Voilà un phénomène curieux dont se serait bien passé le Mexique et plus encore les habitants du Chiapas… En effet, le fameux ensemble de cascades d’Agua Azul a vu son volume d’eau fondre comme neige au soleil, une vision de ce lieu totalement métamorphosé par un assèchement soudain privant le paysage de ses eaux turquoise caractéristiques !
Ceux qui résident près des cascades d’Agua Azul ou encore les nombreux visiteurs qui s’y rendent n’en ont pas cru  leurs yeux, l’eau de la cascade principale surnommée La Golondrina a cessé de couler, seul un filet d’eau était visible, le niveau d’eau a baissé jusqu’à 85 pour cent au niveau de la rivière qui alimente la chute d’eau, des informations données par le directeur de la protection civile de l’État du Chiapas, Luis Manuel García.

Les touristes qui ont débarqué en ces lieux privilégiés ces derniers jours n’ont pas retrouvé la splendeur légendaire de ce lieu fréquenté par quelque 200 000 personnes chaque année. Au cours des derniers mois, le débit de l’affluent avait certes diminué, mais dernièrement le niveau de la cascade principale a tari sévèrement privant les visiteurs et les locaux de la vue splendide de cette eau teintée par la forte présence de minéraux dans le calcaire des roches.

La situation a rapidement engendré l’inquiétude de la population locale, le tourisme constituant l’une des principales sources de revenus dans la région du Chiapas, et les raisons de ce tarissement ne sont toujours pas évidentes en ce mois de novembre.

Des experts de la Commission nationale de l’eau, de la Commission nationale des aires naturelles protégées et de la Protection civile de l’État ont commencé à enquêter sur les causes de ce phénomène inattendu. Les experts se se sont penchés sur l’impact souterrain du récent séisme (7 septembre) qui a frappé les États du Chiapas et d’Oaxaca, un puissant tremblement de terre de magnitude 8,2, le plus fort enregistré au Mexique au cours du siècle dernier
Il s’avère donc que les secousses telluriques ont causé des dommages sur Agua Azul, il y a en effet eu un effondrement de roches sur un tronçon de la rivière Xanil qui alimente les cascades. Mais tout ne s’explique pourtant pas par la présence de débris et sédiments qui, depuis le séisme, empêchent le débit habituel.

En effet, bien que située dans une zone naturelle protégée, la région des cascades d’Agua Azul n’échappe pas à l’impact négatif des activités humaines, ainsi la richesse forestière de la forêt de Lacandona est exploitée mettant à mal l’équilibre écologique avec son lot de répercussions sur un environnement fragile.

Luis Manuel García, directeur de la protection civile du Chiapas, s’est exprimé dans la presse révélant que l’abattage des arbres, en modifiant le cycle de l’eau, a des effets sur le débit de la rivière Xanil et, par conséquent, sur les cascades d’Agua Azul.
Pour restaurer un équilibre, les autorités ont effectué des travaux pour dévier l’affluent qui alimente les cascades d’Agua Azul. Ainsi, l’eau a recommencé à couler ces dernières heures au-dessus de la cascade de La Golondrina  et d’autres bassins naturels qui se forment sur les rochers.

Mais le rétablissement intégral de l’écosystème nécessite une étude plus large dont les premiers résultats seront disponibles plus tard dans l’année, a déclaré lundi Juan Limón, de la Commission nationale de l’eau.« Ce ne sera pas une solution immédiate, c’est à moyen et long terme », a-t-il déclaré.

La Golondrina a de nouveau un débit qui permet de couvrir toute la largeur de la cascade, des pluies du front froid numéro 9, apportant un peu de réconfort, mais les eaux turquoise sont, pour le moment, brunes en raison de la grande quantité d’eau charriée soudainement.
Des membres des communautés locales ont pris pelles, bâtons et pioches pour nettoyer ce 15 novembre les décombres et les sédiments qui ont nui à son écoulement normal.

Toutefois, les autorités admettent que ce phénomène a été perçu comme premier avertissement, rappelant que ce paradis naturel peut être sérieusement altéré si toutes les mesures de préservation ne sont pas adoptées.
Il convient de mentionner que les cascades d’Agua Azul abritent l’un des écosystèmes les plus exubérants de la République mexicaine, connu sous le nom de haute forêt à feuillage persistant, composé d’une végétation qui reste verte tout au long de l’année. En outre, le ton de ses eaux est dû à la présence de minéraux, tels que le carbonate de calcium et l’hydroxyde de magnésium.

Adrián Méndez, délégué de la Commission nationale des aires naturelles protégées, et Luis Manuel García Moreno ont souligné que ce phénomène pourrait se produire pour des raisons multifactorielles telles que la déforestation et d’éventuels problèmes géologiques.