Le président de Colombie, Juan Manuel Santos, a dirigé une réunion au palais présidentiel afin d’évaluer la portée qu’a d’ores et déjà eu cette saison des pluies, alors qu’elle pourrait se prolonger encore un mois.

Selon le dernier rapport de l’Unité nationale pour la gestion des risques, le nombre de morts s’élève à 389, 22 830 familles ont été touchées, et ce sont 174 glissements de terrain qui ont été enregistrés, 210 inondations, les intempéries ont détruit totalement 910 maisons, 13 170 maisons ont été endommagées et 250 routes touchées, entre autres dégâts matériels.

Selon le chef de l’État, depuis le phénomène La Niña survenu en 2010, c’est la saison des pluies la plus intense enregistrée dans le pays sud-américain.
« Il a plu en ce mois de mai 35 % de plus que la moyenne des précipitations enregistrée en mai, un mois qui en soi est très pluvieux », a déclaré le chef de l’État.

Le chef de l’État a demandé au président du Sénat, Mauricio Lizcano, d’accélérer l’approbation du projet de loi  visant à soutenir le traité du Sommet de Paris pour lutter contre le changement climatique qui a généré tant de catastrophes naturelles.

Ces pluies abondantes dont souffre depuis plusieurs jours la Colombie a valu le placement de 17 des 32 départements du pays en état d’alerte rouge, selon l’Institut d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (IDEAM), des précipitations abondantes qui rappellent la récente tragédie de Mocoa, survenue le 1er avril lorsque qu’une coulée de boue et de roches générées par la crue de trois rivières a causé la mort d’au moins 329 morts et a fait près de 100 disparus.

« Nous allons continuer à maintenir le système en état d’alerte, car même si les pluies ne seront pas aussi intenses que celles de la semaine dernière, la saison des pluies se prolongera jusqu’à la mi-juin, mi, voire la fin de juin » a déclaré le président Juan Manuel Santos, à la fin du Conseil des ministres lâchant ses mots « nous ne pouvons pas baisser la garde ».

Selon le directeur de la Unidad Nacional para la Gestión del Riesgo de Desastres (UNGRD), Carlos Iván Marquez Marquez, l’investissement du gouvernement colombien pour faire face à l’urgence est de 40 000 millions de pesos (près de 14 millions de dollars), plus un soutien supplémentaire de 20 000 millions de pesos (7 millions de dollars).

Selon Marquez, 15 départements ont été particulièrement touchés, il s’agit principalement de Valle Cauca, Nariño, Putumayo, Caldas, Risaralda, Quindio, Antioquia, Cundinamarca et Huila.

Pour le président, l’intensité des pluies est principalement liée au changement climatique global, il a également évoqué un effet rebond après les forts épisodes de sécheresse prolongée qui a touché la Colombie en 2015 et 2016.

L’un des départements les plus touchés par ces pluies abondantes est la Valle del Cauca, au sud-ouest du pays, la crue de rivière Cauca a impacté au moins 300 foyers.

Dans le Chocó, à l’ouest du pays, plus de 5000 familles ont été touchées par la pluie. À Cordoba, au nord de la Colombie, 700 familles sans-abri reçoivent des kits de première nécessité pour faire face à l’urgence.

28 des 32 départements du pays sont affectés par le mauvais temps, Antioquia étant le plus touché avec 12 municipalités en alerte pour risque de glissements de terrain, 35 en orange et 32 en jaune. 12 municipalités sont par ailleurs placées en situation d’urgence grave.

Le responsable de l’IDEAM, Ómar Franco, a rapporté que la saison des pluies affectant une grande partie du territoire national se prolongera au moins jusqu’en juin, il a donc demandé de ne pas baisser la garde contre les conséquences dévastatrices que pourraient provoquer ces précipitations intenses.

En outre, Franco a déclaré que dans la région andine devrait voir ses pluies diminuer en intensité à la fin mai ou début de juin, alors qu’en’Orénoque et en Amazonie, la saison hivernale pourrait se prolonger jusqu’en juillet.

L’alerte rouge est en vigueur pour les départements de Magdalena, Córdoba, Sucre, La Guajira, Santander, Antioquia, Valle del Cauca, Tolima, Meta, Cauca et Nariño.