colombie24012017

François Hollande, Président de la France, est arrivé en Colombie après avoir visité le Chili et avoir rendu hommage au défunt président Salvador Allende dont il a évoqué le souvenir en faisait référence à un leader qui a donné sa vie pour défendre la liberté de son pays.

La réunion est historique, non seulement en raison de la perspective de se rendre sur une zone de désarmement des FARC (symbole de la fin d’un conflit armé qui a meurtri le pays sud-américain pendant près de 50 ans), mais aussi, parce que depuis 1989, aucun président français n’avait fait le déplacement en Colombie, François Mitterrand s’y était rendu pour la dernière fois et avait rencontré le président Virgilio Barco.

Le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, a remercié son homologue français, François Hollande, pour son soutien dans le processus de paix et a souligné que le pays européen a montré sa collaboration « comme peu d’autres ».

« Nous vivons une relation exceptionnelle dans nos rapports avec la France… La France a soutenu comme peu d’autres les efforts pour parvenir à la paix en Colombie; et quel plaisir de recevoir le Président Hollande dans une Colombie remplie d’espoir avec un accord de paix signé et la mise en œuvre de son processus », a déclaré Santos depuis le, siège exécutif Palais présidentiel.

En ce sens, Santos a souligné que la Colombie connaît un « moment crucial » dans son histoire avec l’espoir que l’accord de paix signé avec les FARC le 24 novembre au Teatro Colon de Bogotá soit un événement historique qui porte ses fruits dans la pacification du pays.

Le président Hollande a prévu aujourd’hui, mardi 24 janvier 2017 une visite à La Venta, l’une des 26 zones où les FARC-EP doivent abandonner les armes dans les prochains mois pour devenir un parti politique sous la surveillance d’agents de l’ONU.

Hollande a également souligné que l’accord de paix signé par le gouvernement colombien et les FARC constitue une victoire pour le pays sud-américain « c’est un exemple pour le monde. Ce résultat montre que, par la négociation, le dialogue et la persévérance (…) les conflits peuvent être résolus. Il n’y a pas de fatalité et la communauté internationale doit être à ses côtés », a déclaré le chef de l’État français.

Le président colombien et son homologue français ont également échangé des vues sur des questions telles que le traité sur le changement climatique lors du Sommet organisé à Paris en 2015.

« Dans le monde, il existe des preuves tangibles de la situation et certains ne comprennent toujours pas, et je ne comprends pas comment ils peuvent remettre en question l’existence du changement climatique. Je suppose qu’ils manquent d’information », a déclaré le dignitaire français avec une allusion à peine dissimulé aux propos du président américain D.Trump. Tant le président Hollande que le chef de l’État colombien et récent Prix Nobel de la Paix, ont approuvé l’accord de la COP 21, et ont souligné qu’il doit être défendu et appliqué par tous les pays qui ont signé la déclaration. Dans le cadre de la Convention de Paris qui s’est tenue en 2015, un accord a été conclu pour freiner le changement climatique, il a été signé par plus de 170 pays.

« C’est un engagement, et si nous ne le respectons pas, la planète entière sera victime pour ne pas avoir agi à temps, » a souligné Santos rappelant que la Colombie est particulièrement sensible à cette question en raison de sa biodiversité.

« La Colombie est très vulnérable aux changements climatiques, nous devons tous travailler pour que tous les pays respectent ces engagements », a-t-il ajouté.

La France est aussi l’un des plus grands investisseurs étrangers en Colombie, générant 100 000 emplois directs et 200 000 indirects, alors que les visiteurs français se positionnent en troisième place, parmi les nations européennes, à se rendre en Colombie, avec un échange commercial qui a augmenté de près de 6% en 2016.

Dans le cadre du processus de renforcement des liens, les deux gouvernements ont signé six accords et instruments de coopération dans les secteurs de l’économie, du commerce, de la culture et du tourisme.

Le président a également rappelé que la Colombie est le quatrième allié de la France en coopération dans le monde et a souligné comment, depuis 2010, à travers l’Agence française de développement (AFD), elle a octroyé plus de 2  milliards d’euros de prêts confessionnels et 18 millions (19,3 millions $) de plus dans le domaine de la coopération technique.

François Hollande a annoncé par ailleurs que la France et l’Europe comptaient ouvrir des négociations avec l’Alliance du Pacifique.

« L’Europe et la France avec l’Alliance du Pacifique vont lancer toutes les négociations commerciales pour développer nos échanges », a déclaré le président français en visite officielle en Colombie, où il a réitéré son soutien à Santos pour ses efforts pour parvenir à la paix et à mettre fin au conflit plus de 52 ans a laissé 220 000 morts. L’Alliance Pacifique, formée par la Colombie, le Chili, le Mexique et le Pérou, est une initiative d’intégration régionale qui vise à promouvoir une plus grande croissance et compétitivité des économies de ces pays en conquérant conjointement les marchés de la région Asie-Pacifique, ce qui augmente les exportations et attire les investissements étrangers.