Trois touristes européens, un Allemand de 21 ans, un Suisse de 24 ans et un Hollandais de 26 ans ont été expulsés de la citadelle inca du Machu Picchu pour avoir baissé leur pantalon afin d’immortaliser leur présence fesses à l’air sur le célèbre monument historique péruvien !

C’est le mercredi 14 mars 2018 que la police a signalé l’incident de la veille en faisant part de « trois touristes ayant baissé leur pantalon et exhibé leurs fesses », l’officier de police, Martin Flores, a rappelé qu’un tel comportement n’est pas autorisé sur les monuments comme le Machu Picchu. « Selon les règles internes, les trois touristes ont été expulsés sur le champ, mais ils n’ont pas été placés en détention. »

Les autorités péruviennes considèrent ces actes de « déshabillage » fréquents comme des « délits de lèse-culture » contre le patrimoine national. En juin 2014, le ministère de la Culture a réitéré que le tourisme « nudiste » était interdit après que de nombreux visiteurs aient ôté leurs vêtements pour prendre des photos souvenirs du meilleur goût dans la citadelle, lieu le plus visité du Pérou, situé à 74 km de Cusco, la capitale de l’Empire Inca, dans le sud-est du pays.

Le site archéologique du Machu Picchu a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. Les conquérants espagnols qui ont soumis le puissant Empire Inca n’ont jamais connu son existence, la citadelle perdue dans les nuages a été redécouverte en 1911 par l’explorateur américain Hiram Bingham.

Plus d’un million de touristes ont visité Machu Picchu en 2017, dont 76% d’étrangers, selon les données de Promperú, d’après les chiffres du ministère du Commerce extérieur et du Tourisme, plus de 3 000 personnes ont visité en moyenne chaque jour l’écrin de verdure perché à 2 430 m d’altitude au cœur d’une végétation luxuriante.
Les mois de plus grande affluence sont les mois d’août et de juillet quand le nombre moyen de visiteurs est de 5 000 touristes par jour. 155 283 touristes sont arrivés en août et 148 135 personnes sont arrivées en juillet, février et décembre sont les mois les plus calmes en nombre de visiteurs avec respectivement  85 040 et 93 519 touristes.

Par ailleurs, le Service national des zones naturelles protégées par l’État (SERNANP) a annoncé avoir bouclé la période de maintenance sur le chemin de l’Inca, sa réouverture au public est effective depuis ce mois de mars. L’Agence a indiqué, dans un communiqué, que des travaux d’entretien avaient été effectués par des gardes forestiers sur les 28 campements, dans les secteurs de Pacaymayo Alto, Llulluchapampa et Ayapata. Le Sernanp a noté que l’activité a été réalisée en coordination avec les municipalités des districts de Machu Picchu et Ollantaytambo, et avec le soutien de plus de vingt agences de voyages et de tourisme ainsi que la compagnie de chemin de fer PeruRail.

« Ces activités visent à assurer le développement d’un tourisme durable et sûr dans cette aire naturelle protégée, ainsi que la conservation des écosystèmes et de la biodiversité des espèces de flore et de faune qu’abritent le sanctuaire et sa zone tampon ».

Des initiatives qui ont de quoi ravir les visiteurs du monde entier, qui sont priés, nous le rappelons, de garder leurs vêtements en toute circonstance, le selfie qui se veut »sensationnel » ou « provoc’ » ne doit pas se faire au détriment de la bienséance sur des lieux sacrés chargés d’histoire précolombienne, parole de Péruvien !