L’Aloe vera : le Mexique grand producteur du chouchou beauté

Vous l’avez remarqué, l’Aloe vera est omniprésent dans les rayonnages beauté et bien-être. Cette plante a conquis les adeptes de produits healthy cherchant à se maintenir en forme et les beautystas qui craquent sur les cosmétiques d’origine naturelle. Mais que sait-on de cette plante à l’allure caractéristique originaire d’Afrique qui fournit le gel que tout le monde s’arrache ?

Le Mexique, 1er pays producteur d’Aloe vera en Amérique

En fait, l’Amérique est considérée comme le plus grand producteur d’Aloe vera au monde. Le continent contribue à environ 81% de la production totale. Et c’est le Mexique qui est le principal pays producteur, avec d’autres fournisseurs importants comme la République dominicaine, les États-Unis ou encore le Costa Rica.

L’Aloe vera pousse dans des sols sableux, secs, argileux et calcaires, et se plait dans des zones semi-arides, avec des températures annuelles moyennes comprises entre 18º et 35º.

La région de Tamaulipas produit le plus gros volume d’Aloe vera du Mexique

Le Mexique se positionne donc parmi les grands pays exportateurs de cette matière première issue de cette culture. Au niveau national, la culture de l’Aloe vera est principalement concentrée dans les États de Veracruz, Yucatán et Tamaulipas. L’état de Tamaulipas occupe la première place en production dans le pays avec 158 000 tonnes par an. Il existe une grande diversité d’espèces d’Aloe vera.

Mais c’est l’Aloe barbadensis Miller, qui est cultivée dans l’état de Tamaulipas afin de confectionner des produits alimentaires, cosmétiques et bien-être.

Avec 10 700 hectares cultivés par an, le Mexique se classe au premier rang mondial. Au niveau national, avec environ 4 250 hectares plantés d’Aloe vera, Tamaulipas se classe au premier rang des régions productrices sur le territoire.

On estime que, dans cet état du nord du pays, entre 21 et 22 tonnes par hectare sont récoltées. Les autres États qui cultivent également cette plante sont Veracruz (2e en termes de production) et la péninsule du Yucatán.

Une plante prisée en médecine naturelle

En effet, l’Aloe vera est l‘une des 11 plantes les plus utilisées dans le secteur de la naturopathie pour fabriquer des compléments alimentaires. Parmi les propriétés qu’on lui attribue, l’Aloe vera, par voie interne, aurait la capacité de renforcer le système immunitaire grâce à ses multiples vitamines, acides aminés et minéraux. Par ailleurs, il aurait aussi une action assez large sur la sphère gastro-intestinale grâce aux propriétés de son mucilage (remontées acides, constipation, ballonnements intestinaux…). Le latex, pris par voie orale, quant a lui a propriétés laxatives qui sont dues, entre autres, à la présence d’anthraquinones. A consommer avec modération donc et avec un avis médical !

Le gel et le latex servent en phytothérapie et en naturopathie tandis que le gel sert à l’élaboration de soins dermatologiques et cosmologiques :

  • Le gel : Il s’agit d’un mucilage vert très pâle translucide au cœur des feuilles les plus grosses.
  • Le latex : Il s’agit de la sève de la plante contenue dans les couches externes de la feuille (l’écorce).

Vous l’aurez compris, les allégations bien-être concernant l’Aloe vera sont multiples. Cependant, elles ne sont pas toujours confirmées par des études pharmacologiques !

Des complémentaires alimentaires aux effets santé prouvés ?

Pour le reste, comme de nombreuses thérapies naturelles, les preuves scientifiques font souvent défaut, et leur popularité s’appuie davantage sur des usages traditionnels séculaires et sur des connaissances populaires.

Ainsi, des boissons à base d’Aloe vera fleurissent dans le monde. Une consommation de ce liquide censée à la fois purifier l’organisme et le renforcer.

Cependant, selon une étude publiée en juin 2016 dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine, l’Aloe vera aurait bel et bien des vertus intéressantes pour lutter contre le diabète en réduisant la glycémie. Bien sûr, dans le cadre de la lutte contre le diabète, aucune automédication ne doit être débutée sans prendre l’avis d’un professionnel de santé.

En effet, cette plante succulente a été utilisée pendant des milliers d’années par différentes cultures en Grèce, en Égypte, en Inde, au Mexique, au Japon ou encore en Chine. Traditionnellement, il est utilisé par voie cutanée pour soigner les plaies cutanées, les brûlures, les démangeaisons (eczéma, psoriasis…) ou encore les ulcères.

L’OMS considère le latex séché d’aloès comme « un traitement de courte durée de la constipation occasionnelle ». Elle mentionne son usage, non prouvé, en médecine traditionnelle pour les dermatites séborrhéiques, les ulcères gastro-intestinaux, la tuberculose et les infections dues à des champignons. L’usage traditionnel du gel comme cicatrisant, notamment sur les brûlures, est reconnu.

L’Organisation mondiale de la santé

L’Aloe vera, ingrédient majeur des cosmétiques naturels

Parmi les propriétés cosmétiques qui sont mises en avant concernant l’utilisation de l’Aloe vera par voie topique, on retrouve :

  • L’Aloe vera améliore l’élasticité de la peau et aide à prévenir le vieillissement cutané comme les rides. L’application cutanée du gel augmenterait la production de collagène et améliorerait l’élasticité de la peau. L’Aloe vera réduirait également les rougeurs ;
  • L’Aloe vera accélère la guérison des brûlures (coups de soleil inclus). De fait, cette plante peut être utilisée pour les brûlures et les coups de soleil du premier et du deuxième degré. L’Aloe vera a la capacité de réduire le temps de cicatrisation des brûlures par rapport aux médicaments conventionnels. Par ailleurs, sa texture fraiche a un effet apaisant bénéfique pour calmer la sensation de “cuisson” ;
  • La plante favoriserait la cicatrisation (acné, eczéma …) et la régénération cutanée étant donné la teneur élevée en vitamines (entre autres B1, B2, B3, A, C) et acides aminés qu’elle contient ;
  • Riche en vitamines A, B6 et B9, le gel aurait un effet bénéfique sur la croissance des cheveux (application sur le cuir chevelu) ;
  • Pour les cheveux l’Aloe vera aurait des vertus hydratantes pour la fibre capillaire et la capacité de réguler l’excès de sébum.

Chacun (e) a eu l’occasion d’avoir recours à cette plante et de se forger une opinion concernant sa réelle efficacité. Une chose est sûre, elle est devenue un incontournable des produits de soin et a fait l’objet de toutes les attentions par les laboratoires cosmétiques du monde entier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.