equateur04122016

En Équateur, le volcan Cayambe manifeste un regain d’activité, des techniciens de l’Institut de géophysique (IG) du pays sud-américain ont détecté une augmentation de signes pouvant engendrer une prochaine « petite éruption » (dans les prochains mois), a indiqué l’organisme vendredi.

La directrice de l’Institut, Alexandra Alvarado a néanmoins précisé qu’il ne devrait pas y avoir « une éruption imminente », mais n’a pas exclu des émissions de cendres et de gaz, qui ne devrait pas importuner outre mesure la population locale. Des mesures préventives ont néanmoins déjà été prises pour pallier toute éventualité dans les cantons de Pedro Moncayo et Cayambe, situés près du volcan.

Le maire de Cayambe, Guillermo Churuchumbi a d’ailleurs déclaré qu’il fallait mettre rapidement en place des plans d’urgence en relation avec les secteurs productifs pour protéger les ressources en eau, mais surtout pour assurer la sécurité de la population qui vit essentiellement de l’agriculture et de l’élevage de bétail.

Les autorités ont convenu de surveiller la situation par le biais de réunions régulières. Pendant ce temps, afin d’éviter les rumeurs et la désinformation la mairie délivrera des informations officielles aux habitants de la zone urbaine et rurale du canton.

Les experts ont également ajouté qu’une odeur de soufre plus présente se faisait sentir dans la zone volcanique, ces derniers jours le Cayambe a enregistré une augmentation du nombre d’événements sismiques dans sa partie nord-est.

Au cours du mois de juin dernier, des évènements similaires avaient déjà eu lieu, des anomalies sismiques étant détectées; mais contrairement à cette période, les sursauts récents sont enregistrés directement sous le volcan. Cette activité, décrite comme la migration de sismicité a été observée à plusieurs occasions avant le début d’une période d’activité éruptive. Quelque chose de similaire s’est produit avec le volcan Guagua Pichincha en 1998 et 1999.

Cependant, l’Institut de géophysique a précisé que ces caractéristiques « ne se terminent pas nécessairement en processus éruptif ». Si cette activité se poursuit, il y a la possibilité que cela déclenche une petite éruption, similaire à celle du volcan Cotopaxi en 2015, selon le rapport. Mais cette activité pourrait également revenir à son état initial, avec un retour au calme.

La dernière éruption du volcan Cayambe, situé à environ 60 km au nord de Quito et qui s’élève à 5 790 m au-dessus du niveau de la mer, a eu lieu entre 1875 et 1876, même si elle n’a pas été importante. Mais il y a plus de 2000 ans, le volcan avait fait preuve d’une grande dangerosité.

Selon les dernières informations officielles, le colosse a enregistré depuis septembre 2016 une augmentation constante avec un séisme de 3,6 degrés qui a été ressenti par la population le 27 novembre.

Des études effectuées à partir de 1995 par une équipe conjointe de chercheurs équatoriens et français ont fait mention que pendant les 4 000 dernières années, le Cayambe a connu des périodes d’intense activité éruptive de 700 ans environ en alternance avec des périodes de repos de 500 à 600 ans. La reprise des éruptions pourrait donc intervenir si ce cycle se répète.

En Équateur, il existe actuellement 27 volcans potentiellement actifs, y compris sur les îles Galapagos. Le dernier volcan équatorien à avoir pour présenter une activité importante a été le Cotopaxi, qui a commencé son processus éruptif en août 2015.