Pyramides de Caral, Pérou (Wikipédia)

L’information a été donnée par l’agence de presse Andina fin août, une fresque sculptée datant de 3800 ans a été mise au jour au Pérou sur le site archéologique de Vichama dans le département de Lima. Une ville née de l’exode de la civilisation pré-hispanique Caral, la plus ancienne d’Amérique.

Le Dr. Ruth Shady Solís, directrice de la zone archéologique de Caral (ZAC), unité d’exécution 003 du ministère de la Culture, a évoqué à cette occasion la découverte d’un bas-relief représentant un “crapaud humanisé” aux bras tendus en direction d’une tête anthropomorphique aux yeux fermés.

Selon l’interprétation du Dr. Shady, la scène évoquerait “l’arrivée de l’eau”. En effet, le crapaud, dans la vision du monde andin, est une représentation liée aux précipitations et à l’eau des rivières, élément essentiel pour l’agriculture. De fait, l’image anthropomorphique représenterait tout simplement l’être humain dans l’attente de l’arrivée de l’eau pour assurer sa survie.

Caral, la cité précolombienne la plus ancienne d’Amérique connue à ce jour

Dans la même zone archéologique, un autre relief composé de quatre têtes humaines aux yeux fermés et de deux serpents qui se déplacent parmi elles a été mis au jour. Les reptiles se dirigent vers une tête représentant une graine anthropomorphisée, la gueule ouverte et les racines enracinées dans le sol.

“Les serpents, caractéristiques des cultures andines, convergent vers un personnage principal considéré comme une graine humanisée. Les serpents représentent la divinité liée à l’eau, qui filtre la terre et fait germer la graine”, ont expliqué les membres de l’équipe du projet archéologique de Caral.

Les reliefs de Vichama renvoient, selon les spécialistes, à une période de pénurie et de famine pour les habitants précolombiens. Ces représentations sculptées avaient pour objectif de s’inscrire dans la mémoire collective afin de rappeler les difficultés liées la rareté de l’eau et à la pénurie de nourriture. Un moyen d’information pérenne pour que la population locale n’oublie pas les problèmes engendrés par la sécheresse.

Selon les recherches, Vichama, située à 1,5 km de la côte péruvienne, à environ 150 km au nord de la capitale, Lima, était une ville de pêche agroalimentaire construite entre 1 800 et 3 500 av. J.-C.

Le site abrite des ensembles architecturaux, des bâtiments en adobe (en terre cuite), des cimetières, entre autres constructions.

Caral inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2009

Les découvertes correspondent à la civilisation Caral, considérée comme la plus ancienne jamais trouvée dans les Amériques.

Le site de Caral a été inscrit au site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2009. On pense que cette civilisation a connu un mystérieux déclin vers 1800 av. C.

Avec ces découvertes, on se rend compte que le manque d’eau constituait une préoccupation majeure pour les habitants du désert côtier péruvien et qu’elle pourrait être, de fait, l’un des facteurs expliquant de la disparition de cette culture.

https://twitter.com/Agencia_Andina/status/1163501018623221760