Voilà une date décidément bien cruelle pour le Mexique, alors que le pays revivait un terrible événement hier, 19 septembre, en se remémorant le séisme dévastateur de 1985 qui avait frappé le pays en faisant des milliers de morts (10 000), un nouveau tremblement de terre a secoué les habitants 32 ans jour pour jour après ce drame majeur de son histoire.

Un tremblement de terre de magnitude 7,1 sur l’échelle ouverte de Richter a secoué le centre du Mexique mardi à 13h14, l’épicentre se situait à 12 kilomètres au sud-est d’Axochiapan, dans l’état central de Morelos à une profondeur de 57 kilomètres.

Un dernier bilan toujours provisoire fait état de 224 morts (selon le dernier rapport du secrétaire de l’intérieur, Miguel Ángel Osorio). Dans une interview à Televisa, Osorio a déclaré, mercredi matin, qu’il y avait 117 décès dans la ville de Mexico, 39 dans l’état de Puebla, 55 à Morelos, 12 dans l’état du Mexique et un à Guerrero.

D’autres rapports parlent de trois morts à Guerrero, tandis que les services d’urgence continuaient à opérer dans les zones impactées par les secousses pour venir en aide aux blessés et rechercher d’éventuels survivants pris au piège sous les décombres de nombreux bâtiments qui se sont écroulés sous la force du mouvement tellurique.

Au moins 21 enfants ont été tués et environ 30 sont toujours portés disparus, ils ont été piégés sous les décombres de leur école primaire (établissement Enrique Rebsamen), située à Coapa, au sud de la ville de Mexico. Le président mexicain, Enrique Peña Nieto, a informé la population que la priorité reste le sauvetage des personnes piégées sous les édifices effondrés et les soins portés aux personnes blessées par le tremblement de terre.

« La priorité à ce moment est de continuer à sauver ceux qui sont encore piégés et de fournir des soins médicaux aux blessés », a déclaré Peña Nieto près une visite de certains points de Mexico.

Le président a souligné que des milliers de membres de l’armée, de la marine et de la police fédérale étaient déployés «pour aider la population touchée».

Il a déclaré qu’il travaille « en pleine coordination » avec le chef de gouvernement de Mexico, Miguel Angel Mancera, et avec les gouverneurs de Puebla et Morelos, à savoir les régions qui ont subi les plus grands dommages.

Les services d’urgence sont à la disposition de toutes les personnes qui ont besoin de soins, le chef d’État a évoqué le triste bilan humain en affirmant « Malheureusement, plusieurs personnes ont perdu la vie, y compris des enfants dans des écoles, les bâtiments et les maisons », il a, à cette évocation, exprimé ses condoléances à ceux qui ont perdu un parent ou un être cher.

https://twitter.com/PresidenciaMX/status/910360165580451841

Selon le maire de la ville de Mexico, environ 50 bâtiments se sont effondrés dans les zones situées au centre et au sud de la capitale, où, à la tombée de la nuit, de nombreuses personnes ont pu constater impuissants les dégâts causés sur leurs maisons.

Les quartiers les plus touchés ont été privés d’électricité, un service interrompu par les autorités pour éviter d’éventuelles explosions puisqu’il y a eu des informations concernant des fuites de gaz naturel.

Les autorités ont mis en place des abris pour les familles qui ont perdu leur maison pour passer la nuit  tandis que d’autres sont restées dans les rues.

À Morelos, au sud de la capitale, des maisons et des bâtiments historiques se sont effondrés les villes d’Axochiapan et de Jojutla.

À Puebla, connue pour ses édifices coloniaux, plusieurs églises ont été touchées et onze « personnes ont été tuées alors qu’elles ont été piégées dans une église effondrée » dans la ville d’Atzala, a déclaré le secrétaire du gouvernement Diódoro Carrasco.

Plusieurs pays ont envoyé des messages de condoléances au Mexique. Le président américain Donald Trump a exprimé sa solidarité avec les Mexicains. « Dieu bénisse les gens de la ville de Mexico. Nous sommes avec vous et nous vous soutiendrons », a-t-il écrit dans son compte Twitter.

Le Honduras a annoncé l’envoi de 36 sauveteurs et le Guatemala a également proposé l’envoi de secouristes.

Dans la ville de Mexico, un système d’alarme est censé annoncer la survenue d’un séisme au moyen d’une alarme qui s’active une minute avant le tremblement de terre, mais ce cours délai pour prévenir les habitants n’a pas eu lieu, l’épicentre se situant à moins de 200 km de la ville de Mexico.

Le 7 septembre, un tremblement de terre de 8.1, le plus fort depuis un siècle au Mexique, avait déjà causé 96 décès et plus de 200 blessés dans le sud du pays, en particulier dans les États d’Oaxaca et du Chiapas.

Sinistre coïncidence, mardi matin, jour anniversaire du tremblement du 19 septembre 1985, les autorités avaient organisé un exercice de simulation destiné à la population.