Multiplication des feux de forêt en Bolivie

En raison des multiples incendies qui ravagent la Bolivie, le gouvernement du pays sud-américain a déclaré l’état de catastrophe nationale. Cette situation est due à la sécheresse marquée et aux actes de malveillance.

Cinq départements sur neuf connaissent des multiples feux destructeurs, 80% d’entre eux sont situés dans le département agricole de Santa Cruz.

L’Etat de catastrophe naturel est déclaré pour faire face au désastre

“Nous déclarons une catastrophe nationale en raison de la sécheresse et des incendies”, a affirmé Jeanine Áñez, à la tête du pays par intérim, lors d’une cérémonie publique organisée dans la région de Santa Cruz (à l’est).

Elle a ajouté lors de son discours :

“Je demande l’unité pour faire face aux feux, pour aider les sinistrés, l’environnement et les animaux; le décret est accessible à tous les médias, nous déclarons une catastrophe nationale due aux sécheresses et aux incendies, c’est une nécessité, nous avons de fortes menaces, nous ne voulons pas connaitre la même situation que l’année dernière, je crois donc que nous pouvons encore anticiper”.

Des feux de forêt se propagent dans les départements suivants :

  • Santa Cruz;
  • Beni (nord-est);
  • Pando (nord);
  • Chuquisaca (sud-est);
  • de Tarija (sud).

Un sixième département, La Paz, est également menacé.

1,5 million d’hectares perdus y compris en zones protégées

Depuis le mois d’aout, les incendies auraient détruit au moins 1,5 million d’hectares en Bolivie selon le Sernap (le Service national des aires protégées), organisme qui dépend du ministère de l’Environnement. Des sites importants du pays, dont plusieurs aires protégées, comme des réserves et des parcs nationaux, sont sérieusement menacées par les flammes. Des milliers d‘animaux sauvages ont d’ores et déjà perdu la vie.

Le sanctuaire Ambue Ari a récemment été touché faisant craindre un désastre écologique dans cette zone protégée du Santa Cruz.

“Ces incendies ont atteint le sanctuaire et progressent avec l’aide du vent”, des propos tenus par la communauté Inti Wara Yassi dans un communiqué.

Des villageois ont signalé que l’incendie s’approchait d‘Ambue Ari et ont appelé à l’aide. 30 pompiers sont arrivés sur la zone en question, mais ils n’étaient pas assez nombreux pour maîtriser le feu.

“L’aide ne suffit pas, nous avons besoin d’une collaboration aérienne”, précise la communauté Inti Wara Yassi.

Les flammes à d’Ambue Ari menacent depuis le 13 octobre une superficie de 900 hectares. Or, on estime qu’elle abrite de nombreuses espèces d’animaux, dont certaines en danger d’extinction.

Plusieurs zones naturelles en danger face à la progression des flammes

Le site Ramsar Pantanal Boliviano, qui abrite une faune en péril, est également touché par les incendies. Les parcs nationaux et les espaces naturels de gestion intégrée, Serranía del Iñao et Otuquis, situés à Santa Cruz, ont également été placés en alerte rouge.

À Chuquisaca, le parc national et zone naturelle de gestion intégrée de la Serranía del Aguaragüe est endommagé par le feu. A La Paz, les parcs nationaux et les espaces naturels de la Gestion intégrée de Cotapata (Coroico) et Madidi sont également affectés par l’avancée des feux.

Il y a 83 incendies actifs dans le pays répertoriés dans cinq régions, dont 58 à Santa Cruz, et un millions et demi d’hectares ont été endommagés.

Des incendies pour la plupart volontaires dans un contexte de sécheresse

L’an passé, les incendies ont détruit près de cinq millions d’hectares dans le pays, selon les données officielles. Depuis l’été, ce chiffre serait de 1,5 million d’hectares. Cependant, selon un rapport de l’ONG Fundación Amigos de la Naturaleza (FAN), de janvier à la fin septembre, les incendies auraient détruit 2,3 millions d’hectares de forêts et de prairies. Une surface légèrement supérieure à la superficie du Salvador, pays d’Amérique centrale.

De plus, le ministre de la Défense, Fernando López, a assuré que la plupart des incendies étaient volontaires et souhaite des peines lourdes de plus de 10 ans de prison pour les coupables.

Il a exhorté l’Autorité des forêts et des terres (ABT) et le ministère public à activer des actions conjointes pour retrouver et punir les coupables.

Avec la déclaration de l’état de catastrophe nationale, le pays peut débloquer des fonds d’urgence et solliciter l’aide internationale. Ainsi, le gouvernement canadien a annoncé qu’il apporterait son aide en en envoyant des hélicoptères Chinook pour aider à éteindre les incendies en cours.

Par ailleurs, des pompiers bénévoles espagnols ont également annoncé faire le voyage en Bolivie pour venir en aide à la population.