En moins de 48 h, le Guatemala a été confronté a deux catastrophes naturelles majeures, une éruption volcanique et une tempête tropicale.

Le volcan Pacaya situé à quelques dizaines de kilomètres de la capitale guatémaltèque est rentré en éruption jeudi (28 mai). Plus de 2000 personnes ont dû être évacuées. Le sinistre a fait au moins deux morts et trois disparus.

Lors d’une conférence de presse, le président Alvaro Colom a indiqué qu' »un journaliste qui couvrait l’éruption a été tué par des roches projetées, et que trois enfants étaient portés disparus. Une autre personne est également morte des conséquences indirectes de l’éruption, en chutant d’un toit où il était monté pour en retirer les cendres ». Une couche de sept centimètres de cendres recouvre tout le sud de Guatemala City, où l’aéroport a été fermé.

Agatha, première tempête tropicale de la saison cyclonique 2010 a touché les côtes du Guatemala, samedi (30 mai), où l’état d’urgence a été décrété.

« Elle a fait au moins 13 morts et 24 personnes disparues. Quelque 75 000 habitants ont été évacués par crainte des inondations et des glissements de terrain », a annoncé le président Alvaro Colom.

Les travaux de déblaiement des cendres du volcan sur les pistes ont été compliqués par les abondantes précipitations de la tempête tropicale. Le trafic aérien est suspendu depuis jeudi, date du début de l’éruption du volcan.

Les routes sont bloquées, des habitations inondées et les fortes précipitations font craindre un désastre pour les plantations de café, déjà fortement endommagées par l’éruption volcanique. L’électricité est aussi coupée dans de nombreux endroits.

Alvaro Colom a annoncé que ses homologues salvadoriens, Mauricio Funes, et mexicain, Felipe Calderon, avaient proposé leurs aéroports pour que le trafic aérien guatémaltèque ne soit plus perturbé. Les Etats-Unis et la Colombie ont offert un appui aérien pour acheminer l’aide humanitaire et effectuer d’éventuelle évacuation de sinistrés. Les premiers hélicoptères de la base militaire américaine de Palmarola (Honduras) devraient survoler le Guatemala dimanche.

Les services de secours ont signalé la crue de plusieurs rivières et craignent de sérieuses inondations en raison des cendres du volcan Pacaya, qui bouchent le système d’évacuation des eaux usées.

Selon les météorologues de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), la saison cyclonique (1er juin – 30 novembre) pourrait être particulièrement difficile dans l’Atlantique. De plus les vulcanologues craignent une nouvelle éruption violente du Pacaya dans les prochains jours.

Un dernier bilan émis dimanche en fin de soirée par le président Alvaro Colom fait état de 83 morts au Guatemala et au moins 20 personnes portées disparues. Au total, la tempête a fait 96 victimes en Amérique Centrale.