Au Nicaragua, huit départements ont été placés cette semaine en alerte rouge en raison de fortes précipitations et des inondations associées, le gouvernement a fait savoir que 14 personnes sont mortes des suites des fortes pluies tombées sur la nation d’Amérique centrale au cours de ce mois.

Selon un dernier bilan donné par le gouvernement, au moins cinq personnes sont mortes jeudi pour avoir « traversé de manière imprudente » des cours d’eau en crue, depuis que l’alerte rouge a été décrétée mardi, dix personnes sont décédées, cette alerte maximale a été déclarée dans huit des 17 départements du Nicaragua, y compris la capitale, après les fortes pluies qui ont commencé à s’abattre lundi et qui devraient encore se poursuivre dans les prochains jours.

Les victimes signalées au cours des dernières 24 heures provenaient des départements de Matagalpa, Jinotega et Nueva Segovia, tous situés dans le nord du pays.

Les précipitations sont dues à la présence d’un centre de basse pression localisé et d’une vague tropicale qui ont un impact sur le territoire nicaraguayen, selon les autorités.

Les pluies persistantes sont normales à cette période de l’année au Nicaragua, la saison humide s’étend de la mi-mai à la fin novembre. Les 8 autres départements du Nicaragua sont placés en alerte jaune afin de maintenir une vigilance active et inciter la population à prévenir tout risque.

Le Nicaragua n’est pas le seul pays d’Amérique centrale à subir d’importantes intempéries, ainsi les autorités d’El Salvador, et du Honduras ont décrété cette semaine différents niveaux de vigilance et de surveillance en raison des pluies générées par ce système dépressionnaire.

Ces trois pays ainsi que le Costa Rica, ont été impactés il y a un peu plus d’une semaine par une tempête qui a fait environ 20 morts et des dizaines de milliers de personnes touchées.

Au Guatemala, le secrétaire exécutif rattaché au centre de prévention des catastrophes naturelles, Sergio Garcia, a déclaré que les précipitations qui ont touché le pays la semaine dernière se poursuivront au cours des prochains jours en raison deux systèmes de basse pression, l’un situé dans la mer des Caraïbes (avec 40% de probabilités d’assister à la formation d’un ouragan) et un autre dans le Pacifique.

Garcia a déclaré que les pluies qui ont frappé le Guatemala la semaine dernière ont affecté 84 communautés dans 22 municipalités, que 879 personnes se sont réfugiées dans des abris et que 3 277 maisons ont été endommagées.

Les caprices de la météo se manifestent aussi en Amérique du Sud, en particulier en Colombie, le Bureau à la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a indiqué que quatre municipalités du département de La Guajira étaient fortement touchées par les inondations.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), quelque 64 565 du département colombien de La Guajira ont été sinistrés, dans un document, le bureau a expliqué que la municipalité la plus touchée est celle d’Uribia avec quelque 12 697 familles victimes de l’abondance des eaux, une région où 91% de ses habitants sont d’origine indigène et vivent de façon dispersée, ce qui complique l’intervention des secours.

De plus, La Guajira est l’un des départements colombiens au taux de pauvreté et de malnutrition infantile le plus élevé, en particulier parmi les membres du groupe ethnique Wayuú. À Riohacha, environ 57 familles ont également été touchées par les pluies.

Enfin, l’OCHA a alerté sur la situation des habitants qui manquent de nourriture et de moyens de subsistance en raison de la perte de récoltes.

Le 11 octobre, de fortes précipitations enregistrées dans la municipalité de Marquetalia, dans le département colombien de Caldas (centre), a provoqué un glissement de terrain qui a fait au moins 12 morts, quatre blessés et plusieurs disparus.

L’incident s’est produit vers 2 heures du matin dans le quartier des Andes à cause des pluies très intenses qui ont frappé Marquetalia. Les précipitations enregistrées à la mi-octobre sont déjà deux fois plus importantes qu’attendu, les précipitations seront également fréquentes au cours des deux prochaines semaines, du fait que la région andine et les Caraïbes deviennent un foyer de précipitations à cette période de l’année. Les autorités colombiennes prévoient que les pluies se poursuivront jusqu’aux premières semaines de décembre et ont exhorté la population à prendre ses précautions.

Compte tenu de l’augmentation des fortes pluies affectant la région d’Amérique latine, l’Institut colombien d’hydrologie, de météorologie et d’environnement (Ideam) a déclaré le 8 octobre une alerte hydrologique rouge dans sept départements du pays.

Selon l’entité, la mesure a été prise en raison des risques engendrés par les augmentations soudaines des rivières et fleuves dans les départements de Magdalena, Meta, César, Arauca, Caquetá, Chocó et Nariño.