Lors de ces 40 dernières années, les glaciers des 19 cordillères enneigées du Pérou ont perdu près de 40 % de leur surface, une fonte attribuée au changement climatique, un signal d’alarme tiré par l’Autorité nationale de l’eau (ANA). Près de 1000 nouveaux lacs d’altitude ont fait leur apparition avec la fonte des glaces, des faits révélés par les scientifiques avec à l’appui des images satellites, les experts imputent ce phénomène inquiétant au réchauffement climatique global. Au Pérou, l’augmentation de la température moyenne a provoqué la fonte de pics enneigés situés à plus de 5000 m d’altitude au-dessus du niveau de la mer.

perou17102014-1
Cordillère Blanche

« Les petits glaciers de la Cordillère Blanche sur les plus affectées par le changement climatique », tel est le constat émis par le gouvernement en rendant publiques les données d’une étude effectuée en marge de la réunion globale sur le changement climatique qui se tiendra à Lima, capitale de ce pays sud-américain, au mois de décembre (entre le 1er et le 12 décembre). 70 % des glaciers tropicaux du monde (ils sont situés entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne) se trouvent au Pérou et ces derniers sont extrêmement sensibles au réchauffement des températures liées au changement climatique mondial.

Le Pérou a répertorié actuellement 8355 lacs d’altitude répartis sur les 19 cordillères du pays. 2679 glaciers tropicaux occupent une superficie de 1300 kilomètres carrés, ils séparent la région côtière avec la région amazonienne. Le rapport précise que le glacier Pastoruri, le plus visité par les touristes nationaux, dont les sommets permettent aux visiteurs la pratique du ski et autres sports de glisse, a diminué de 52 %.

Dans les prochaines années, 90 pour cent des 2679 glaciers pourraient disparaître, un terrible constat dévoilé par l’Autorité de l’eau du pays dans son rapport qui fait l’inventaire des glaciers depuis les années 1970.

La Unidad de Glaciología y Recursos Hídricos (UGRH) de la ANA a réalisé ce rapport pour fournir des informations techniques et scientifiques et permettre ainsi la prise de décisions adaptées face au changement climatique. La cordillère Blanche située dans la région andine de Áncash, est la plus prolifère en matière de glaciers, elle en compte 755, mais elle est aussi la plus impactée avec 87 % de glaciers inférieurs à un kilomètre carré. Les autres cordillères comportant des glaciers sont Vilcanota, Vilcabamba et les régions plus au sud de Cusco et Puno (avec environ 374 glaciers).

Glacier Pastoruri
Glacier Pastoruri

La cordillère Blanche (Cordillera Blanca) est la plus haute chaîne de montagnes tropicale de la planète, elle offre le plus haut sommet tropical du monde, le mont Huascaran qui culmine à 6 768 m.

La calotte glacière de Quelccaya située dans la cordillère orientale, à 160 km de l’ancienne capitale andine inca, Cuzco, est la plus vaste zone glacière des tropiques avec 44 km², mais elle a reculé sérieusement ces dernières années sous le coup du réchauffement climatique.

En réalisant la cartographie de la superficie des glaciers et lacs d’altitude, les scientifiques espèrent pouvoir prendre des mesures concrètes en faveur de la population en veillant au mieux « à la gestion des ressources hydriques » (réserve d’eau douce). Environ 70 pour cent de l’énergie du Pérou est hydroélectrique, la fonte des glaciers pourrait coûter à l’industrie énergétique du Pérou entre 40 et 600 millions de dollars.

« Cet inventaire des glaciers est un document très important, car il fournit les informations nécessaires pour prendre des décisions. L’un de nos rôles est de promouvoir des mesures institutionnelles d’adaptation au changement climatique, mais aussi d’exploiter les possibilités et de réduire la vulnérabilité à ce phénomène », a déclaré Fernando Chiock spécialiste du ministère de la Conservation et de la planification des ressources en eau de l’ANA.

perou17102014-3Tous les ans, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques ou UNFCCC (United Nations Framework Convention Climate Change) organise une conférence internationale pour tenter de mettre en place des politiques communes de lutte contre le changement climatique. Ces conférences se nomment Conference of Parties (COP). Celle de 2014 sera la vingtième, elle aura donc lieu à Lima au Pérou, la COP 21 qui aura lieu à Paris en 2015 doit mettre en place des engagements solides pour tous les pays afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

(Aline Timbert)