Attention à la virulence des moustiques en Amérique du Sud (en particulier au Pérou) en cette fin de saison humide, la forte chaleur, les pluies intenses, des coulées de boue et les coupures d’eau potable augmentent le risque de voir proliférer des foyers du moustique Aedes aegypti, celui même qui transmet des maladies comme la dengue, le chikungunya, Zika, la prudence va donc être de rigueur pour se protéger au mieux des piqûres indésirables.

Ce moustique se développe dans toute sorte de conteneurs où l’eau s’accumule (citernes, cuves, pots de fleurs…). La chaleur et les pluies sont propices à leur prolifération, la consigne est donc de ne pas stocker d’eau, mais comment éviter l’eau stagnante dans des pays en proie à des inondations engendrées par des intempéries exceptionnelles ? La meilleure solution reste encore l’application d’une protection anti-moustiques , mais encore une fois cette précaution semble bien dérisoire pour des habitants sinistrés qui ont tout perdu et qui se retrouvent les pieds dans l’eau.

Cette année, le Pérou et l’Équateur sont confrontés à un épisode de « Niño côtier », ce qui provoque un réchauffement inhabituel de l’océan à proximité des côtes, et génère de fortes pluies provoquant des glissements de terrain. Cette situation se poursuivra jusqu’à la fin avril avec les conséquences sanitaires que cela implique pour une population sinistrée.

« Tout dépend de la variation de température de l’eau du Pacifique Il y a maintenant 28 à 29 degrés au large des régions de Piura et de Lambayeque, de sorte que l’atmosphère est plus instable et les pluies sont maintenues », a déclaré l’ingénieur Nelson Quispe, du SENAMHI.

Les inondations à Lambayeque augment les risques d’infection et favorise la reproduction des moustiques Aedes aegypti, qui transmettent la dengue, le chikungunya et Zika. Une personne de 49 ans est d’ailleurs morte de la dengue, une forme virulente. Le gouvernement a lancé des campagnes agressives de fumigation dans les zones touchées. Jusqu’à présent, quelque 250 000 maisons ont été fumigées dans 370 districts considérés en situation d’urgence sanitaire dans le pays, selon le ministère de la Santé.

Par ailleurs, les inondations causées par des pluies torrentielles qui ont frappé diverses régions augmentent le risque de développer des maladies infectieuses, par exemple, les personnes exposées pendant plusieurs jours à l’eau stagnante peuvent développer des champignons ou contracter des maladies plus graves comme la dengue ou encore la leptospirose, une maladie bactérienne présente dans le monde entier. Ses principaux réservoirs sont les rongeurs, en particulier les rats, qui excrètent la bactérie dans leur urine.

Le manque d’hygiène a généré la première épidémie de leptospirose à Olmos, Lambayeque (au nord), en raison de la grande quantité d’eau stagnante« C’est une maladie qui guérit souvent par elle-même, elle ne provoque pas la mort, mais peut occasionner des dommages directs pour les reins, les patients atteints de cette maladie sont traités avec des antibiotiques », a déclaré Pedro Cruzado Puente, directeur régional de la santé.

La maladie est transmise au contact d’eau contaminée par de l’urine de rongeurs : « Les intervenants sont dans les zones touchées à la recherche des populations de rats et coordonnent des actions avec les municipalités pour améliorer la salubrité ».

L’humidité peut aussi causer des maladies telles que la teigne, que ce soit sur les pieds, les mains ou le reste du corps. Cependant, les maladies plus graves qui peuvent être déclenchées par les inondations sont bel et bien liées aux moustiques porteurs de maladies. « L’eau stagnante pendant plus de trois jours joue un effet la croissance les moustiques et ils transmettent de nombreuses maladies, telles que la dengue, qui peut avoir des complications graves en matière de santé de la population » , a déclaré le médecin de Solidaridad Salud , Jorge Guerra Guerra .

Le médecin a également souligné que les inondations et la chaleur intense sont aussi propices aux maladies respiratoires et diarrhéiques.

« La pénurie d’eau pousse les gens à utiliser de l’eau pas propre, en effet, il n’y a pas forcément les conditions pour faire bouillir l’eau ou bien les gens ne se lavent pas les mains ou consomment des aliments contaminés et peuvent contracter une maladie diarrhéique aiguë, ce qui peut conduire à d’autres maladies telles que la typhoïde , le choléra et la salmonellose », a-t-il ajouté.

Le ministère de l’Agriculture, par le biais du Service national de la santé agraire (SENASA), a aussi signalé qu’en raison des fortes pluies qui se produisent dans le pays, cela pourrait conduire à une épidémie de maladie du charbon.

Les agriculteurs recommandent aux agriculteurs d’être vigilants concernant le comportement de leurs animaux. L’institution signale également qu’en avril commencera une campagne de vaccination contre la maladie du charbon chez les bovins, les moutons et les chèvres dans les zones à risques.

Mercredi dernier, la Direction régionale de la santé de Piura a confirmé deux cas de maladie du charbon dans la ville de Letigio.