argentine21112016

Un nouveau tremblement de terre a été signalé en Argentine (après celui du 13 novembre), il a également été ressenti chez le voisin chilien, le Centre sismologique national du Chili a évoqué des secousses dans les régions d’Atacama et dans le centre du Chili.

Selon les dernières données de l’Institut national de la prévention sismique (Inpres) le séisme a tout d’abord été estimé à 6,4 degrés, mais il a atteint finalement 6,5 degrés sur l’échelle de Richter, avec une profondeur de 130 kilomètres. Son épicentre était situé à 19 kilomètres au sud de San Juan et à 139 km au nord de Mendoza, deux grandes capitales provinciales de l’ouest de l’Argentine. Il a également été ressenti dans les régions chiliennes de l’Atacama, Coquimbo, Valparaiso et 0’Higgins métropolitaines, y compris Santiago. .

Le séisme dans l’ouest de l’Argentine a été perçu avec une intensité moyenne dans cinq régions du Chili, sans faire de victimes ni de dégâts, ont indiqué des responsables.

Le Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOA) a jugé que le tremblement de terre ne remplissait pas les conditions nécessaires pour générer une alerte au tsunami sur les côtes du pays et dans son rapport préliminaire, l’Onemi a signalé aucun dommage sur des personnes ou des biens.

Le tremblement de terre a eu lieu hier après-midi (20 novembre) à 17 h 57 heure locale, après la première secousse enregistrée à San Juan, trois autres tremblements de terre de moindre ampleur (3,7, 3,0 et 4 sur l’échelle de Richter) se sont produits, selon les données de l’ Inpres.

Les téléphones cellulaires et fixes ont cessé de fonctionner pendant 30 minutes dans la ville de San Juan et quelques chutes de pierres se sont produites dans les collines, selon la presse locale.

« Nous avons des antécédents. Le pays enregistre 25 à 30 séismes par jour, mais on ne les ressent pas toujours (…) de sorte que certains, comme celui-là, nous font peur », a souligné le directeur adjoint de l’Inpres, Mario Bufaliza.

L’épicentre du tremblement de terre a eu lieu à quelques kilomètres de la ville de Caucete, trois jours avant la commémoration des 39 ans de l’un des séismes les plus forts survenus dans le pays.

En Argentine, le dernier séisme meurtrier s’est produit à Salta en 2010, deux personnes avaient alors péri. Le mois dernier, le pays voisin, à savoir le Chili, a connu un séisme de 6.4 dans le centre du pays, provoquant l’oscillation des immeubles de grande hauteur à Santiago, mais les autorités n’avaient signalé aucune victime ni même de dommage matériel important. À la mi-septembre 2015, un séisme de magnitude 8,3 a secoué la zone centrale et septentrionale du pays sud-américain , tuant 13 personnes et causant des dommages matériels.

L’Argentine endure les frictions entre la plaque sud-américaine et la plaque de Nazca, le danger associé au risque sismique se concentre principalement dans l’ouest du pays, vers les Andes (depuis la frontière bolivienne jusqu’à 35° de latitude sud). Cette agitation tellurique s’explique par la présence d’une zone de subduction à proximité de la côte chilienne : la plaque de Nazca s’enfonce sous la plaque sud-américaine.