perou17112017

Les habitants de Machu Picchu Pueblo (le village le plus proche du Machu Picchu), à Cusco, ont lancé une grève de 48 heures entre le 15 et le 17 novembre, ils ont d’ores et déjà prévenu que faute de recevoir une réponse positive à leurs revendications, ils pourraient étendre la grève de façon illimitée.

Mardi, à minuit, le district de Machu Picchu Pueblo a commencé une grève de 48 heures appelée par le Front uni pour la défense des intérêts de la communauté. Environ 400 manifestants se sont rassemblés dès ce moment sur la place.

La population est demeurée presque entièrement à l’arrêt pendant deux jours, les boutiques, restaurants et hôtels ont été fermés hier et des policiers se sont déplacés autour de la ville pour éviter toute perturbation ou forme de débordement.

Les manifestants ont défilé sur les routes principales en lançant des invectives contre l’entreprise PeruRail et le ministère de la Culture. Les habitants réclament des améliorations relatives au service de transport ferroviaire pour les populations locales.

Il est à noter que l’entreprise PeruRail, qui fournit un service ferroviaire, a suspendu la circulation des trains menant à Machu Picchu durant le temps de la grève.

La communauté de Machu Picchu a décidé de convertir la grève de 48 heures en grève illimitée, les manifestants regrettant qu’aucun dirigeant n’ait fait le déplacement pour nouer le dialogue, un profond mécontentement manifesté par Oscar Valencia, président du front de défense. La grève a été organisée par le Front pour la défense du Machu Picchu, qui dénonce les abus des compagnies de chemin de fer, ils exigent concrètement des tarifs plus abordables pour les populations locales et un service adapté à leurs besoins. Le chemin de fer est la principale voie d’accès au Machu Picchu.

Le maire de Machu Picchu, David Gayoso, a déploré que le gouvernement n’ait pas entendu les réclamations de la population, les forçant à poursuivre leur mouvement de protestation.

Il a également exprimé sa préoccupation, car cette grève affecte l’image du site archéologique inca du Machu Picchu comme destination touristique. Il a déclaré que le dommage est mondial. Le président américain Barack Obama devait se rendre au Machu Picchu le 21 novembre après la fin du sommet de l’APEC (sommet économique qui se tiendra à Lima). « Obama a suspendu sa visite pour des raisons de sécurité. C’est mauvais pour nous », a déclaré Gayoso.

D’autres autorités et délégations ont également suspendu leur voyage vers le principal pôle touristique du pays sud-américain. De même, le chef de la police de la région, le général Orfiles Bravo, a dit que 90 % de l’économie du district s’est trouvé au point mort.

Le chef du parc archéologique de Machu Picchu, Fernando Astete, a rapporté que, durant les deux jours de grève, la Machu Picchu n’a pas été en mesure de recevoir environ 8000 visiteurs. La police a déployé ces derniers jours environ 700 agents de police dans le district de Machu Picchu pour assurer le calme dans la région.

La société PeruRail a informé ses passagers, les voyagistes et le grand public, que ce jeudi 17 novembre, les trajets en train Cusco – Machu Picchu – Hydroélectrique et vice versa allaient reprendre. Le redémarrage des opérations intervient après l’engagement pris par la police nationale d’assurer la sécurité des passagers et d’éviter que les manifestants ne bloquent le chemin de fer, avant la décision du Front pour la défense de Machu Picchu d’étendre la grève et de commencer une grève illimitée jusqu’à ce qu’ils commencent des négociations avec de hauts responsables.

Le chef de la région de la Police de Cusco, Orfiles Orfiles Bravo a déclaré que les agents vont continuer à adopter les mesures et les dispositions nécessaires pour assurer l’ordre et la sécurité de Machu Picchu Pueblo, face à la radicalisation des protestations dans ce district.

L’arrivée du Président du Conseil des ministres, Fernando Zavala, pour initier un dialogue avec les locaux pourrait déboucher sur une sortie de crise, un dénouement qui rassurait les acteurs du secteur touristique. Les voyagistes se sont félicités de la reprise des services ferroviaires et ont demandé aux hôtels et aux restaurants de Machu Picchu Pueblo de rouvrir leurs portes à l’attention des passagers.

Le maire de Machu Picchu, David Gayoso, a fait le déplacement à Lima pour recevoir le soutien à l’Exécutif  et obtenir des investissements en faveur de la population locale.