Triangle du Café , région colombienne

La presse colombienne évoque un “trésor archéologique” avec la mise au jour de centaines de pièces à l’occasion de travaux réalisés dans la cadre de la construction d’un tronçon du pipeline Salgar-Carthage-Yumbo par Ecopetrol. Une opération encadrée par des chercheurs sur cette zone du centre de la Colombie surnommée Triangle du Café.

Parmi les mises au jour effectuées, les scientifiques font mention de 68 pièces en céramique complètes, de 1 209 objets en pierre et de centaines de fragments, en outre 14 tombeaux ont été découverts en parfait état, de prochaines sources d’études pour les archéologues de ce pays sud-américain.

“Les découvertes ont permis de décrire une séquence d’occupation de plusieurs époques s’étendant sur au moins 2 000 ans, du Ve siècle avant notre ère au XVe siècle avant notre ère. Bien que la plupart des matériaux appartiennent à la période comprise entre 1 200 et 1 500 apr. J.-C.” , a détaillé Ecopetrol dans un communiqué.

Des travaux réalisés en assurant la sauvegarde du patrimoine archéologique de cette région du Triangle du café

Au total, ce sont 124 sites archéologiques qui ont pu sortir de terre, 78 d’entre eux ont été mis au jour à l’aide de machines spéciales afin de ne pas endommager ces vestiges du passé. L’intervention a commencé en 2013 avant le début des travaux de construction du pipeline, aujourd’hui l’équipe de chercheurs poursuit sa mission de sauvegarde du passé dans la région.

“Pour ce projet, un plan de gestion archéologique a été établi, qui envisage le sauvetage, avant et pendant la construction, des sites identifiés le long du tracé de la nouvelle section”, a indiqué la compagnie pétrolière dans un communiqué.

Gran hallazgo arqueológico en Eje Cafetero de 🇨🇴: 68 cerámicas, nariguera, más de mil objetos de piedra y 14 tumbas de un período de 2.000 mil años desde siglo V antes de Cristo. Hallazgo lo hizo @ECOPETROL_SA durante construcción de un poliducto entre Chinchiná y Pereira. pic.twitter.com/qMmfsbrxtB— Mauricio Téllez (@Mauriciotellez) March 21, 2019

“Pour ce projet, un plan de gestion archéologique a été établi, qui inclut le sauvetage, avant et pendant la construction, des sites identifiés le long du tracé de la nouvelle section”, ce sont 55 km qui sont passés au peigne fin entre les municipalités de Chinchiná et de Pereira pour permettre à ce patrimoine d’exception d’être sauvé.

À ce jour, les objets constituant ce patrimoine matériel récupéré dans la région ont été livrés en tant que collection archéologique à l’Université technologique de Pereira (UTP) pour sa préservation et sa protection, et elle continuera d’être alimentée par les éventuelles découvertes à venir.

Parmi les pièces archéologiques, bon nombre retracent le passé des Quimbayas, ces habitants précolombiens occupant au XVIe siècle la moyenne vallée du río Cauca.

Tumbas y restos óseos hacen parte del hallazgo arqueológico encontrado en el Eje Cafetero https://t.co/EKWBQosyx8— Noticias RCN (@NoticiasRCN) March 22, 2019

Des pièces en or témoignant du savoir-faire de la culture Quimbaya

Les Quimbayas peuplaient les départements de Quindío, Risaralda et une partie du centre sud de Caldas, ils sont restés célèbres pour leur capacité à confectionner des objets en or de grande qualité. Un ornement de nez appelé en espagnol “nariguera” a pu être récupéré lors de ces fouilles récentes. Beaucoup de ces pièces sont similaires à celles trouvées lors des travaux d’excavation du Pacific III.

Varios hallazgos arqueológicos en la construcción de la Variante Chinchiná – Pereira han evidenciado un compromiso que nutrirá histórica y arqueológicamente a la región. Seguimos trabajando de la mano de las comunidades en pro de la transformación del país. #DeTodosParaTodos pic.twitter.com/A8eON6NStU— Ecopetrol (@ECOPETROL_SA) March 21, 2019