perou20112015

Alors que le phénomène météorologique El Niño s’annonce marqué cette année, le Pérou s’apprête à protéger le matériel archéologique qui pourrait être impacté par les conséquences de sa forte activité. Le Ministère de la Culture du Pérou a mis en action une seconde phase pour mener à bien des travaux de prévention dans les zones à risque comprenant des sites historiques; plus de 2 millions de dollars vont être investis dans cet objectif, les régions à bénéficier de ces crédits sont plus particulièrement Tumbes, Piura, Lambayeque, La Libertad, Lima et Ica.

46 monuments archéologiques répartis sur le territoire vont faire l’objet d’une surveillance accrue, parmi lesquels les célèbres lignes de Nazca, mais aussi le site de Mateo Salado et les géoglyphes de Yanacoto à Chaclacayo, tous deux situés dans la province de Lima; le site archéologique de Tambo Colorado, à Pisco; mais aussi La Centinela, à Chincha.
Les spécialistes de la Commission technique ENSO 2015-2016 ont pris en compte cinq critères pour sélectionner en priorité des monuments localisés, dans des régions où les pluies intenses engendrées par Le Niño pourraient avoir des conséquences désastreuses, les constructions en adobe s’avèrent fragiles, mais aussi les vestiges se trouvant au bord de cours d’eau, des crues pourraient détruire des lieux inscrits au patrimoine.
Ont également été pris en compte des monuments qui sont actuellement en cours de restauration où ceux très fréquentés par le public afin de maintenir les services aux visiteurs opérationnels, il s’agit de préserver l’économie du secteur touristique pendant une période qui s’annonce compliquée à gérer.

Les travaux de prévention dépendront des besoins de chaque monument, cela peut concerner la solidification des structures, l’étayage, la restructuration de parois, des travaux de canalisation, le curage des cours d’eau et autres. Ces ouvrages devraient culminer au mois de décembre prochain.

En outre, le ministère de la Culture explore des possibilités de financement pour continuer le travail de surveillance du phénomène El Niño afin d’anticiper les problèmes et de les résoudre aux mieux, par ailleurs, en coordination avec la Direction générale de la politique d’investissement du ministère de l’Économie et des Finances, un atelier sur la formulation de projets d’investissement publics d’urgence a été organisé.

Selon les prévisions, le Pérou pourrait être l’un des pays les plus touchés par le phénomène El Niño. Ce phénomène météorologique survient en réchauffant la surface du Pacifique, ce qui affecte principalement l’Asie du Sud, l’Australie et l’Amérique du Sud. Il se caractérise par l’entrée d’une masse d’eaux chaudes à surface de l’océan, depuis le Nord en ce qui concerne le Pérou.
Ce réchauffement provoque des changements climatiques anormaux qui affectent la pêche et provoque aussi des précipitations intenses en zones côtières ou encore de sévères sécheresses.
D’une façon générale, El Niño surgit au retour des beaux jours et s’amplifie jusqu’à son climax qui survient vers la fin décembre – d’où le nom dont les pêcheurs d’Amérique centrale l’ont affublé, l' »enfant Jésus », en référence à la Nativité. Ce doux surnom dissimule malheureusement un fort potentiel dévastateur.

Afin de réduire les dommages que pourrait causer le phénomène El Niño, une équipe d’experts de l’Office of Foreign Disaster Assistance (OFDA) des États-Unis a fait le déplacement au Pérou pour soutenir les autorités dans leurs entreprises de prévention en prévision des intempéries.
Brian A. Nichols, l’ambassadeur américain au Pérou, a précisé que ces spécialistes étaient déjà intervenus en faveur des habitants frappés par le tremblement de terre de 2007 à Ica.
« Ils (membres de l’OFDA) ont travaillé en Haïti après le tremblement de terre et ici au Pérou, en 2007 par le tremblement de terre à Ica », a affirmé l’ambassadeur.
Le diplomate a également soutenu que le gouvernement américain propose également une aide financière en procurant une assistance technique pour la construction de centres d’évacuation dans les différentes régions du Pérou.

« Nous sommes dans un processus permanent de coordination sur le sujet du phénomène El Niño. Nous avons convenu d’une réunion mardi et d’une vidéoconférence avec les scientifiques de la NOAA et de la NASA et des experts du gouvernement péruvien. Il y aura une poursuite constante de la collaboration en ce qui concerne les prévisions météorologiques », a déclaré à la mi-septembre le diplomate, qui a noté que le principal marché pour les exportations du Pérou est précisément les États-Unis.