perouequateur05092016

Le projet est ambitieux, l’Équateur et le Pérou travaillent conjointement à la création d’une réserve de biosphère transfrontalière appelée « Bosques de Paz », une initiative unique en Amérique du Sud. Les autorités locales, des experts, des représentants de la société civile et des ONG dans le sud de l’Équateur et dans le nord du Pérou ont promu ensemble la création de cette biosphère entre les deux nations.

Le dossier technique de cette proposition sera présenté prochainement au Conseil international de coordination du programme sur L’Homme et la Biosphère de l’UNESCO (ONU), dont le siège est basé à Paris, pour évaluation et validation.

La réserve forestière de biosphère transfrontalière de Paz est composée de la Réserve de biosphère du nord-ouest du Pérou Amotape-Mangroves d’une surface d’1 100 000 hectares (Rbnoram) et de la Réserve forestière nationale Bosques Secos d’Équateur (d’une superficie de 501 000 hectares), deux zones riches en biodiversité où environ 617 260 personnes résident.

Les objectifs de ce projet environnemental et social sont axés sur la préservation, le développement économique durable et la recherche scientifique. Ainsi la réserve se doit de permettre la conservation de la diversité biologique, la recherche scientifique avec une surveillance permanente et la définition des modèles de développement durable au service de l’humanité. Elle doit également faciliter la coopération et les échanges au niveau régional et international.

L’annonce de la création de cette opération de préservation de l’espace de la nature a été faite par les présidents des deux pays au cours de la XI réunion du Cabinet binational des ministres à Jaen, au Pérou, en décembre 2015.

Le directeur national de la biodiversité d’Équateur, le Ministère de l’Environnement de l’Équateur, Francisco Prieto, a appelé cette initiative « échantillon de gestion régionale et intégrée de notre biodiversité. » Le fonctionnaire a également souligné que c’est « le rêve non seulement des partis politiques, mais aussi le rêve des acteurs locaux » et un témoignage « du jumelage et de l’amitié entre les deux pays ».

Ronald Ruiz, coordinateur de la Réserve de biosphère du Nord-Ouest Amotapes-Mangroves du Pérou a noté pour sa part que « ce projet consiste à soutenir les campagnes de conservation et de protection de la faune et de la flore sauvages, ainsi que la promotion de l’éducation de la population locale et régionale pour connaître l’environnement naturel sur son propre territoire ».

La soumission du dossier finale à Paris doit avoir lieu dans les prochains jours, de même que la déclaration officielle de la réserve de conservation binationale. Une fois le document soumis, l’équipe spécialisée procédera à son examen, à Paris, elle peut dès lors présenter des observations et, en cas d’ajustements nécessaires, ils devraient être effectués dans les plus brefs délais, le but étant de concrétiser cette action commune au plus vite.

À ce jour, il existe entre autres, deux réserves trinationales, une en Amérique centrale (Honduras-Guatemala-El Salvador), et une autre la frontière de l’Espagne -(Portugal et Espagne – Maroc).

La 28e session du Conseil international de coordination du programme sur L’Homme et la biosphère (CIC-MAB), généralement appelé, le Conseil du MAB ou le CIC, a eu lieu à Lima, au Pérou, les 18 au 19 mars 2016.