chili29012017

Le plus grand incendie enregistré dans l’histoire du Chili a fait onze morts, des feux incontrôlés au nombre de 60 sur 110 foyers répertoriés samedi, 49 sont maîtrisés et un a été éteint. Quelque 375 000 hectares sont partis en fumée, selon la Société nationale des forêts (CONAF), une tragédie environnementale qui s’ajoute aux innombrables pertes matérielles et aux terribles pertes humaines.

Le dernier corps retrouvé est celui d’un homme de 60 ans qui est mort près de la ville de Constitución. Parmi les victimes, le Chili pleure la perte de cinq pompiers et de deux officiers de police qui se battaient contre les flammes.

Les feux sont majoritairement situés dans les régions de La Araucania, Biobio, Maule et O’Higgins, au sud de Santiago, dans la région métropolitaine et Valparaiso dans le centre du pays et quelques foyers apparaissent aussi dans la région de Coquimbo au nord de la capitale chilienne .

Michelle Bachelet, la présidente du pays sud-américain, a tenu une réunion samedi avec la plupart des ministres pour évoquer la situation d’urgence dans le pays et mettre à jour la situation des incendies de forêt, à ce jour 1 089 maisons ont été détruites, 3 270 sont sans toits, et 11 décès sont à déplorer. Cette catastrophe de grande ampleur s’explique par différents facteurs, le vent, la chaleur et une faible humidité peuvent être à l’origine de cette propagation infernale, mais le déclenchement des ces feux auraient, sans nul doute, des origines humaines y compris des actes de malveillance « il y a un certain nombre d’éléments qui sont étranges et les experts enquêtent ». Jusqu’à présent, 34 personnes, dans tout le Chili, ont été arrêtées, elles sont soupçonnées d’avoir mis le feu intentionnellement.

Compte tenu de l’ampleur de l’urgence, la Croix-Rouge en accord, avec le gouvernement a appelé les Chiliens à faire des contributions monétaires à l’institution peut continuer à envoyer de l’aide aux zones impactées.
La lutte contre les incendies nécessite le déploiement de 10 000 personnes, y compris des secouristes et des techniciens de la CONAF, des pompiers, des militaires, on peut mentionner une aide étrangère venue du Brésil, d’Argentine, du Pérou, de Colombie, du Mexique, de la France, du Portugal, d’Espagne, de Russie et des États-Unis .
Le plus grand avion bombardier d’eau du monde, le Boeing 747 Supertanker, capable de transporter 72 000 litres d’eau pour lutter contre les incendies poursuit son action, et il est prévu dans les prochaines heures l’arrivée d’un avion russe, l’Ilyushin II-76, capable de transporter 42000 litres d’eau.

(vidéo du 29/01/2017)

Pour venir à bout des incendies au Chili, 24 avions, 45 hélicoptères et 124 camions-citernes sont déployés. 47,9% des foyers incendiaires enregistrés actuellement dans le Cône Sud sont situés sur le territoire chilien, en particulier dans les provinces de Talca, Linares et Cauquenes.
D’autres incendies sont concentrés en Argentine, avec 103 zones critiques, au Chili ce sont environ 509 000 hectares qui sont partis en fumée cette saison selon la Société nationale des forêts (CONAF).
Les sinistres ont débuté il y a environ deux semaines, les incendies se sont propagés rapidement dans le cadre de températures historiquement élevées et d’une forte sécheresse.
« On n’a jamais vu quoi que ce soit de cette intensité, jamais dans l’histoire du Chili », a déclaré cette semaine la présidente Michelle Bachelet qui a déclaré l’état d’urgence » en ajoutant « la réalité c’est que les forces sont en train de faire tout ce qui est humainement possible et continueront jusqu’à ce qu’ils puissent contenir les feux ».

Michelle Bachelet, a aussi pendant une conférence de presse qu’ « une bataille contre le feu sans pause et sans précédent » était menée « par les airs et la terre », elle a également salué les habitants touchés pour leur réaction : « La population a eu un comportement exemplaire, c’ est un pays uni ».

La ville de Santa Olga, où un millier de maisons ont été réduites en cendres jeudi, cherche à se relever du désastre et quelques-unes des lignes électriques ont été rétablies. Dans toutes les zones impactées, les efforts sont poursuivis pour reconstruire.

Le gouvernement, accablé par la virulence inhabituelle du phénomène, a déclaré il y a une semaine l’état d’urgence dans les régions touchées et a appelé à l’aide à l’étranger, des besoins qui ont été entendus avec la mobilisation de différents pays.

Le pays est confronté à une sécheresse depuis six ans, mais les experts estiment qu’il s’agit d’un phénomène non saisonnier, mais permanent en raison du changement climatique. L’an dernier, le pays a connu les températures les plus élevées jamais enregistrées.

(vidéo du 27/01/2017)

Rappelons que le pire incendie de forêt dans le monde a eu lieu en Sibérie en 1987, lorsque les flammes ont consommé 11 millions d’hectares de forêts de mélèzes. L’année suivante, 1,6 million d’hectares ont brûlé à nouveau dans la même région.

À l’été 1988, un autre incendie a détruit la moitié du parc de Yellowstone aux États-Unis, où 450 hectares ont été brûlés.

Mais c’est au Canada qu’on a enregistré les deux des incendies les plus graves. En 1989, les flammes ont balayé 2,7 millions d’hectares dans l’État du Manitoba et environ 25 000 personnes ont dû être évacuées. L’an dernier, à Alberta, dans l’ouest du Canada,  2,5 millions d’hectares ont été détruits.