Mexique, Agua Azul

C’est dans le cadre de la Journée internationale dédiée à la diversité biologique, qui s’est tenue dans le parc national El Chico (dans l’état central d’Hidalgo), que le président du Mexique, Enrique Peña Nieto, a déclaré que son gouvernement est bel et bien déterminé à promouvoir et favoriser le tourisme durable en pleine harmonie avec la protection de l’environnement. Ce secteur constitue par ailleurs un booster de l’économie, une activité bénéfique aux communautés qui s’engagent sur cette voie en participant ainsi à l’amélioration de leurs conditions de vie.

Le thème abordé cette année est « biodiversité et tourisme durable », de même que les pratiques de gestion durable applicables à toutes les formes de tourisme qui optent pour des principes de durabilité environnementale, avec des retombées économiques et socioculturelles pour les acteurs du domaine.

La politique adoptée vise à sensibiliser sur la contribution du tourisme au développement national dans le cadre de l’Agenda 2030, le rôle du tourisme s’avère primordial dans cinq domaines: la croissance économique inclusive et durable, l’inclusion sociale, l’emploi et la réduction de la pauvreté; une utilisation efficace des ressources; la protection de l’environnement et l’impact sur changement climatique.

Peña Nieto a prié les ministères de l’Environnement et des Ressources naturelles (Semarnat) et celui du tourisme (ministère du Tourisme) de travailler de manière coordonnée dans le développement et la promotion du tourisme durable dans le pays.

« Nous encourageons les régions qui sont peu connues aujourd’hui par le tourisme national et international et où l’on peut promouvoir le tourisme  dans le respect de l’environnement », a souligné le chef de l’État. Parmi ces lieux, les touristes pourront découvrir dans le respect du patrimoine naturel des lieux d’observation des baleines ou encore du célèbre papillon monarque et d’autres spécificités susceptibles de satisfaire la curiosité des amateurs de nature.
Au cours des quatre dernières années, le tourisme étranger a augmenté de plus de 50 %, passant de 23 millions de visiteurs étrangers à 35 millions l’an dernier, ce qui représente une hausse « significative », a tenu à souligner Enrique Pena Nieto.

Le Mexique a compris qu’il était essentiel d’associer le développement du tourisme avec le respect de l’environnement en rappelant que son pays offre de multiples opportunités aux touristes avec des destinations balnéaires au fort pouvoir d’attraction, mais aussi des richesses culturelles, rappelons que le Mexique abrite un patrimoine archéologique préhispanique d’exception par exemple, mais aussi des splendeurs naturelles.
Le Mexique est un pays de diversité, un atout indéniable, il fait partie du groupe des nations possédant le plus grand nombre d’animaux et de plantes (12 pays concentrent 70 pour cent des espèces du monde).

Fort de ses richesses, le Mexique est perçu comme « un pays privilégié », il abrite 12 % de toutes les espèces de la flore et la faune dans le monde, il est le premier en nombre de reptiles, deuxième en ce qui concerne les mammifères, quatrième pour les amphibiens et cinquième pour la diversité des plantes.

Peña Nieto vient de réclamer aux secrétariats de l’environnement, de l’agriculture, de l’élevage, du développement rural, de la pêche et de l’alimentation, un projet de loi permettant d’harmoniser les politiques publiques sur la biodiversité avec une attention particulière apportée au secteur agricole.
Ce cadre juridique a deux objectifs: la préservation de la biodiversité (la flore, la faune) et en particulier les ressources forestières et , en même temps,  favoriser l’augmentation de la production agricole et de la diversification des cultures, deux points sur lesquels les autorités souhaitent déployer leurs efforts.

À cet égard, le chef du ministère de l’Environnement et des ressources naturelles, Rafael Pacchiano Alaman a affirmé que l’une des grandes réalisations de la dernière COP 13 sur la biodiversité consiste justement à la collaboration entre les ministères du Tourisme et de l’Agriculture.

Selon les données des Nations Unies, la variété et l’abondance des espèces ont diminué de 40 % entre 1970 à 2000, le tourisme a été tristement l’une des activités qui, pendant des années, a contribué à la disparition des écosystèmes et de la biodiversité. Heureusement, il existe aujourd’hui une plus grande prise de conscience de ce fléau, ce qui a conduit l’industrie du tourisme à adopter de meilleures pratiques à la fois plus éthiques et respectueuses de l’écologie.

A ce jour, le Mexique possède 27 sites culturels inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO et 6 sites naturels, ainsi qu’un site mixte, à savoir l’ancienne cité maya et forêts tropicales protégées de Calakmul, Campeche (2002).