chili04012017

Le nombre de maisons détruites par l’incendie qui ravage depuis lundi après-midi la partie supérieure de la ville chilienne de Valparaiso (à 120 kilomètres à l’ouest de Santiago) a augmenté, il s’élève à 222, pour l’instant le feu est toujours actif, mais reste sous contrôle, a rapporté mardi les autorités après une réunion du Conseil des opérations d’urgence (COE). Des centaines de personnes ont été évacuées après que le feu se soit déclenché à Laguna Verde, au sud de la ville, 19 personnes ont dû être évacuées vers des hôpitaux, la plupart d’entre souffrent de problèmes respiratoires. Des brigades de pompiers de la Société nationale des forêts (CONAF) et du personnel de l’armée appuyés par des avions et des hélicoptères luttent contre les flammes.

Selon les premières enquêtes, le feu aurait pris lundi après-midi dans un club de chasse et de pêche de Laguna verde. L’Onemi a décrété l’alerte rouge dans le port de la commune et a expliqué que le feu a également consumé 50 hectares de prairies, broussailles et d’eucalyptus dans un feu qui n’a pas pu être contrôlé. Une colonne dense de fumée peut être vue de différentes parties de la région.

La présidente, Michelle Bachelet a survolé mardi la zone de la tragédie, « La première mission est de répondre à l’urgence. Deuxièmement, il s’agit de mettre fin à l’incendie et d’empêcher le feu de se propager », a-t-elle sobrement déclaré.

https://twitter.com/Pia__Bravo/status/816001921848844289

L’alerte rouge a été déclarée dans plusieurs villes compte tenu de la vague de chaleur, avec un maximum de 37 degrés Celsiu,s sur une grande partie du centre du Chili. Ces températures élevées s’ajoutent à des vents forts et à l’absence d’humidité. Mme Bachelet a admis la possibilité de revoir et d’améliorer le plan directeur de sécurité pour Valparaiso, un incendie similaire avait déjà eu lieu en 2014 et avait détruit quelque 4 000 maisons, 15 personnes avaient perdu la vie lors de cette catastrophe. Dans la région de Valparaiso, l’alerte rouge a été déclarée dans quatre communes touchées par des incendies actifs. À Bucalemu, commune rurale située à 100 kilomètres au sud de Santiago, 900 maisons ont été évacuées à titre préventif, certaines d’entre elles sont des maisons secondaires.

En ce qui concerne l’aide économique pour les victimes, le chef de l’État a rappelé les avantages accordés à ceux qui ont souffert de la perte de leurs biens dans le méga feu survenu en 2014 dans la même ville. « Ils auront le soutien que nous pouvons accorder en tant qu’État, les gens le savent, les gens ont reçu dans le passé des indemnisations, des allocations logement, quand il s’agissait de propriétaires, ils ont pu reconstruire, mais il faut défricher la terre pour reconstruire. Nous allons faire des annonces appropriées pour chaque cas ».

Pendant ce temps, le ministre de l’Agriculture, Carlos Furche, a confirmé mardi après-midi la participation de tiers dans la propagation du feu. En conférence de presse, en collaboration avec la Société nationale des forêts (CONAF), le ministre a dit qu’il y a des images qui témoignent de l’intervention d’un tiers attisant les flammes précisant « c’est suffisamment grave pour que la personne soit poursuivie et condamnée ».

La topographie escarpée de la ville composée d’une quarantaine de collines, et dont les quartiers sont souvent desservis par des ruelles étroites et de longs escaliers, rend le travail des pompiers encore plus difficile, car la zone impactée est difficile d’accès.