L’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique (INAH), en collaboration avec l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), a fait une nouvelle découverte à Teotihuacan, les chercheurs ont en effet localisé un tunnel d’environ 10 m de profondeur sous la Pyramide de la Lune, un monde souterrain qui serait en rapport avec les croyances préhispaniques relatives à l’inframonde.

L’INAH a effectué des relevés topographiques utilisant un matériel de détection par résistivité électrique (technique qui consiste à injecter un courant électrique dans le sol et ainsi mesurer sa résistance qui varie en fonction des matériaux qui s’y trouvent) et a obtenu des images de ce tunnel situé, selon les premières études, au centre de la pyramide de la Lune, il pourrait avoir été construit selon un modèle similaire aux tunnels des grands monuments comme la Pyramide du Soleil et le temple de Quetzalcoatl, des passages souterrains considérés comme une sorte d’émulation d’un monde du « dessous » selon les croyances préhispaniques.

« Les images montrent un conduit à 10 mètres de profondeur qui irait du centre de la place (Plaza) à la pyramide de la Lune, mais davantage de données sont nécessaires pour le confirmer, ce qui sera le cas dans les prochains mois », a déclaré la scientifique spécialiste en géophysique, Denisse Argote Espino, rattachée à la Direction des études archéologiques INAH.

L’archéologue Verónica Ortega a expliqué que, pour les habitants de Teotihuacan, le monde souterrain était à l’origine de la vie, des plantes et de l’apport en nourriture, de sorte que son origine était strictement rituelle. Ce tunnel aurait été construit autour de 100 av. C, et d’autres canaux devraient être localisés dans la zone concernée.

« Nous sommes confrontés à un nouveau nombril de la ville, face à un nouveau centre cosmique », a déclaré Veronica Cabrera Ortega, directrice du projet de recherche. La fonction du tunnel n’a pas encore été confirmée, il aurait pu avoir un usage rituel, par exemple pour procéder à des cérémonies afin de solliciter de bons rendements agricoles.

Après un siècle de recherches, les experts prennent des précautions pour éviter ce qui est arrivé avec le tunnel précédemment retrouvé sous la Pyramide du Soleil dans les années soixante-dix, qui avait été mis à sac par des pilleurs.

Il semble que l’espace était sacré avant la construction de la pyramide, en raison de la découverte de pierres vertes mégalithiques qui possédaient une grande valeur à Teotihuacan, explique l’archéologue. En fait, elle estime que ces tunnels auraient pu être une émulation de « l’inframonde ».

Environ 100 000 personnes pouvaient vivre à Teotihuacan, l’un des plus grands centres urbains du monde antique au temps de son apogée. Pour Verónica Ortega l’étape suivante consistera à explorer la cavité trouvée sous la Plaza de la Luna, une opportunité perdue avec la Pyramide du Soleil, puisqu’elle avait déjà été fouillée, probablement au début du XVIe siècle par les Mexicas. Cette fois le tunnel devrait être fermé et offrir donc de nouveaux axes de recherche pour les scientifiques.

Le Dr Ortega a par ailleurs ajouté que les prochaines explorations détermineront s’il y a d’autres canaux autour de la pyramide, parce que l’année dernière quelques altérations du sous-sol ont été répertoriées, en particulier de grandes fosses et des canaux liés à des pratiques rituelles.

 « Ces éléments indiquent qu’avant la construction de la pyramide, il y a eu une sacralisation de l’espace, car des pierres vertes mégalithiques ont été retrouvées face à l’édifice, elles étaient très précieuses pour les teotihuacanos et il est fort probable qu’elles faisaient partie d’un discours rituel beaucoup plus large ».

Déclarée Patrimoine de l’humanité par les Nations unies, la cité de Teotihuacán a atteint son apogée entre 250 et 500 ans après Jésus-Christ, Teotihuacán est l’un des plus anciens sites archéologiques connus du Mexique.
Sa redécouverte remonte à 1864, et ses premières fouilles à 1884. Certains de ses monuments ont été restaurés en 1905-1910, comme la pyramide du Soleil, à laquelle son inventeur, Leopoldo Batres, restitua arbitrairement un cinquième niveau. Depuis 1962, la recherche archéologique a été coordonnée par l’Instituto Nacional de Antropología e Historia qui a développé une politique plus rigoureuse de localisation des vestiges et de supervision des fouilles dans les environs immédiats de la zone cérémonielle, tout en favorisant des découvertes magistrales (Palacio de Quetzalmariposa, grotte située sous la pyramide du Soleil).

Cité sacrée localisée à une cinquantaine de kilomètres de Mexico, édifiée entre le Ier et le VIIe siècle, Teotihuacan, « lieu où sont créés les dieux », se distingue par les très grandes dimensions de ses édifices dont les plus notables sont le temple de Quetzalcoatl et les pyramides du Soleil et de la Lune, et par leur ordonnance géométrique et rituelle. Teotihuacán, l’un des plus puissants centres culturels méso-américains, développa son élan culturel et artistique dans toute la région, et même au-delà de ses frontières.