guatemala11012017

La découverte de trois corps sur les contreforts du volcan Acatenango au Guatemala fait monter à six le nombre de randonneurs décédés, probablement d’hypothermie, en raison des effets d’un front froid qui touche actuellement le pays d’Amérique centrale.

Le responsable du Centre national de prévention des catastrophes (Conrad), Sergio Cabanas, a confirmé aujourd’hui que trois personnes ont été retrouvées sans vie victimes de la météo sur le colosse,situé entre les départements de Chimaltenango et Sacatepéquez, à l’ouest du pays.

Les randonneurs avaient entrepris l’ascension du volcan ce samedi, mais la région a été frappée par des vents forts et une baisse soudaine de la température.

La Fédération nationale d’athlétisme a déploré la mort des deux athlètes et a fait part de « beaucoup de douleur » et a « envoyé ses sincères condoléances à leurs familles et amis, ainsi qu’aux autres victimes de cet événement malheureux ».

Dimanche, les responsables des secours ont rapporté la disparition de deux groupes de randonneurs, un de cinq personnes et un autre de quatre alors qu’ils escaladaient le volcan.

Le président du Guatemala, Jimmy Morales, a appelé à « prendre les mesures nécessaires » au vu de cette tragédie sur l’Acatenango afin que cela ne se reproduise plus.

« Cet événement est quelque chose qui devrait nous faire réfléchir et prendre les mesures nécessaires pour empêcher que cela se reproduise », a affirmé le chef de l’État dans un message posté sur les réseaux sociaux dans lequel il a exprimé ses « sincères condoléances » envers les familles des victimes « dans ces moments difficiles ».

Six personnes sont mortes et trois autres ont été secourues encore vivantes sur les hauteurs de l’Acatenango en proie à des vents forts et des pluies émergentes ce week-end.

Face à cette tragédie, le président a voulu partager sa « consternation » avec la population et a fait un appel aux citoyens pour honorer les morts, « victimes du froid », et a souligné l’importance de se montrer « plus humains » envers ceux « qui ont besoin d’un toit sur la tête » ajoutant « les aider est sans aucun doute la meilleure façon d’honorer la mémoire des victimes de l’Acatenango ».

Les basses températures, un vent fort et le manque de préparation des randonneurs pourraient être les raisons pour lesquelles ces six personnes sont mortes, selon le directeur de l’Institut guatémaltèque du tourisme, Jorge Mario Chacón. L’absence d’un guide, le manque d’expérience et le manque d’équipement adéquat pour faire face aux basses températures, a sans doute entraîné cette tragédie, a résumé un fonctionnaire guatémaltèque, qui a également déploré l’irresponsabilité de certains randonneurs, par exemple, quand ils ne tiennent pas compte des recommandations ou des avertissements météorologiques.

Les trois survivants sont en convalescence à l’hôpital national d’Antigua Guatemala, un rescapé de 55 ans a raconté aux médias locaux le «calvaire» qu’ils ont vécu.

Le volcan Acatenango s’élève à environ 3 976 mètres de haut, il est situé entre les départements de Sacatepéquez et Chimaltenango, à côté du colosse de Feu, il est le troisième plus élevé du Guatemala. Les autorités ont demandé de ne pas se risquer à escalader les volcans pendant toute la période de grand froid qui affecte le pays à cette époque de l’année.