Comme son voisin péruvien, l’Équateur endure les intempéries qui frappent une partie de l’Amérique du Sud sous l’influence d’un phénomène météorologique appelé « Niño côtier », des pertes humaines sont à déplorer, jusqu’à présent, 16 personnes ont perdu la vie principalement dans les régions frontalières avec le Pérou alors que les pluies diluviennes accompagnées de glissements de terrain ont causé la mort de 78 personnes, selon un bilan provisoire, émis par les autorités péruviennes.

La Secrétaire à la gestion des risques en Équateur, Susana Dueñas, a annoncé mardi la mort de 16 personnes à la suite des pluies diluviennes qui affectent la région. 6 599 familles ont été touchées alors que quelque 128 maisons ont été totalement détruites par le mauvais temps.

Susana Dueñas a rappelé la mise en place d’un état d’urgence sur la zone côtière et a également signalé une situation difficile dans la région de Loja. En ce qui concerne le secteur agricole, la fonctionnaire a déclaré que les dommages étaient inférieurs à ceux enregistrés lors de précédents épisodes faisant mention d’inondations mieux gérées grâce aux politiques et projets mis en œuvre par le gouvernement national.

« Aujourd’hui, le Pérou traverse une période difficile, le moins que nous puissions faire en tant que peuple c’est d’adresser immédiatement notre solidarité », a déclaré le fonctionnaire. En Équateur, les précipitations continuent à se manifester avec une intensité variable, à la fin du mois de mars et début avril, le phénomène devrait malheureusement s’intensifier dans tout le pays, selon l’Institut national de météorologie et d’hydrologie (INAMHI).

Concernant l’intensité de la pluie au Pérou, l’un des facteurs déterminants est la température de la surface de l’océan qui, dans le nord du Pérou, se situe encore à 29 °C, tandis que sur les côtes les températures oscillent entre 28 °C à 29 °C . En outre, l’humidité amazonienne et l’influence d’autres systèmes atmosphériques entrent aussi en ligne de compte.

Wladimir Arreaga, spécialiste des alertes et des prévisions de l’Institut national de météorologie et d’hydrologie (INAMHI) a déclaré :

« Cette saison hivernale a été beaucoup plus intense que les années précédentes. Si on la compare à celle de 2012, avec plusieurs mois avec des précipitations en dessous de la moyenne. Ainsi, dans certaines provinces, en janvier, février et mars, ont déjà dépassé leurs valeurs normales », a affirmé le spécialiste.

« En avril, nous attendons beaucoup de pluie. Cette saison d’hiver, à la fois sur la côte et dans le couloir interandin, s’étend jusqu’à la mi-mai, quand nous entrerons dans un processus de transition, en passant de la saison des pluies à la saison sèche », a-t-il ajouté.

Le président équatorien, Rafael Correa, a qualifié il y a quelques jours d’« extrêmement dure » l’actuelle saison des pluies, connue comme l’hiver équatoriale avec d’importants dommages, y compris sur les cultures agricoles. Selon un dernier rapport publié par le Secrétariat de la gestion des risques (SGR), les dommages climatiques les plus graves ont eu lieu dans la province de Manabi, où l’on a signalé 1833 familles touchées entre le 8 février et le 10 mars 2017.

Les pluies dans la région andine de l’Équateur ne sont pas liées à celles qui frappent la côte. Tatiana Merino, de l’Institut national de météorologie et d’hydrologie, explique que le mauvais temps dans la Sierra est dû à l’entrée de masses d’air humides depuis le bassin amazonien brésilien. Ces mauvaises conditions devraient également affecter l’Amazonie.

Le gouvernement équatorien a affiché sa solidarité avec le Pérou qui subit de très forts dégâts matériels en envoyant dimanche une aide humanitaire pour soutenir les victimes. 30 000 litres d’eau potable ont été envoyés à Tumbes, la province frontalière entre les deux pays.

L’Équateur a été le premier pays d’Amérique du Sud à se mobiliser pour répondre à l’urgence de la population péruvienne. Par la suite, la Colombie, le Chili, l’Argentine et l’Uruguay ont également rejoint la chaîne de solidarité. Le gouvernement du Pérou a remercié le généreux soutien du peuple équatorien.

« Le soutien de l’Équateur dans ces circonstances est un acte que les Péruviens chérissent du fond du cœur », a déclaré l’ambassadeur du Pérou en Équateur, Hugo Otero, par le biais d’une vidéo postée sur la page Facebook de l’ambassade. « L’Équateur a eu la grandeur de tendre une main fraternelle alors même que le pays fait également face à la violence de la nature sur son territoire », a souligné le diplomate qui a exprimé la gratitude du Président péruvien Pedro Pablo Kuczynski.

Depuis la mi-janvier, El Niño côtier affecte le Pérou et l’Équateur. Des pluies, des coulées de boue et des inondations ont frappé le nord et le centre du pays.