Argentine : Le nord-est du pays est sous l’eau, des inondations catastrophiques !

Au moins quatre personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont dû être évacuées hier dans le nord-est de l’Argentine en raison de fortes pluies qui ont d’ores et déjà fait d’importants dégâts matériels, y compris dans le secteur agricole particulièrement impacté par les intempéries. À Santa Fe, 80% de la production de coton a déjà été perdue, plus de 500 000 hectares ont été inondés.

La situation la plus tragique a été enregistrée dans le nord de la province de Santa Fe, où une cinquantaine de familles isolées vivant dans des zones rurales ont été totalement inondées, elles dépendent de l’aide qu’elles reçoivent par le biais d’hélicoptères sanitaires, a rapporté la Protection civile.

Selon les prévisions, on prévoit au moins trois autres jours de pluies intenses, constantes et généralisées dans la région qui reste sous alerte météorologique.

Une femme et sa fille se sont noyées jeudi alors qu’elles tentaient de traverser un pont enjambant un ruisseau à Paso de los Libres, dans la province de Corrientes, et le véhicule a été emporté par le courant.

Également à Corrientes, un homme porté disparu a été retrouvé noyé dans un cours d’eau.

Selon les estimations, la région a reçu en janvier l’équivalent d’un an de précipitations.

Le quatrième décès est survenu dans la province de Santiago del Estero, où un enfant de quatre ans, qui voyageait avec son père sur une moto, est décédé après avoir reçu une branche d’arbre arrachée par le vent. Dans des déclarations faites à l’agence de presse argentine Telam, le directeur national de la Croix-Rouge argentine pour les situations d’urgence, Rodrigo Cuba, a expliqué que les régions les plus impactées par les évacuations sont les provinces du Chaco, Corrientes et du nord de Santa Fe.

Dans le Chaco, environ 1 300 personnes ont été évacuées, 700 à Corrientes et 200 à Santa Fe, a déclaré R.Cuba, ajoutant « nous assistons au début du phénomène météorologique El Niño, nous savions donc que cela pourrait se produire à cette époque » ajoutant « en tout cas, c’est une très forte inondation, il y a une accumulation d’eau, il pleut un peu et cela ne se résorbe pas, il va falloir beaucoup de temps. »

En ce qui concerne le travail d’aide aux victimes, le spécialiste a noté que « l’eau accumulée rend la tâche difficile, nous devons donc attendre que le niveau diminue ».

Colombie : L’ELN veut reprendre les pourparlers avec le gouvernement

Le groupe de guérilla Ejército de Liberación Nacional (ELN) a demandé au gouvernement colombien de reprendre immédiatement le dialogue interrompu, par le biais d’un communiqué publié à La Havane.

À son tour, le groupe d’insurgés critique la position du Haut-commissaire colombien pour la paix, Miguel Ceballos, à qui il demande de ne pas agir en tant que « conseiller de guerre ».

Dans le document en question, la délégation de la guérilla à La Havane a proposé au gouvernement, dirigé par le président Ivan Duque, « de reprendre l’ordre du jour des négociations et de convenir d’un cessez-le-feu bilatéral ».

La déclaration, signée par le chef de l’équipe de négociation de l’ELN, Pablo Beltrán, indique que le dialogue doit être repris en abordant tous les sujets possibles.

À son tour, le document délivré par l’ELN à La Havane fait référence au meurtre de six dirigeants sociaux au cours de la première semaine de 2019 et exhorte le gouvernement dirigé par Duque à oeuvrer pour retrouver les responsables de ces actes criminels.

Les discussions entre l’ELN et le gouvernement colombien sont en suspens depuis l’entrée en fonction du président Duque.

https://twitter.com/ELN_Paz/status/1083563838635737088

Le Haut Commissaire colombien pour la paix a déclaré que le gouvernement voulait savoir si l’ELN était disposé à renoncer aux séquestrations et à décréter un cessez-le-feu unilatéral.

Ceballos a mentionné la volonté du président Iván Duque, de reprendre les pourparlers.

L’archéologie péruvienne mise à l’honneur dans le Val d’Oise

Le Musée archéologique du Val d’Oise offre jusqu’au 15 septembre 2019 aux visiteurs une plongée historique dépaysante et c’est le Pérou précolombien qui est à l’honneur à l’occasion de l’exposition retraçant 2000 ans de culture !

Ce parcours didactique débute 100 ans av. J.-C. avec l’évocation des célèbres lignes de Nazca reconnues comme patrimoine mondial par l’UNESCO, ces géoglyphes datant de plus de 2 000 ans avec des figures géométriques et des animaux, sont, rappelons-le, uniquement visibles depuis les airs !

Localisés dans la plaine côtière aride du Pérou à quelque 400 km au sud de Lima, les géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana s’étendent sur une superficie estimée à 450 km² . Certains de ces géoglyphes représentent des créatures vivantes, d’autres des végétaux stylisés ou des représentations fantastiques, mais aussi des figures géométriques (triangles, spirales, rectangles, courbes, de plusieurs kilomètres de long). Un lieu plein de mystère et bercé par des croyances ancestrales qui fascinent toujours les scientifiques du monde entier !

https://twitter.com/valdoise/status/1073533055267160064

La rétrospective pré-coloniale se poursuit avec le peuple Mochica connu, entre autres, pour la magnificence de la tombe du Seigneur de Sipán, les visiteurs pourront à cette occasion découvrir une reconstitution grandeur nature. D’autres cultures sont mises à l’honneur comme les Huaris, ou encore le peuple Chimú. Et c’est avec la plus emblématique civilisation de l’Ancien Monde, le peuple inca, que cette visite s’achève avec la ville de Cuzco, ancienne capitale de l’Empire inca, en ligne de mire, une culture anéantie par la Colonisation espagnole et l’arrivée des premiers conquérants parmi lesquels figure Francisco Pizarro.

Cette exposition est agrémentée par des objets, des reproductions officielles des musées péruviens. Des collections archéologiques originales, provenant du Musée du Quai Branly, sont également proposées au public.

« Un espace découverte introduit ce voyage par une carte interactive, de la musique andine, des jeux et des livres pour une immersion totale. Pour les plus jeunes, des contenus accessibles et des outils ludiques jalonnent le parcours pour une expérience vivante et dynamique », peut-on lire sur la page de musée.

Des Mochicas aux Incas, le Pérou archéologique :
Musée archéologique du Val d’Oise

Renseignements :

  • Place du Château 95450 Guiry-en-Vexin
  • Musée ouvert tous les jours sauf les lundis, 25 décembre et 1er janvier.
  • Du mardi au vendredi : 9h-17h30
  • Samedi, dimanche et jours fériés : 13h-18h
  • Entrée libre et gratuite