perou10112016

Les autorités environnementales du Pérou ont annoncé qu’elles allaient remettre 500 000 jeunes tortues Taricaya dans le fleuve Amazone avant la fin de l’année.
Cette espèce de tortues (de couleur jaune) est protégée car elle est considérée à ce jour comme une espèce vulnérable, ce qui a motivé cette opération de sauvegarde.

Le Service national des zones naturelles protégées par l’État (SERNANP) a signalé lors du dernier week-end, que 17 000 tortues ont d’ores et déjà été libérées. Ce fut la première remise en liberté sur les trois prévues dans une zone protégée du bassin amazonien de la région du fleuve Amazone.
De nombreux résidents locaux ont aidé à libérer les tortues dans leur habitat naturel. Comme l’a rapporté le SERNANP, la libération des tortues Taricayas a été lancé avec succès ce 15 octobre et se poursuivra jusqu’au 15 novembre dans la zone protégée, cela s’inscrit dans le cadre de la stratégie de gestion durable menée par les communautés autochtones.

Le sauvetage de cette espèce consiste à recueillir des œufs de tortues sur les plages naturelles des rivières amazoniennes et de les déposer sur des plages artificielles préparées dans une zone de sécurité par le SERNANP, où ils sont artificiellement incubés pendant 70 jours jusqu’à la naissance.

Le week-end dernier 37 000 bébés tortues ont été libérés, cette espèce était abondante dans les rivières de la région de la forêt tropicale, mais en raison de son exploitation incontrôlée, elles sont devenues de plus en plus rares.

La libération des tortues de rivière Taricayas fait partie du projet de conservation et d’éducation environnementale mené par la réserve nationale de Pacaya Samiria, depuis 20 ans, dans les écoles et les institutions de la région. Une action en accord avec les politiques de développement durable de ce pays sud-américain,  la tortue est devenue aujourd’hui une icône et l’emblème de la conservation de la vie et de la préservation de la nature pour les générations futures. La tortue du fleuve Amazone est jaune tacheté, elle peut vivre jusqu’à 70 ans, selon le parc national zoologique Smithsonian. Les femelles adultes peuvent peser plus de 6 livres et mesure 27 pouces de long.

« Nous avons libéré 17 000 jeunes tortues Taricaya samedi et ce week-end, nous espérons sortir un autre groupe 20 000 dans les lacs de la réserve nationale de Pacaya-Samiria » a déclaré le chef de la réserve, Herman Ruiz,  située ville d’Iquitos (nord-est) ajoutant « ces espèces charapa tortues ont été exploitées sans discernement par les gens. Ici, en Amazonie beaucoup de personnes aiment manger leurs œufs ».

La Réserve nationale de Pacaya-Samiria est située dans le nord-ouest du Pérou, au confluent des fleuves Maranon et Ucayali, elle possède une superficie de 2 millions d’hectares.