En proie à une catastrophe naturelle de grande ampleur, le Pérou frappé par de violentes intempéries sur une grande partie de son territoire, reçoit le soutien logistique de son voisin Colombien, son chef de l’État, Juan Manuel Santos, a fait savoir qu’un envoi de 30 tonnes d’aide humanitaire était en partance pour venir en aide aux sinistrés.
Sur son compte Twitter, le mandataire colombien a renouvelé sa solidarité avec le peuple péruvien durement impacté par des inondations, crues, et glissements de terrain meurtriers.

Selon un dernier bilan du Centre d’Opérations d’urgence nationale (COEN) en date du 20 mars, ces intempéries ont fait au moins 75 morts, 263 blessés, 20 disparus, et environ 100 000 sans-abri alors que 630 000 personnes ont été impactées par cette vague de mauvais temps dévastatrice imputée au phénomène « el Niño côtier » selon les scientifiques.
La catastrophe naturelle laisse également 12 000 maisons détruites, vingt-huit installations publiques endommagées et plus de 2 000 kilomètres de routes détruites sans oublier les pertes agricoles estimées pour le moment à 9 000 hectares de cultures perdues.

(Vidéo du 21/03/2017)

L’Équateur se mobilise également pour venir en aide au Pérou, un avion de la Force aérienne a pris la direction du Pérou, pour apporter un soutien matériel aux victimes impuissantes de ces intempéries.
Les autorités équatoriennes ont exprimé leurs « sentiments de profonde tristesse et de solidarité envers le gouvernement et le peuple du Pérou confrontés aux graves souffrances occasionnées par les précipitations qui affligent la capitale et le nord de ce pays », a fait savoir le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Quito « a informé les autorités péruviennes de sa volonté de fournir une aide d’urgence, selon les priorités établies ».

L’Équateur est aussi meurtri par les pluies qui ont fait 15 morts depuis le mois de janvier, plus de 6000 familles ont été touchées, 276 personnes ont perdu leur maison, selon un récent rapport rendu public par le président Rafael Correa lors de son rapport de travail hebdomadaire.
En raison de la situation d’urgence, le ministère des risques en Équateur a déclaré une alerte orange (l’alerte rouge étant la plus élevée) pour les provinces d’Esmeraldas (nord-ouest et en bordure de la Colombie), Manabi, Guayas, Santa Elena, Los Rios, El Oro et de Loja (les deux derniers au sud, à la frontière du Pérou).

Les autorités péruviennes ont réussi à recueillir grâce à des dons plus de 2000 tonnes d’aide humanitaire, la distribution aux 100 000 victimes a pu commencer, a déclaré dimanche le ministre de la Production, Bruno Giuffra. Le ministre a appelé à poursuivre la mobilisation en faveur de ceux qui ont tout perdu, et a demandé en particulier des aliments tels que du riz, des nouilles, des haricots en conserve, du thon en conserve; des vêtements et des couches, ainsi que des articles de toilette, des lampes de poche, entre autres.

Le ministre a dit que la ville de Trujillo, capitale de la région de La Libertad, a reçu plus de 300 000 litres d’eau, car plus de la moitié de sa population a été privée d’eau suite à une rupture du canal qui alimente la ville.
À cause des inondations, les rivières débordent et les glissements de terrain sont d’ores et déjà à l’origine de la destruction de plus d’une centaine de ponts dans tout le pays, a déclaré le premier vice-président du Pérou et le ministre des Transports et des Communications, Martin Vizcarra.

Ce phénomène météorologique atypique El Niño côtier se caractérise par réchauffement anormal de l’océan Pacifique le long de la côte péruvienne, qui, à son tour, provoque de fortes pluies sur la côte du désert, des précipitations provoquant le débordement des fleuves et des coulées de boue.

La région la plus touchée par cet assaut pluvieux est Piura (à la frontière avec l’Équateur), où les plus fortes pluies ont été enregistrées depuis ces 50 dernières années, selon les autorités.
« Nous faisons face à une situation imprévue, avec de très fortes pluies sur la côte, des accès routiers coupés, et des ponts brisés », a déclaré le président Pedro Pablo Kuczynski lors d’une allocution télévisée donnée la semaine dernière.

Les pluies devront se poursuivre dans les prochains jours, plus ponctuelles, mais toujours aussi intenses, les dernières prévisions du Service national de météorologie et d’hydrologie (Senmahi) informent que de nouvelles inondations pourraient avoir lieu.

Le Service national de météorologie et d’hydrologie (SENAMHI) a affirmé dans ses dernières prévisions que les précipitations vont s’intensifier cette semaine, en particulier dans les régions de la côte nord du Pérou, qui ont déjà été les plus durement touchés par les pluies de ces derniers jours.
« Malheureusement, nous nous attendons à une semaine difficile. Il est très probable que nous continuions à subir des glissements de terrain », a averti le Premier ministre Fernando Zavala.

(Vidéo du 20/03/2017)