Certaines images en disent plus qu’un long discours. C’est le cas d’une photo prise par un astronaute de la Station spatiale internationale (ISS) et qui pointe du doigt un drame écologique au cœur de la forêt amazonienne.

Madre de Dios, la région amazonienne du Pérou défigurée par les activités minières

En effet, sur ce cliché, on visualise de plein fouet l’impact de l’extraction minière illégale dans la région de Madre de Dios. On parle d’une région tropicale située au sud-est du Pérou couverte de forêt affichant une grande biodiversité. Une photo très impactante devenue virale sur les réseaux sociaux !

On y découvre les “rivières d’or” immortalisées par la NASA qui parsèment la forêt amazonienne. En fait, cette légende fait référence à la couleur mordorée de l’eau et désigne des puits d’exploration qui sont remplis d’eau polluée par les rejets de mercure.

En fait, pour parvenir à leurs fins, les orpailleurs, sans scrupules, détruisent la végétation, déboise, creuse, charrie des tonnes de boue et pollue sans vergogne l’environnement. Ainsi, ils menacent l’équilibre d’ écosystèmes fragiles. Des actions qui, aujourd’hui, nous confrontent à ces photos de désolation.

https://twitter.com/ecuavisa/status/1360255226729611269

La NASA dévoile les impacts dévastateurs de l’orpaillage illégal sur la nature

Les images prises par la NASA dévoilent avec une netteté effrayante la rivière Inambari, et une série de puits témoignant de l’activité humaine incontrôlée et néfaste dans cette zone reculée du pays.

L’agence spatiale a souligné que les conditions météorologiques avaient permis de prendre ces photographies au mois de décembre 2020. Les clichés ont été dévoilés le 11 février révélant aux yeux de la communauté internationale ces puits généralement dissimulés par la couche nuageuse.

Cette fois, le ciel dégagé et les rayons lumineux du soleil ont révélé cette catastrophe écologique de grande ampleur comme si la Nature ne pouvait plus taire ce fléau.

En Amérique du Sud, le Pérou est l’un des principaux exportateurs d’or au monde et la région de Madre de Dios abrite une industrie clandestine où des milliers d’individus empruntent la voie de l’orpaillage pour gagner leur vie.

Un écosystème menacé par la déforestation et la pollution

De nombreuses associations environnementales, tout comme de nombreuses communautés natives, tirent la sonnette d’alarme et alertent sur les conséquences dramatiques de cette activité sur les terres verdoyantes de la selva.

En effet, l’usage du mercure défigure les cours d’eau et engendre une contamination de ces derniers, avec les répercussions sanitaires que cela implique pour les habitants.

La région de Madre de Dios est un lieu qui abrite une grande biodiversité. Or, la déforestation implique une destruction tragique de l’habitat de nombreux singes, jaguars ou encore papillons, ce qui menace, à moyen et long terme, leur survivance.

Une étude a révélé en janvier 2109 que le déboisement engendré par l’extraction de l’or a causé la perte de 9000 hectares de forêt en Amazonie péruvienne en 2018, selon Monitoring of the Andean Amazon Project.

Encouragée par la hausse du prix de l’or, l’exploitation minière suscite les appétits de contrebandiers avides de trouver un moyen de subsistance au détriment de la protection de l’environnement.

Le mercure constitue une menace sanitaire

Il faut savoir que le mercure est un métal volatil qui peut être charrié sur de longues distances par le vent et les cours d’eau. Il est stocké dans les sédiments et se transforme en méthylmercure ce qui constitue un contaminant au sein de la chaîne alimentaire atteignant les animaux comme les poissons et d’autres espèces qui constituent la principale source de nourriture des natifs.

Bien que le mercure ait un impact négatif sur la santé en s’attaquant principalement au système nerveux, aux reins et au foie, il entraine aussi des problèmes de santé plus sournois. Par ailleurs, ces symptômes, qui peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies, compliquent souvent le diagnostic clinique de l’intoxication aux métaux lourds.

Le rejet de mercure dans l’environnement lié à l’exploitation minière pose donc des risques directs pour la santé humaine (pollution de l’eau, de l’air et du sol). Or, cette contamination, vous l’aurez compris, est susceptible de générer des effets polluants sur les chaînes alimentaires locales (cultures, arbres fruitiers, poissons).

Ces clichés sont le reflet d’une tragédie difficile à enrayer. Les autorités péruviennes ne parviennent pas à réguler ce trafic de grande ampleur, même si de nombreuses actions sont menées par le gouvernement pour freiner la déforestation.