L’État péruvien a signé il y a quelques jours un contrat de concession de 20 ans au consortium formé par l’entreprise française Pomagalski, conceptrice de solutions de transport par câble, et la société péruvienne ICCGSA, pour prendre en charge la construction, la conception et la mise en place du projet de télécabines du site archéologique de Kuélap pour un montant de 17 millions de dollars.

perou20102014-1
Signature du contrat en présence d’Ollanta Humala

Le président de la république péruvien, Ollanta Humala, a souligné que ce projet de téléphérique pour le site archéologique de Kuélap, situé dans la région Amazonas, devrait permettre à la région nord du pays d’apporter une offre touristique plus complète et compétitive comme celle du sud.
« Kuélap peut être un second Machu Picchu, tranquillement, et peut faire surgir et créer un circuit touristique et économique important dans la zone nord-orientale », a-t-il affirmé lors de la signature du contrat. Le chef de l’État a par ailleurs ajouté que ce projet témoigne de la confiance accordée au Pérou, un pays qui génère des investissements et qui permet aux entreprises étrangères de s’impliquer dans l’économie « c’est parce que le Pérou suscite la confiance que nous avons une économie robuste et que nous faisons ce qu’il faut faire pour résoudre jour après jour nos problèmes, de cette façon nous sommes en train d’œuvrer pour que le tourisme au Pérou continue à grandir ».

Parmi les offres touristiques situées au nord du pays, le président de la République a mentionné les pyramides de Motupe, Kuélap, les plages du Nord comme Colán ou encore les mangroves de Tumbes (une zone naturelle d’exception).

« Avec Kuélap, nous pouvons articuler tout un pack touristique aussi compétitif qu’au sud », a précisé le dirigeant sud-américain. Les cabines du téléphérique devraient être en fonction en 2016, chacune d’entre elles pourra transporter 26 personnes sur un parcours de 4 km à une vitesse moyenne de 22 km/h, ce qui devrait réduire le temps de trajet de presque 3 h à pied à 20 minutes, de quoi motiver les touristes un peu réticents. Les autorités péruviennes espèrent attirer annuellement plus de 100 000 touristes.
La ministre du Commerce extérieur et du Tourisme, Magali Silva a, quant à elle, souligné l’importance de dynamiser le tourisme dans la région amazonienne nord oriental du Pérou, un objectif de 300 000 visiteurs par an pourrait même être atteint selon elle.
« Nous allons pouvoir observer ce paysage qui connecte ce milieu verdoyant avec la culture Chachapoyas, une culture millénaire et qui en plus, a marqué le contact des cultures incas et préincas de notre Amazonie ». Elle a également souligné que ce complexe touristique devrait être à l’origine de la création de 150 emplois.

perou20102014-2
Présentation du projet Telecabinas de Kuélap

Le Mincetur considère que le projet de télécabines de Kuélap permettra de renforcer l’offre touristique de cette zone actuellement impulsée par la Ruta Moche.
À terme, ce sont environ 1000 passagers par heure qui pourront être transportés via ce système aérien. Ce projet devrait par ailleurs permettre aux populations locales de voir leur niveau de vie s’améliorer, l’augmentation des touristes dans la région devrait permettre le développement de l’artisanat, de l’hôtellerie, des transports, mais aussi des infrastructures en électricité ou encore des routes. Le service de télécabines débutera dans la station d’embarquement situé dans le district de Tingo Nuevo, où les visiteurs seront transportés dans des bus touristiques et parcourront environ 3 km avant d’accéder à ce moyen de transport leur permettant d’observer une vue unique.

Superbement située à environ 3000 m d’altitude au-dessus du niveau de la mer, la cité de Kuélap (redécouverte en 1843 par le juge de Chachapoyas Juan Crisóstomo Nieto) s’étend sur 460 hectares et offre un panorama unique sur la végétation environnante, elle constitue le plus vaste et le plus significatif site chachapoya. À cette altitude, la forêt tropicale (la selva) regorge de forêt de nuages qui abritent de superbes broméliacées et orchidées qui recouvrent les remparts de la cité archéologique.

perou20102014-4
Remparts de Kuélap

À son apogée, Kuélap réunissait jusqu’à 3500 habitants, au milieu d’un voile de nuages, d’ailleurs le nom Chachapoyas signifie « peuple des nuages », une référence à leur environnement naturel aussi merveilleux qu’exigeant. Sa structure principale est une imposante forteresse longue de 600 m et large de 120 m, en son sein se trouvent les vestiges de plus de 400 édifices circulaires autrefois couverts de toits de chaume pentus et coniques. Bien que certains vestiges proches de l’entrée principale remontent au VIe siècle après Jésus-Christ, ce que l’on sait, grâce à la datation au carbone 14, permet d’affirmer que la majeure partie de la construction a été bâtie par les Chachapoyas entre 900 et 1100.

perou20102014-3À plus de 1350 kilomètres de distance de la capitale Lima, Kuélap est l’un des trésors archéologiques les mieux gardés du Pérou, nul doute qu’avec un accès facilité, les touristes vont affluer pour découvrir ce lieu unique empreint de l’histoire précolombienne qui a façonné la forte identité culturelle de ce pays.

Le célèbre site inca du Machu Picchu situé dans les Andes attire chaque année près d’un million de visiteurs nationaux et étrangers, de qui donner envie aux autorités d’étendre leurs offres touristiques pour booster l’économie nationale. Reste à savoir quelles seront les mesures environnementales prises pour éviter que ces vestiges ne soient malmenés par une trop forte fréquentation, ce qui est malheureusement le cas pour le Machu Picchu qui pourrait faire son apparition sur la liste des sites en péril de l’UNESCO.