Reconstruction du squelette de l’ Argentinosaurus, au Musée municipal Carmen Funes, de Plaza Huincul (Wikipédia)

Des restes d’un dinosaure prédateur qui a habité l’actuelle province de Neuquén, en Patagonie, il y a 85 millions d’années, a été découvert par des paléontologues de l’Université nationale de Comahue, une annonce faite mercredi par des spécialistes de l’Université nationale de Comahue depuis la ville d’Añelo (située dans la province de Neuquén).

Les ossements découverts appartiennent à un groupe de dinosaures théropodes, il s’agit d’un représentant de l’espèce qui appartient aux Megaraptora, et plus précisément les restes d’un « Tratayenia rosalesi » : « un troupeau de prédateurs sombres qui vivaient en Amérique du Sud et en Australie au cours des étapes intermédiaires et avancées de la période du Crétacé », dernière période de l’ère des dinosaures, a rapporté l’Université.
« Ces dinosaures avaient des crânes relativement longs », « des membres inférieurs puissants, extrêmement musclés avec des griffes géantes sur deux doigts internes de chaque patte ».

En fait « les Megaraptoridae atteignaient plus de neuf mètres de long et étaient probablement les prédateurs les plus grands et les plus meurtriers en Amérique du Sud depuis au moins 95 à 85 millions d’années », ont déclaré les scientifiques.
Le « Tratayenia rosalesi » a ainsi été nommé en raison du lieu où il a été découvert, Tratayén, et du nom de celui qui l’a découvert, l’Argentin Diego Rosales, il est le premier membre des Megaraptoridae dont les chercheurs possèdent l’ensemble de ses vertèbres de hanche, ce qui apporte des renseignements sur le squelette de ces carnivores du Crétacé, peu connus jusqu’alors.

Des sources universitaires ont fait savoir que la nouvelle créature pourrait être le Megaraptor géologiquement le plus jeune jamais retrouvé dans le monde, ce qui démontre que ces prédateurs ont survécu jusqu’à il y a au moins 85 millions d’années, à la fin de l’ère de dinosaures.
Le coresponsable de l’étude, Matt Lamanna du Musée d’histoire naturelle Carnegie à Pittsburgh, a déclaré que  « les vertèbres de Tratayenia sont aussi belles que les fossiles de dinosaures, et elles possèdent des caractéristiques assez étranges. Bien sûr, nous aurions souhaité avoir plus d’os de ce spécimen, mais peu importe, ce que nous avons trouvé est incroyable. « 

Le responsable de l’étude, Juan Porfiri, exerçant au Musée des sciences naturelles de l’Université nationale de Comahue, a déclaré  « lorsque Diego Rosales a fait mention de la découverte, une demande d’autorisation de préservation du patrimoine a été émise auprès de la province de Neuquén , respectant ainsi les dispositions de la loi qui protège les fossiles de la province. Puis, quand nous sommes allés sur le site de la découverte pour la préservation des fossiles et qu’on a commencé à ôter des sédiments, nous avons réalisé que nous étions face à un dinosaure carnivore avec des os extrêmement pneumatiques et à la forme des vertèbres, nous avons soupçonné que nous étions confrontés à un dinosaure étroitement apparenté au Megaraptor [le membre le plus connu du groupe de Tratayenia qui vivait un peu plus tôt en Patagonie et portait des griffes de 40 cm] », a expliqué Porfiri.

Les résultats de cette découverte ont été publiés dans la revue scientifique Cretaceous Research, « les Megaraptoridae, bien que toujours mystérieux, semblent avoir composé un groupe assez important de dinosaures prédateurs », affirme le paléontologue Matt Lamanna.

« Avec l’utilisation des ossements de différentes espèces, y compris le Tratayenia, nous pouvons faire quelque chose comme un composite de type policier d’un squelette de Megaraptoridae », ajoute Lamanna dans la recherche publiée dans la revue Cretaceous Research.

Pour reconstruire le Tratayenia, les chercheurs ont découvert environ la moitié des vertèbres caudales, toutes les vertèbres de la hanche, des côtes et une partie du bassin, mais aucun reste du crâne, des membres ou la queue.

La Patagonie a offert aux paléontologues les plus impressionnants dinosaures mis au jour au niveau mondial, y compris le carnivore prédateur géant Giganotosaure et l’immense Patagotitan, ou encore l’Argentinosaurus (pour en savoir plus http://www.actulatino.com/2014/05/19/argentine-decouverte-d-un-tresor-paleontologique-aux-dimensions-extraordinaires/) et le Dreadnoughtus.