Fresque de Ventarrón (Wikipédia)

Un terrible incendie a détruit hier un complexe archéologique millénaire au Pérou, les flammes ont consumé une peinture murale vieille de 2000 ans et une grande partie des vestiges archéologiques du site de Ventarrón, à Pomalca, dans la région de Lambayeque.

Le feu a donc ravagé une fresque polychrome datant de 2000 ans, mais aussi de précieuses traces précolombiennes situées dans le nord du Pérou, des informations révélées par le responsable archéologique des tombes royales du musée de Sipan, l’archéologue péruvien renommé Walter Alva.

« J’ai reçu cette nouvelle lamentable et tragique d’un incendie qui a détruit le monument archéologique de Ventarrón », a déclaré dans un communiqué W. Alva, directeur du célèbre musée Tumbas Reales de Sipán au Pérou.

Selon les mots de l’archéologue, le site de Ventarrón est considéré comme une expression architecturale « unique en son genre » du nord-ouest du Pérou, une zone qui a abrité « la plus ancienne peinture murale d’Amérique ».

L’incendie a été déclenché accidentellement par un groupe de travailleurs appartenant à la société agroalimentaire Pomalca, ces derniers ont mis le feu à un champ de canne à sucre et les flammes se sont propagées sur ce lieu de patrimoine historique.

« Nous perdons un monument exceptionnel et unique en son genre. Je souhaite qu’une enquête soit menée pour établir les responsabilités. Je ne peux qu’exprimer mon indignation et ma douleur face à cette perte irréparable », a déclaré W.Alva.

Ignacio Alva Meneses, archéologue responsable du projet, a lui aussi évoqué les causes probables de ce désastre, à savoir un feu déclenché à l’origine volontairement et mal maîtrisé. Les pompiers ont affirmé hier que le sinistre était contrôlé à 95 %.  « Toute la couche de peinture a malheureusement été perdue, les dégâts sont désastreux », a déploré Ignacio Alva Meneses.

« Le matériel plastique qui a été utilisé pour couvrir le domaine est inflammable et cela explique pourquoi le feu s’est propagé aussi rapidement », a déclaré le chercheur. Au cours de l’après-midi, les pompiers ont travaillé pour contrôler l’incendie, tandis que le personnel du ministère public est arrivé rapidement sur zone pour constater l’ampleur des dégâts.

« Nous avons demandé au ministère public d’ouvrir une enquête pour déterminer les responsabilités et identifier les auteurs présumés qui auraient attaqué le site archéologique », a déclaré le Mincul (ministère de la Culture) dans un communiqué.

Selon l’archéologue Walter Alva, le complexe archéologique impacté, connu comme « le berceau de la civilisation péruvienne et comme le plus vieux temple de l’Amérique », datant de 4 500 ans, « il s’agit sans nul doute de l’un des plus anciens d’Amérique latine ».

« Toute la collection d’ossements que nous avons récupérés lors des fouilles de 60 dépouilles a été perdue, ainsi que des céramiques. C’est la négligence de la société Pomalca », a déclaré le scientifique.

Pour sa part, le président de l’entreprise sucrière Pomalca, César Alva Azula, a affirmé assumer ses responsabilités et a signalé qu’il pallierait à ce titre aux dommages matériels « en tant qu’entreprise, nous prenons nos responsabilités parce que la culture est inestimable et c’est l’occasion d’une rénovation totale du site. Nous demanderons également une enquête sur l’affaire », a-t-il ajouté.

Ventarrón, l’un des vestiges les plus significatifs relatifs à l’origine des civilisations de la côte nord, a reçu 5 103 personnes en 2015, dont 4 553 étaient des visiteurs nationaux et 550 des touristes étrangers.

Le complexe de Ventarrón a été découvert par une équipe dirigée par Alva lors de fouilles menées en 2007 dans la région de Lambayeque (Pérou), à 760 km de Lima et à environ 19 km de la fameuse cité de Sipán, centre religieux et politique de la culture Moche tardive, une civilisation qui a prospéré entre l’année 1 et 700 après J-C.