perou08062015

Le Pérou a de quoi se réjouir, le secteur touristique a le vent en poupe, le nombre de touristes internationaux ayant visité le pays sud-américain a augmenté au premier trimestre 2015, avec une croissance de 8,3 % par rapport à l’année dernière sur la même période. Ce sont 867 503 touristes qui ont fait le déplacement au Pérou, des chiffres dévoilés par la ministre du Commerce et du Tourisme, Magali Silva.

« Le tourisme réceptif continue de croître, il est le résultat de l’intense promotion réalisée par le ministère du Commerce extérieur et du Tourisme au moyen de la campagne Promperú et des bureaux commerciaux dédier au secteur (OCEX), au moyen d’actions orientées vers le consommateur final et un travail articulé avec la chaîne commerciale », a affirmé la ministre.
Les visiteurs espagnols et allemands sont venus très nombreux, la campagne déployée sur le territoire espagnol nommée « Pérou, pays des trésors cachés », lancée fin janvier a porté ses fruits.

Parmi les visiteurs latino-américains à se rendre au Pérou, on retrouve des touristes mexicains (17 %), colombiens (14,2 %) suivis par des Équatoriens (9,4 %), des Argentins (9,6 %) et des Brésiliens, (6 %).
Ce marché représente 22% du total des arrivées internationales au Pérou. Quant au marché européen, les visiteurs allemands ont été particulièrement séduits par cette destination, on note 8,1 % d’augmentation de fréquentation.

Reconnue comme l’une des merveilles du monde ancien, la cité du Machu Picchu est le joyau du tourisme péruvien, les autorités péruviennes cherchent d’ailleurs à diversifier l’offre proposée par la réserve historique et naturelle située à proximité de Cuzco, ancienne capitale de l’Empire inca considérée alors comme le « nombril du monde ».

Les ruines du Machu Picchu attirent chaque année l’attention de milliers de touristes, mais peu d’entre eux s’attardent sur les 32 500 hectares du Sanctuaire historique et naturel qui propose également de nombreux sites archéologiques et une faune et une flore d’exception.

Le chef du Sanctuaire Jose Carlos Nieto a rapporté que les autorités du ministère de la Culture et du Service national des zones naturelles protégées du Pérou (SERNANP) a préparé un projet de développement qui est basé sur le Plan de conservation du site et les recommandations de l’UNESCO.

Le ministère de la Culture a précisé« des complexes archéologiques ont été mis en valeur et l’on a découvert de nouveaux chemins, tandis que le niveau de protection de la flore et la faune est en augmentation ».

« Pendant ces dernières années, des incendies ont été évités, la déforestation est éradiqué ce qui a permis à la faune et à la flore de récupérer » ajoutant « tout cela représente une opportunité pour diversifier l’offre touristique » vers des sites importants comme Intipunku, Incaraccay ou Wiñayhuayna.

Le nouveau plan directeur met l’accent sur la planification et le développement des activités économiques tel que le tourisme, qui vise à diversifier les itinéraires favorisant l’accès par l’ouest via le chemin de fer qui relie Cuzco à Machu Picchu. 

Nieto a révélé que le moment le tourisme « est concentrée seulement dans la ville de Machu Picchu et le chemin de l’Inca« , bien qu’on ait déterminé l’existence d’au moins six routes dans la réserve.

« Le réseau routier inca propose six itinéraires reconnus et approuvés en 2005, mais le développement est concentré sur un seul, parce que certains d’entre eux ont été rendus impraticables par des événements naturels, maintenant on propose que ce réseau puisse être activé et être opérationnel pour développer le tourisme par ici », a-t-il ajouté.

Les autorités ont indiqué que le plus grand afflux de touristes dans la région se produit le matin et « dans l’après-midi le monument est un peu vide ».

« Nous souhaitons que ceux qui emprunteront ces nouvelles routes viennent visiter l’après-midi ce lieu inca, cela va nous aider à réguler le nombre de visiteurs et cela leur permettra d’apprécier d’autres thèmes, plus avant de ce que l’on connaît du Machu Picchu, comme le cadre naturel, car c’est unique,  à cet endroit confluent le côté andin et le côté amazonien ».

Machu Picchu, ce qui signifie en quechua (langue native des Andes) Vieille Montagne, a été déclarée en 2007 comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde. Il est situé dans le département de Cusco, à quelque 1100 kilomètres au sud de Lima, et a été le siège de l’Empire Inca.

« Auparavant, seule une partie du réseau du chemin l’Inca et la citadelle du Machu Picchu étaient exploités, mais nous avons évalué le potentiel et nous allons mettre en valeur d’autres sites archéologiques comme 50 gradas, Intipunku, Incaraccay, Wiñayhuayna, la montagne du Machu Picchu le Temple de la Lune, nous voulons harmoniser l’activité et diversifier l’offre », a déclaré Jose Carlos Nieto, directeur du Sanctuaire historique de Machu Picchu.

L’existence de Machu Picchu, à environ trois heures de train de la ville de montagne de Cusco, a été rendue publique par l’explorateur américain Hiram Bingham au début du 20e siècle.

La plupart des experts conviennent que la citadelle fut la dernière ville inca (certains disent qu’il s’agissait d’un lieu de retraite royale) et qu’elle a été abandonnée vers 1570, peut-être après une épidémie de variole apportée par les conquistadors espagnols.