Bolivie, lac Titicaca, Isla del Sol

Quelque 500 ans avant les Incas, emblématique culture précolombienne, une ancienne civilisation faisait déjà des offrandes rituelles aux divinités près d’Isla del Sol (la plus grande île sur le lac Titicaca) en Bolivie. Une équipe internationale a procédé à des fouilles sous-marines au récif de Khoa près d’Isla del Sol avant de livrer ses conclusions dans une parution scientifique.

Les experts ont utilisé un sonar et de l’équipement de photogrammétrie sous-marine pour analyser le site de la découverte, après le dragage des eaux, ils ont analysé les sédiments et ont découvert des offrandes rituelles.

Les chercheurs impliqués dans ces fouilles sous-marines ont fait mention de cette découverte dans la revue « Proceedings of the National Academy of Sciences », l’anthropologue José Capriles de la Penn State University déclare à cette occasion : « Les gens associent souvent l’île du Soleil aux Incas parce que c’était un lieu de pèlerinage important pour eux et parce qu’ils ont laissé derrière eux de nombreux édifices de cérémonie et des offrandes dans et autour de cette île », mais les auteurs de la recherche suggèrent que la religion organisée est apparue dans la région bien avant ce que l’on pouvait imaginer.

« Nos recherches montrent que le peuple de [l’ancienne culture bolivienne] Tiwanaku, qui s’est développé sur le lac Titicaca entre 500 et 1100 apr. J.-. C. a été le premier à offrir des objets de valeur aux divinités religieuses de la région », une zone où les Incas ne sont arrivés que vers le XVe siècle.

Lors des fouilles subaquatiques effectuées dans les environs d’Isla del Sol, du côté bolivien, des offrandes rituelles ont été découvertes, il s’agit d’encensoirs en céramique à l’effigie de félins, des coquillages, des ornements en or, les archéologues révèlent aussi des traces de sacrifices d’animaux. Christophe Delaere, co-auteur de l’étude, a expliqué que les os de lamas retrouvés portent des marques causées par des couteaux sacrificiels et que les animaux peuvent avoir été abattus sur une petite île située à environ 300 mètres du site cérémoniel avant d’être submergés avec d’autres artefacts.

« Les découvertes, et en particulier les brûleurs d’encens en céramique en forme de puma, sont importantes, car elles nous aident à mieux comprendre le comportement rituel et la religion de l’État Tiwanaku, une société qui a précédé les Incas de plusieurs centaines d’années », a déclaré Christophe Delaere, archéologue subaquatique à l’Université d’Oxford et à l’Université libre de Bruxelles.

« Ce qui est formidable avec ces artefacts, c’est qu’au-delà de leur beauté et de leur qualité de fabrication, ils ont été découverts dans un contexte non perturbé », a déclaré Christophe Delaere précisant « c’est l’un des avantages du patrimoine subaquatique. Le lac Titicaca protège les objets de son ancienne culture du Temps et de l’Homme. Jamais auparavant autant d’artefacts de cette qualité n’avaient été découverts. L’histoire que ces objets nous racontent est exceptionnelle ».

Par ailleurs, les chercheurs pensent que les offrandes religieuses découvertes ont été faites intentionnellement pour être submergées sous l’eau.

Cette découverte laisse à penser « que les élites Tiwanaku faisaient des offrandes coûteuses au centre du lac, probablement liées à la sacralisation de la Isla del Sol en tant que lieu de pèlerinage ».

« La présence d’ancres près des offrandes suggère que les autorités officiantes auraient pu déposer les offrandes lors des rituels pratiqués à partir de bateaux », a déclaré Capriles. Apparemment, le Tiahuanaco a fabriqué ces objets dans l’intention de les déposer dans le lac.

Pour M. Capriles, « le projet d’archéologie sous-marine du lac Titicaca, géré avec succès par le Dr Christophe Delaere, nous permet d’élargir de manière significative notre compréhension des sociétés précolombiennes qui se sont développées dans le bassin du lac Titicaca, en explorant les vestiges laissés par ces sociétés. sociétés et qui sont actuellement sous l’eau » ajoutant « les offrandes rituelles qui ont été faites ici démontrent la transition des sociétés au système religieux plus locale vers quelque chose qui avait un attrait géopolitique et spirituel plus ambitieux. »

Le lac Titicaca s’élevant 3 812 m d’altitude, à cheval entre le Pérou et la Bolivie, est pour les civilisations précolombiennes le lieu où est né le soleil (le dieu Inti) et où s’est constitué l’univers, il remplit avec le Tiwanaku la fonction de lieu d’origine. L’État de Tiwanaku est apparu dans le bassin du lac Titicaca entre le Ve et le XIIe siècle de notre ère, et est devenu l’un des plus vastes et des plus influents des Andes.

Au moment de la Conquête espagnole, le bassin abritait environ 1 million de personnes.