mexique21022017

Au Mexique, des membres de la NASA ont découvert dans des cristaux de gypse situés dans des grottes à Naica (Chihuahua) l’existence de micro-organismes vivants datant de 60 000 ans, une découverte qui préoccupe les experts qui ont pour objectif de recueillir des échantillons sur d’autres planètes. Ces organismes ont été retrouvés à 800 m de profondeur par centaines dans des cristaux localisés dans des tunnels, à une température estimée à environ 40 °C et dont le taux d’humidité atteint 98 %.

Sans lumière, toute forme de vie est due à la chimiosynthèse : tous les microbes qui sont piégés là obtiennent leur énergie à partir de minéraux dans la roche.

Selon toute vraisemblance, ces étranges micro-organismes sont parvenus à survivre tant d’années en s’alimentant de sulfite, de manganèse et d’oxyde de cuivre, des précisions scientifiques données par Penelope Boston, directrice à l’Institut d’astrobiologie de la NASA au cours d’une conférence de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), un événement qui a eu lieu ce week-end à Boston.

« Cette découverte a des conséquences importantes sur la tentative de comprendre l’évolution de la vie microbienne sur notre planète », a-t-elle ajouté. Cela témoigne également de la capacité de ces micro-organismes à survivre dans des environnements extrêmes, y compris ailleurs que sur la Terre.

Selon Boston, une centaine de micro-organismes différents, majoritairement des bactéries, ont été piégés dans des cristaux sur des périodes allant de 10 000 à 60 000 ans. Parmi ces espèces, 90 % n’ont jamais été observées. Par ailleurs, les experts se rendent compte, avec cette présence, que des micro-organismes extraterrestres pourraient être accidentellement ramenés depuis une autre planète par exemple, un risque de contamination qui n’est plus exclue par les astrobiologistes; dans l’autre sens aussi, les experts soulignent aussi le risque de contamination par des organismes terrestres d’une autre planète lors de missions d’exploration, au moyen de sondes ou de robots comme ceux envoyés sur Mars par exemple .

La NASA prend déjà des précautions importantes pour écarter un éventuel danger avec l’usage de matériel stérile, mais un accident n’est pas à exclure, au vu de la résistance extrême de certains organismes; il faut rappeler que différents groupes de scientifiques ont, il y a quelques années, publié ds études sur la découverte de microbes vieux de près de 500 000 ans et encore en vie qui étaient pris au piège dans de la glace et du sel, des facteurs propices à la vie.

La grotte de Naica a été découverte en 2000 dans une mine de plomb et de zinc dans l’État de Chihuahua. À l’intérieur, on retrouve les plus grands cristaux de sélénite (gypse cristallisé) jamais répertoriés dans le monde, anciens d’au moins 250 000 ans. La grotte était couverte d’eau avant l’exploitation de la mine et a fini par être de nouveau inondée avec l’arrêt des activités.

Grâce à l’utilisation d’instruments stériles, l’équipe de Boston a prélevé des échantillons de ces microbes et a été en mesure de les faire revivre en laboratoire.

« Ces organismes sont extrêmement extraordinaires, ils ne sont pas liés à quoi que ce soit sur la base des données génétiques connues », a déclaré la scientifique vendredi. Penelope Boston, directrice de l’Institut d’astrobiologie de la NASA, a déclaré que les « microbes sont aptes à s’adapter et à survivre dans un environnement hostile. Ce n’est pas la première fois que des organismes ont été capables de survivre pendant tant d’années ».

La découverte exposée à Boston n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique dans l’attente d’une corroboration des premiers résultats.