La Commission européenne a annoncé hier qu’elle débloquerait 10 millions d’euros en faveur de la communauté andine (CAN) afin de favoriser son intégration économique et d’intensifier la lutte contre le trafic de drogue. Cette somme s’ajoute à celle précédemment définie de 50 millions d’euros qui doit être reversée d’ici à 2013.
L’intégration économique régionale de la communauté andine (INTERCAM) et le programme contre le trafic de drogues prohibées mené par la CAN bénéficieront de cette aide financière, a précisé Bruxelles dans un communiqué de presse.

La commissaire européenne aux Relations Extérieures, Benita Ferrero Waldner, a précisé qu’il s’agissait  de renforcer le poids de la région, qui regroupe la Bolivie, la Colombie, l’Équateur et le Pérou, sur la scène internationale en favorisant la concrétisation de divers projets.

Elle a également souligné que les efforts menés contre le trafic de drogue aurait des répercussions directes en Europe en limitant l’exportation et par conséquent la consommation de substances interdites sur le territoire.

equateur30082008-1
Benita Ferrero Waldner

Selon elle, le renforcement de l’intégration régionale andine constitue l’une des principales activités de la politique européenne menée dans le monde.

La INTERCAM est un projet qui vise à augmenter la coopération régionale avec un contrôle systématique des biens et des personnes aux frontières ainsi qu’à favoriser une meilleure transmission des informations au moyen d’un élargissement des moyens de communication entre les différentes instances administratives.

La Commission doit apporter 6,5 millions d’euros sur un total de 9 millions. Pour sa part, le PRADI-CAN est le 1er projet complet de coopération en matière de lutte contre le trafic de drogue.

Il s’étend jusqu’en 2013 et sa mission principale est la création d’un réseau d’observation national du trafic de drogue.

De plus, le programme prétend mieux enrayer les problèmes liés au narcotrafic.

Article extrait de  « El Pais » espagnol du 30/08/08
Traduit par Aline T