Templo Mayor, Mexico
Chantier archéologique au Templo Mayor, septembre 2012 ( Wikipédia, De GAED – Trabajo propio, CC BY-SA 3.0)

Le site le plus sacré du panthéon religieux aztèque, connu sous le nom de Templo Mayor, n’a pas fini de livrer ses secrets. Heureusement, les archéologues de l’INAH sont en action pour partager de nouvelles découvertes permettant d’apprivoiser davantage les civilisations anciennes qui ont peuplé la Méso-Amérique.

Les archéologues ont mis au jour une offrande aztèque de grande valeur

Ainsi, une équipe d’experts a mis au jour une offrande à la base d’un édifice laissant espérer que les dépouilles de souverains préhispaniques pourraient s’y trouver, non loin de là où s’élève la cathédrale de México, symbole du christianisme imposé par les conquérants espagnols au XVIe siècle.

Depuis plus de 40 ans, les archéologues ont fouillé pour trouver des objets déposés sous les fondations de cet édifice qui fut pour les habitants de l’époque un temple majeur consacré à leurs croyances.

Les Aztèques honoraient leur divinité de la guerre Huitzilopochtli

Le dernier trésor découvert au début du mois de novembre était constitué de deux oiseaux de proie vêtus et ornés d’anneaux en or et de colliers du même métal précieux, auxquels s’ajoutaient une lance du même matériau, des boucliers et des insignes. Ces objets rendaient hommage à la divinité de la guerre Huitzilopochtli comme l’appelaient les habitants de Tenochtitlan.

En fait, les archéologues ont attribué toutes les offrandes retrouvées jusqu’à présent sur le site au dieu de la guerre mexicain. Il incarnait une figure fondamentale, car c’est au moyen des armes que les Aztèques sont parvenus à étendre leur domination et à façonner leur empire qui s’étendit vers le centre et le sud du pays.

40 années de fouilles sur le site archéologique ont permis la découverte de multiples offrandes aztèques, dont des animaux emblématiques : ainsi douze aigles royaux, sept loups, sept pumas, deux jaguars et deux faucons ont été sortis de terre par les scientifiques en quête de réponses sur le passé.

Compte tenu de l’importance des campagnes militaires pour l’expansion de l’empire aztèque, il n’est pas étonnant qu’il y ait eu autant d’offrandes réalisées en l’honneur de Huitzilopochtli, si l’on en croit les spécialistes.

Le squelette d’un jaguar vêtu en guerrier a été découvert en mars de cette année. L’animal portait également un disque en bois gravé sur le dos à l’effigie d’Huitzilopochtli.

L’espoir ravivé de découvrir des sépultures de dirigeants aztèques

Certains experts, notamment les anciens responsables du projet archéologique, López Luján et Eduardo Matos Moctezuma, estiment que les vestiges des Tlatoani ( plus haut dirigeant militaire et religieux) Ahuítztol, Axayácatl ou Tízoc pourraient être retrouvés dans ces installations.

Si ces affirmations s’avéraient exactes, elles auraient une importance historique, car aucune dépouille d’un dirigeant aztèque n’a jamais été retrouvée à ce jour.

“Des chroniqueurs espagnols comme Bernal Díaz del Castillo ou Fray Diego Durán révélaient dans leurs écrits que les Mexicas enterraient leurs dirigeants à Cuauhxicalco* “, a déclaré López Luján, responsable des fouilles, de quoi motiver les appétits en matière de futurs projets d’exploration.

(*un bâtiment adjacent au Templo Mayor, une immense plate-forme circulaire de 16 mètres de diamètre et de plus de deux mètres de hauteur)