chilibolivie10012017

Le gouvernement chilien a signalé, la semaine dernière, un foyer de grippe aviaire dans un élevage de dindes situé dans la région de Valparaiso. La Bolivie a décidé de renforcer les contrôles à sa frontière avec le Chili indéfiniment et a interdit l’entrée des oiseaux vivants de toute espèce en provenance du pays voisin après la confirmation de cette épidémie, une décision similaire a été adoptée au Pérou et en Argentine.

Selon la Résolution n ° 005/2017, le gouvernement interdit l’entrée des oiseaux vivants de toutes espèces, les œufs, les plumes et autres produits volaillers ou sous-produits d’origine avicole en provenance du Chili.

La grippe aviaire est causée par un virus contagieux et produit une mortalité élevée et peut affecter les espèces dédiées à la consommation alimentaire (poulets, dindes, cailles) et les oiseaux sauvages.

L’annonce a été faite depuis Santa Cruz (en Bolivie) par le directeur de SENASAG Mauricio Ordoñez, qui a également déclaré qu’il a activé « l’alerte nationale pour protéger toute la production nationale qui est en jeu».

« Le gouvernement de la Bolivie interdit l’entrée d’oiseaux vivants de toute espèce, les œufs et les autres produits et sous-produits d’origine avicole du Chili après la confirmation d’un foyer de grippe aviaire dans ce pays voisin », stipule la Résolution administrative 005/2017 délivrée par le ministère du Développement rural et des terres par le service national de santé agricole (SENASAG).

En outre, il a demandé que soient renforcés les contrôles aux frontières et l’inspection des passagers, des bagages et du fret depuis le Chili dans les points de contrôle internationaux et intermédiaires, toute marchandise suspecte doit être immédiatement confisquée, aucun oiseau vivant ne doit être introduit dans le pays.

En Argentine, des représentants de l’industrie demandent aux citoyens voyageant au Chili éviter d’acheter des produits volaillers pour les ramener sur le territoire.

L’épidémie au Chili a été enregistrée la semaine dernière dans un élevage de dindes dans une zone rurale de la commune de Quilpué (usine de production de dindes, Agrosuper) dans la région centrale de Valparaiso, elle pourrait avoir été transmise par des mouettes infectées selon les autorités sanitaires chiliennes. Le Service de l’agriculture et de l’élevage a mis en place une campagne d’abattage des oiseaux touchés (350 000) et la mise en quarantaine de la zone pour prévenir la propagation du foyer.

En plus de la Bolivie, le Pérou a décidé vendredi de suspendre pendant 180 jours l’importation de produits de volaille en provenance du Chili pour empêcher l’entrée de la maladie sur son territoire.

La Bolivie et le Chili partagent une frontière commune de 975 kilomètres, le SENASAG a dit qu’il restera en contact permanent avec le Service de l’agriculture et de l’élevage (SAG) du Chili pour obtenir plus de détails sur l’épidémie de grippe aviaire présente sur le territoire.

La Bolivie a enregistré pour la dernière fois la présence de grippe aviaire sur son territoire en 2010. Selon les chiffres officiels, en 2016, la Bolivie a importé du Chili 188 tonnes de produits volaillers, y compris de la viande de dinde.

Si la plupart des virus aviaires n’infectent pas l’homme, certains sous-types parviennent parfois à franchir la barrière des espèces : c’est le cas du virus H5N1, pathogène pour l’homme et présent en Asie. A l’heure actuelle, la transmission du virus ne se fait que de l’animal à l’homme, mais les autorités sanitaires redoutent une évolution du virus vers une forme transmissible d’homme à homme, porte ouverte à une pandémie, d’où ces campagnes d’abattage dans chaque foyer repéré.