mexique30102016

Le peuple mexicain a commencé à célébrer la Journée des Morts en ce samedi 29 octobre. Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Mexico avec des costumes colorés, des « Catrinas » (il s’agit d’un squelette féminin vêtu de riches habits et portant généralement un chapeau), des « Calaveras » ( un crâne humain ou « tête de mort ») au rythme de la musique et des troupes de marionnettes qui font allusion à la mort.

Plus de 150 000 personnes ont participé à cette célébration importante marquée par 3 étapes, Viaje al Mictlán (le dieu préhispanique de l’infra-monde) , la Muerte Niña (de grands flots d’enfants élégamment vêtus de blanc, une référence à la célébration des Saints Innocents le 1er novembre), et Pa’l Panteón (la synthèse de la célébration de la vie avec laquelle nous recevons chaque année nos morts à bras ouverts), une célébration préhispanique née il y a environ trois mille ans.

Durant environ trois ou quatre heures entre 150 000 et un million de personnes ont assisté au défilé qui s’est déroulé sur 3,5 km.
Inaugurée par le ministre en chef, Miguel Angel Mancera, la grande parade a également comporté la présence de quelques-uns des «squelettes» qui faisaient partie du casting du film « 007: Spectre » de la série James Bond, puisque certaines de leurs séquences ont été filmées à Mexico en février  2015.
Selon les chiffres du gouvernement fédéral, il est prévu que les activités marquant la Journée des Morts apportent à la ville près de 52,1 millions avec une occupation hôtelière de 77,28 %.

En 2003, le jour des Morts au Mexique a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel mondial par l’UNESCO. Les Mexicains célèbrent traditionnellement le jour des Morts avec un pique-nique familial à côté des tombes de leurs parents ou devant une chapelle décorée au sein de leur maison. Cette fête traditionnelle d’origine méso-américaine a pour vocation d’honorer les morts et a lieu les 1er et 2 novembre, mais dès la fin octobre, les centres-villes, les maisons et les rues sont décorés.
Ce culte de la mort pratiquée au Mexique depuis l’époque précolombienne est marqué par des visites joyeuses aux cimetières et des offrandes colorées parmi lesquelles de délicieux crânes en sucre et le typique « pan de muerto ». Les « pains des morts » sont de délicieuses brioches rondes au café décorées de tibias que complètent des galettes cachant un tibia en guise de fève, une sorte de galette des Rois dédiée aux défunts !

En effet, la particularité de cette tradition est d’être célébrée de manière très festive, avec de la musique, de grandes quantités de nourriture et de boisson, des décorations aux couleurs vives et de nombreuses représentations caricaturales de la mort. L’eau, le sel, des bougies, de l’encens de copal, de roseaux, des fleurs de cempazúchitl (sorte d’œillets d’Inde aux couleurs orangées) sont des éléments essentiels qui permettent à la cérémonie de conserver son charme spirituel. La lumière que produisent les bougies représente l’espoir et la foi, un guide pour le défunt afin qu’il puisse retourner là où il a vécu. Dans plusieurs communautés autochtones, chaque bougie représente un défunt, le nombre de bougies sur l’autel indique donc le nombre d’âmes que la famille souhaite recevoir.

La tradition du « Día de Muertos » au Mexique est séculaire selon les historiens, à l’époque préhispanique les communautés natives apportaient des offrandes aux divinités après la période des récoltes. Après la Conquête espagnole et l’imposition du catholicisme par l’évangélisation, le syncrétisme religieux qui en a découlé, a donné une nouvelle dimension à cette cérémonie, désormais les offrandes permettent d’honorer la mémoire des défunts.

Encore, aujourd’hui, c’est parmi les populations indigènes que les rites pratiqués sont les plus saisissants. Le 1er et 2 novembre sont les jours où les âmes des parents morts retournent chez eux pour vivre avec les vivants et profitent de la nourriture qui est offerte sur les autels domestiques.
La célébration de la Journée des Morts est pratiquée dans tout le Mexique. Selon la croyance, le 1er novembre est dédié aux jeunes défunts, à savoir ceux qui sont morts enfants; et le deuxième jour aux morts à l’âge adulte.

Il est à noter que ces festivités représentent non seulement un apport important dans l’économie du pays, mais aussi un moyen pour les visiteurs étrangers de connaître l’histoire, la culture, et les traditions les plus emblématiques du peuple mexicain.