Selon des recherches menées par l’archéologue Ashley Sharpe, les Mayas, qui vivaient dans certaines parties du Mexique, du Guatemala, du Honduras et du Salvador, ont élevé et vendu des chiens à des fins cérémonielles.
Selon une étude scientifique publiée mardi par le Smithsonian Tropical Research Institute (STRI), basé au Panama (pays d’Amérique Centrale), la civilisation maya a eu recours à des chiens à des fins rituelles.

Grâce à l’analyse d’isotopes de carbone, d’azote, d’oxygène et de strontium de dépouilles canines, les scientifiques ont découvert que la civilisation maya suivait un chemin différent de celui de l’Afrique, de l’Asie et de l’Europe dont la gestion des animaux a eu lieu similairement avec le développement des villes.

« Dans les Amériques, les gens peuvent avoir élevé des animaux à des fins cérémonielles. La croissance des villes ne semble pas être directement liée à l’élevage des animaux « , peut-on lire dans un communiqué émis par la scientifique Sharpe.
L’équipe de Sharpe est arrivée à ces conclusions après avoir analysé des restes d’animaux du site archéologique de Ceibal, au Guatemala, un site maya avec l’une des plus longues histoires d’occupation continue, et l’un des premiers sites cérémoniels.

Pendant les fouilles, des restes de chiens ont été trouvés ne correspondant à leur habitat naturel, les experts ont dès lors soupçonné qu’ils ont été déplacés par les humains pour faire partie de cérémonies religieuses.
Selon les recherches, le commerce des animaux a commencé pendant la période préclassique, il y a environ 2 500 ans, et s’est intensifié pendant la période classique.
Pour les Mayas, les rituels incluaient des sacrifices d’animaux et d’êtres humains, à ce titre les chiens ont joué un rôle très important.

« Des études comme celle-ci  montrent que les animaux ont joué un rôle clé durant les cérémonies et les actes de pouvoir, ce qui a peut-être alimenté l’élevage et le commerce », a affirmé Sharpe.
En étudiant les ossements des animaux, les chiens ont été divisés en deux catégories: ceux avec des isotopes de carbone inférieurs indiquant qu’ils mangeaient principalement des plantes sauvages, et ceux avec des isotopes supérieurs, qui mangeaient probablement du maïs cultivé par l’Homme, résume Sharpe dans son étude.
Les chiens, deux dindes domestiques (Meleagris gallopavo) et l’un des deux grands félins analysés mangeaient probablement du maïs ou d’autres animaux qui mangeaient du maïs.

En fait, 44 des 46 animaux avaient des proportions d’isotopes de strontium qui coïncidaient avec la région de Ceibal et la région des plaines environnantes du sud, de sorte qu’il a été conclu qu’ils avaient été élevés là.
Cependant, l’archéologue a souligné durant ses investigations que les maxillaires de deux chiens excavés depuis des fosses profondes au cœur de l’ancien complexe cérémonial présentaient des proportions d’isotopes de strontium qui ressemblaient à des régions les plus sèches et montagneuses plus proches de l’actuelle ville de Guatemala.

Il semble que les deux chiens avaient été élevés dans des régions plus éloignées, loin de Ceibal à des fins rituelles.
« C’est la première preuve de chiens qui ont été transférés en Amérique à cette époque », a déclaré l’archéologue.

Non seulement les premiers Mayas ont élevé de grands félins sauvages en captivité; ils ont également transporté des chiens sur de grandes distances pour des cérémonies religieuses.
Bien que les chiens retrouvés dans la pyramide faisaient probablement partie d’un rituel, les chiens faisaient également partie de la société maya quotidienne; ils vivaient dans les maisons avec leurs propriétaires, les aidaient à chasser et faisaient généralement ce que les chiens faisaient depuis des milliers d’années. Des os de canidés apparaissent dans tous les sites mayas, dans les maisons de toutes les classes sociales.
« Les Mayas modernes utilisent des chiens de chasse et les possèdent depuis des générations, alors nous pensons qu’il est probable que les Mayas [précolombiens] en aient eu » a dit Sharpe.

Les deux chiens à Ceibal fournissent la première preuve à ce jour du commerce des animaux vivants dans les Amériques.
« Cette étude montre que les chiens ont été transportés à partir de 400 av. J.-C., ce qui signifie que les animaux ont bougé avec leurs propriétaires humains beaucoup plus souvent que nous le pensions ».
Les Mayas semblent avoir pris plus de temps pour apprivoiser les animaux à des fins plus communes. Les premières dindes nourries avec des grains n’apparaissent dans les archives archéologiques qu’après l’an 200, durant la période classique, lorsque la domestication de la dinde semble s’être étendue au sud du Mexique vers les terres mayas.

Pendant ce temps, beaucoup de familles de la classe inférieure et de la classe moyenne de Ceibal ont probablement survécu en partie grâce à la chasse d’animaux, tels que les pécaris et les cerfs, qui venaient se nourrir dans leurs champs de céréales.

Sharpe révèle qu’il subsiste encore beaucoup de questions avant de comprendre la façon dont les anciens Mayas échangeaient et utilisaient des animaux en captivité.

« Je suis très intéressée à l’idée élargir cette étude à d’autres animaux dans d’autres endroits, ainsi que dans la région montagneuse du Guatemala, afin d’avoir une idée de l’endroit où les animaux ont été commercialisés et de l’étendue du réseau ». a déclaré Sharpe.