Il s’appelle Celino Villanueva Jaramillo, il est d’origine chilienne et si l’on en croit sa carte d’identité, il aurait 121 ans, un âge avancé qui lui vaudrait d’entrer dans le livre Guinness comme la personne la plus âgée au monde, surpassant ainsi de quatre ans l’âge de la Japonaise Nabi Tajima qui détenait jusque-là le record de longévité mondial.

Originaire de Los Ríos, Valdivia, Celino s’est retrouvé dans une situation difficile en 1995 : sa maison a alors pris feu et il s’est retrouvé sans rien, cet homme, sans enfants, jamais marié, dont les proches n’étaient plus de ce monde, a alors trouvé refuge chez une voisine prénommée Marta Ramírez. Cette dernière, ne pensait pas alors que son sens de l’hospitalité se prolongerait autant au vu de l’âge de son invité, une confidence faite par la principale intéressée concernant son hôte atypique :

« Il avait 99 ans et je pensais qu’il ne vivrait pas longtemps », a-t-elle confié au journal The Guardian qui révèle les faits dans ses pages. À l’époque, elle avait 63 ans et elle est aujourd’hui âgée de 85 ans.

Selon l’octogénaire, le secret de longévité de Celino, qui aurait vu le jour à la date des premiers Jeux olympiques de l’ère moderne, pourrait bien s’expliquer par son goût pour la marche, car malgré son âge avancé, il aime effectuer de longues promenades. Quant à l’alimentation, il n’a visiblement pas adopté une alimentation particulièrement saine et reconnait un penchant pour les empanadas, alors qu’il déteste les haricots.

Le très vieil homme qui commence à intéresser les médias internationaux est né selon ses dires en 1896, mais il a perdu son certificat de naissance dans le même incendie qui l’a laissé à la rue il y a 20 ans. Mais dans son pays, personne ne doute de la véracité de sa date de naissance, car le ministre de la Justice et même le président lui ont remis une nouvelle carte d’identité reconnaissant sa date de naissance pour son 115e anniversaire.

« En passant en revue nos archives, nous confirmons que Celino Villanueva Jaramillo est né le 25 juillet 1896 et qu’il est toujours vivant », a déclaré Jacqueline Salinas, l’une des responsables du département de démographie du bureau de statistique chilien. En raison de son grand âge, les échanges avec Celino sont limités, il est aveugle à 90% à cause de ses cataractes, et souffre d’une importante surdité qui l’isole du reste du monde.

« Malheureusement, il n’y a pas reçu l’avis d’un spécialiste en gériatrie […] au Chili, ce genre d’attention est réservée aux patients du système privé et Villanueva, qui est pauvre, doit se rendre au système public, or il est de qualité inférieure » , peut-on lire dans les pages du journal The Guardian qui a révélé l’identité de ce frêle vieillard totalement édenté qui ne bénéficie guère de beaucoup d’égard malgré sa notoriété nationale.

En effet, pour son 115e anniversaire en 2011, le président milliardaire, Sebastián Piñera, avait pourtant volé personnellement jusqu’à Valdivia, accompagné par le ministre du Développement social, Joaquin Lavin, leur avion chargé de petits cadeaux pour le plus ancien citoyen du Chili. Piñera lui avait alors apporté, entre autres deux cannes et un petit poêle à bois.

Malheureusement, aucune offre n’a été faite pour qu’il puisse avoir accès à des soins gériatriques spécialisés alors que le pauvre homme est dépourvu de couverture médicale.

Nous connaissons son histoire, ou du moins une partie, grâce aux archives. Apparemment, cet homme a travaillé toute sa vie comme cultivateur pour un propriétaire terrien nommé Ambrosio Toledo. À son quatre-vingtième anniversaire, le fermier a été licencié pour laisser sa place à un homme plus jeune, cela l’a contraint à quitter la maison où il habitait, mais, en retour, il a obtenu une pension modeste, et a fini par s’installer dans une cabane de fortune délabrée dans une ville voisine.

Un terrible accident, qui a failli lui coûter la vie, a détruit sa maison et ses rares biens. Quelques jours plus tard, Marta l’a donc accueilli dans sa maison jusqu’à aujourd’hui, devenant, comme elle le souligne , « un invité au long cours ».

Le centenaire a souffert d’une pneumonie en début d’année, ce qui l’a grandement affaibli. Selon Marta Ramírez, Don Celino « n’est plus le même » depuis qu’il est allé à l’hôpital…