perou20102016

Selon un communiqué publié par la société Petroperu, vendredi dernier il y a eu un nouveau déversement de pétrole dans le Norperuano. Cette fois, l’accident s’est produit entre les kilomètres 82 et 83 de la section I, dans le district de Lagunas, province d’Alto Amazonas. Petroperu a indiqué que ce nouveau déversement est le produit d’un « attentat perpetré par un tiers. »

« La société a activé son plan d’urgence, le déploiement de son équipe de techniciens spécialisés visant à contrôler la fuite de pétrole et ont commencé les travaux de confinement, des actions toutefois interrompues par la communauté 6 de Julio qui a demandé le retrait de tous les travailleurs avant l’arrivée d’un comité de négociation de Petroperu », des informations données par la société d’État.

Petroperu a indiqué que la société est en relation constante avec les autorités, les superviseurs et les régulateurs impliqués dans ces questions environnementales.

Le Bureau de l’évaluation et de contrôle de l’environnement (OEFA) a déclaré la mise en place d’une nouvelle enquête sur le déversement de pétrole pour déterminer les responsabilités et supervise la mise en œuvre du Plan d’urgence.

Pour sa part, l’Agence pour l’évaluation et le contrôle de l’environnement (OEFA) a déclaré qu’ils sont déjà en train de mener une enquête afin de déterminer des responsabilités concernant cette nouvelle marée noire.

La OEFA a rapporté fin septembre deux nouveaux déversements de pétrole dans le département de Loreto, situé sur la frontière avec l’Équateur, la Colombie et le Brésil.

L’agence a expliqué que le premier déversement a eu lieu au Sud Capahuari dans la communauté d’Andoas appartenant au lot 192, exploité par Pacific Stratus Energy del Peru, filiale de la société canadienne Pacific Exploration and Production.

Le deuxième déversement a eu lieu sur le pipeline Norperuano passant par la communauté de Monterrico, dans le district de Urarinas. Cela porte à 7 le nombre de fuites de pétrole cette année, avec un impact terrible sur l’environnement et par incidence sur les communautés vivant dans les zones impactées.

Petroperu et la communauté native Nueva Alianza ont signé au mois de septembre dernier un accord pour commencer le nettoyage après les déversements survenus le 22 dernier août à 54 kilomètres et 55 km du Pipeline dans le district de Urarinas dans la province Loreto, région de Loreto.

« La chose la plus importante c’est qu’à, à court terme les deux parties ont un objectif commun à savoir le néttayage immédiat du brut, puis procéder à l’assainissement de la zone et commencer la mise en œuvre d’un plan de développement social, sur des bases de confiance et de transparence », a déclaré Luis Zapata Palacios, directeur de la communication et de la gestion sociale de Petroperu.

Les communautés autochtones dans les régions d’Amazonas et de Loreto ont été les plus touchées par la marée noire, ce qui induit une restriction de l’approvisionnement en eau et des terres agricoles endommagées, sans oublier l’impact sur la pêche, l’un des fondements de l’alimentation des populations natives.