Le mois de novembre est celui des festivités pour le département de Puno situé à au sud-est du Pérou. Puno a été le siège de la culture Tiahuanaco (civilisation pré-inca comprise entre 800 et 1200 après Jésus-Christ), expression majeure du peuple Aymara, elle s’est développée entre les territoires actuels du Pérou et de la Bolivie, puis les Incas se sont imposés sur ce territoire au XVIème siècle et les Espagnols ont laissé un important héritage colonial dans toute la zone, attirés par l’activité minière qui connaissait alors son plein essor dans la région.

La reconstitution de la sortie traditionnelle du couple mythique, Manco Capac et Mama Ocllo, des eaux sacrées du lac Titicaca, se tiendra donc au Pérou comme chaque année, le 5 novembre prochain, parmi les célébrations prévues à l’occasion de l’anniversaire de la fondation de la ville de Puno (le 4 novembre 1668).

les Uros

La Fédération Régionale de Folklore et de Culture de Puno (FRFCP) organise l’événement qui cette année comptera sur la participation de 500 figurants (acteurs, danseurs, musiciens) qui mettront en scène la sortie du couple mythique, Manco Capac et sa sœur-épouse Mama Ocllo, du lac Titicaca. Ils sont considérés comme les fondateurs de l’empire du Tahuantinsuyo, le fameux empire inca.

Selon la légende, la civilisation inca descendrait de Manco Capac et de Mama Ocllo, fils des dieux Inti (soleil) et de Pachamama (terre). Le couple fondateur est sorti des eaux du lac Titicaca, un bâton d’or à la main, et chercha un lieu fertile où celui-ci s’enfoncerait facilement dans le sol, c’est ainsi que la capitale Cuzco « le nombril du monde » fut créée.

Yenny Silva Quispe, de la FRFCP, a précisé que l’organisation de cet événement culturel qui aura lieu, dans moins de deux semaines, était quasiment finalisée (90 %) et que le coût estimé pour la réalisation de cette gigantesque manifestation est de 15 000 nouveaux soles.

Silva Quispe a signalé que l’argent provient de la gestion que réalise son institution (FRFCP) et du soutien octroyé par des investisseurs privés regrettant que la Municipalidad Provincial de Puno n’apporte pas l’aide suffisante à la mise en place de cet évènement culturel.

Mama Ocllo et Manco Capac

La nouveauté pour cette année est que cette manifestation culturelle se tiendra au stade Glorioso Colegio Nacional San Carlos, au lieu de l’enceinte sportive, Enrique Torres Belón, qui est actuellement en travaux. A cette occasion et selon la tradition, un acte rituel est pratiqué en procédant au sacrifice d’un lama, ce dernier est effectué en l’honneur de la Pachamama (« la terre mère ») et doit aussi permettre de prédire l’avenir en lisant dans les entrailles de l’animal.

Cela fait maintenant 30 ans que cette reconstitution légendaire est organisée à Puno devant une population et des touristes conquis par le faste de la représentation.
La Direction Régionale de Puno (la Dirección Regional de Educación de Puno ou DREP) ainsi que la troupe de comédiens travaillent à la confection des costumes. De la même façon, ils ont signé un accord avec la communauté de Los Uros, qui aura la charge de transporter le couple sur le lac Titicaca.

Aujourd’hui, la ville de Puno est la capitale du folklore péruvien (statut décrété le 7 novembre 1985) et le siège de la Fiesta de la Virgen de la Candelaria, elle est aussi le berceau du lac Titicaca, le lac navigable le plus haut au monde. L’écrivain péruvien José María Arguedas avait même déclaré Puno comme « L’autre capitale du Pérou ».

Le lac abrite plusieurs îles dont les habitants ont su préserver leurs traditions et leur mode de vie ancestral. Parmi eux, les Uros, qui vivent sur les îles flottantes fabriquées artificiellement avec du jonc et qui naviguent sur leurs embarcations traditionnelles.Taquile, Suasi et Amantaní sont réputées pour leurs constructions typiques, leurs méthodes de tissage ancestrales, leurs constructions précolombiennes et leurs paysages extraordinaires. La Réserve Nationale du Titicaca protège une faune et une flore exceptionnelles.