Le Volcan de Fuego, situé à environ 50 kilomètres à l’ouest de la capitale guatémaltèque, est entré en éruption dimanche pour la deuxième fois de l’année, affectant 1,7 million de personnes, a rapporté l’agence de prévention des catastrophes du petit pays d’Amérique centrale.

Le volcan, qui s’élève à une altitude de 3 763 mètres est situé entre les départements d’Escuintla, Chimaltenango et Sacatepéquez, il est l’un des plus actifs des 37 volcans d’Amérique centrale.

Le Coordonnateur national pour la prévention des catastrophes (CONRED) du Guatemala a rapporté que 25 personnes sont mortes pendant ce processus éruptif et que d’autres ont été blessées, un chiffre qui pourrait encore évoluer dans les prochaines heures.

Le porte-parole du CONRED, David de León, a ajouté que jusqu’à présent, 653 habitants ( 378 dans le département d’Escuintla et 275 à Sacatepéquez) résidant aux alentours du colosse ont été évacués et relogés dans des abris temporaires.

« C’est une rivière de lave » qui a affecté la communauté d’El Rodeo, entrainant les décès de plusieurs personnes a expliqué Sergio Cabañas, secrétaire générale de la CONRED, à une radio locale.

D’immenses panaches de fumée ont été observés à divers endroits du pays, les explosions et la pluie de cendres ont atteint quatre départements du Guatemala plaçant la population en état d’alerte. L’activité volcanique a généré de forts écoulements pyroclastiques qui ont affecté les localités de Barrancas Seca, Cenizas, Onda, Las Lajas, Mineral et Taniluya.

David de León a signalé que les communautés les plus touchées par la chute de matériel volcanique sont celles situées dans les départements de Sacatepéquez, Chimaltenango et Escuintla.

L’éruption a généré de forts grondements avec des ondes de choc provoquant des vibrations dans les maisons à une distance de 20 kilomètres du cône volcanique. Le changement du vent qui était le matin au sud puis au nord a fait que les particules de cendres ont atteint la capitale d’abord, puis les régions de l’est et du nord du Guatemala.

Lors de sa première éruption de l’année, le 1er février, le volcan a été actif pendant 20 heures, période au cours de laquelle il a expulsé des coulées de lave et a provoqué une activité sismique et des explosions.

« C’est la plus grande éruption depuis 1974, nous avons eu des éruptions constantes, mais pas de cette ampleur, huit kilomètres de lave se sont écoulés », a déclaré Gustavo Chigna, expert de l’Institut national de sismologie et de volcanologie aux médias locaux.

Le président du Guatemala, Jimmy Morales, a déclaré dimanche trois jours de deuil national en hommage aux victimes, il a déclaré trois jours de deuil en raison de la «perte irréparable» de vies humaines dues à l’activité du colosse.

Le président a exprimé ses condoléances au nom de son gouvernement aux familles des personnes touchées, et a exhorté la population à partager la « profonde douleur qui endeuille la nation ».

En raison de l’urgence, le président guatémaltèque a accepté dimanche de décréter l’état de la calamité publique dans les trois départements, les plus touchés par l’activité volcanique, une mesure de 30 jours qui doit encore être approuvée ou modifiée par le Congrès.

Tout le Guatemala a été déclaré en état d’alerte orange tandis que les départements d’Escuintla, Chimaltenango et Sacatepéquez, où se situe le volcan Fuego,  ont été placés en alerte rouge.

Le président Morales a annoncé que ses homologues  Enrique Peña Nieto pour le Mexique;  Juan Orlando Hernández pour le Honduras et Salvador Sánchez pour le Salvador ont exprimé leur solidarité et leur ont offert leur aide.

https://twitter.com/NGuatemala/status/1003417580231692289

Outre l’aide de plusieurs pays, les Nations Unies ont exprimé leur solidarité avec les familles des victimes et des personnes touchées, ainsi que leur «volonté d’aider» le gouvernement et la population pour faire face à cette situation d’urgence.

Il est « important de redoubler d’efforts et de prendre des mesures pour éviter que d’autres populations ne soient affectées », a déclaré l’ONU dans un communiqué, ajoutant qu’elle mettait à la disposition de l’Etat guatémaltèque « les mécanismes d’attention humanitaire ». L’aéroport international La Aurora est resté fermé à titre préventif, car la piste était remplie de cendres.

Le ministre de la Santé, Carlos Soto, a déclaré que tous les hôpitaux sont en alerte pour aider les personnes touchées par cette situation d’urgence.

Les médias locaux ont diffusé des vidéos montrant des personnes piégées par l’avalanche incandescente, l’armée a déplacé plusieurs brigades pour collaborer au sauvetage des personnes qui sont prises au piège dans leurs communautés.

Les autorités ont averti que les pluies sont maintenant la principale menace, non seulement pour la population, mais aussi pour les routes qui sont situées autour du volcan, et ont appelé les maires à vérifier si l’eau potable est contaminée ou non.

Le gouvernement, par l’intermédiaire du ministère du Développement (Mides), a déployé une aide humanitaire aux populations touchées par l’éruption volcanique.

L’activité du volcan a aujourd’hui ralenti, la recherche de survivants se poursuit et la crainte est palpable parmi les habitants qui vivent aux alentours du géant. Il y a un nombre indéterminé de personnes disparues et 3 100 personnes ont été évacuées selon les autorités locales alors que les dommages causés par l’éruption du volcan de Fuego restent encore à évaluer.

 

7 juin 2018 : Un dernier bilan humain, toujours provisoire, fait désormais état de 109 morts (200 personnes restent portées disparues)