisse Christian Meyer, qui a fait un inventaire de la richesse propre de ce site.

L’endroit reçoit 120 000 visiteurs par an, le site a proposé en 2009 sa candidature à l’UNESCO pour qu’il soit inscrit comme patrimoine naturel de l’humanité,  mais cela a donné lieu à une objection de la part de l’organisme, le dossier du projet a été reformulé pour tenter à nouveau son inscription.

Sur le site de Cal Orck’o, six formes de conservation ont mises en œuvre par des experts telles que l’étanchéité des bords qui consistent à appliquer une couche d’argile de 30 centimètres d’épaisseur au sommet pour empêcher le glissement de la couche principale, le désherbage, principalement parce que les racines sont une menace pour la couche principale et risquent d’accélérer le processus de fissuration.

Il s’agit aussi d’éviter les accidents à proximité du site en réduisant l’impact des explosifs lié à l’exploitation des matières premières dans des usines avoisinantes.