paraguay17122015

Le niveau de la rivière Río Paraguay a atteint 7,09 mètres en raison des fortes précipitations enregistrées ces dernières semaines au Paraguay, une crue à l’origine d’importantes inondations. Devant l’ampleur du phénomène lié à El Niño, la chambre des députés de ce pays sud-américain a déclaré hier, mercredi 16 décembre, l’état d’urgence (une mesure préalablement adoptée par le Sénat) pour les départements de Amambay, Villa Hayes, Ñeembucú, Central et Concepción, ainsi que pour la capitale Asunción.

Les inondations de ces derniers jours ont contraint les autorités à évacuer près de 45 000 personnes, 88 refuges ont été ouverts à proximité de la capitale, et ce sont plus de 8000 familles qui y ont trouvé un abri. Ce sont 100 000 personnes qui vivent en zones inondables à Asunción, des quartiers appelés Bañado Sur et Bañado Norte.
Dans la zone de el Bañado Sur, 39 refuges ont accueilli 4599 familles, et 3635 ont été placés parmi les 49 refuges de la zone el Bañado Norte. La rivière Río Paraguay parcourt 900 km à travers le pays et son affluent se situe au Brésil, selon la Direction nationale de météorologie, la crue est la troisième plus importante enregistrée sur le territoire en rapport avec le phénomène climatique El Niño.

Le gouvernement, à travers le SEN (Secrétariat d’urgence nationale) assure l’évacuation des personnes sur une base quotidienne afin qu’elles soient installées dans les 67 abris répartis dans diverses zones de la capitale paraguayenne, certains d’entre eux dans des installations de l’armée.

Le Río Paraguay, qui mardi enregistrait une hauteur de 6,98 mètres est passé à 7,09 mètres hier, selon des sources de la municipalité d’Asunción. La plus forte crue avait été enregistrée en 1983 avec un niveau de 7,72 mètres.
Le SEN  n’exclut pas que la rivière continue sa progression dans les prochains jours et il pourrait atteindre pour les fêtes Noël 7,5 mètres de hauteur en raison des pluies qui continuent de s’abattre.

« Les familles pauvres vivent des moments difficiles. La déclaration d’urgence va permettre un plus grand soutien », a affirmé María Carísimo, qui a promu la mesure.
La députée de l’opposition Olga Ferreira a regretté que les autorités municipales ne se soient pas mobilisées pour venir en aide aux sinistrés : « Des familles entières fuient et trouvent refuge sur des toits précaires. Cela montre que les autorités locales et nationales n’ont pas pris des mesures pour remédier à ce problème ».
Les embarcations de fortune sont devenues les principaux moyens de transport dans los Bañados d’Asunción qui au grand désespoir de la population prend des allures de ville lacustre.

Les inondations sont par ailleurs à l’origine de préoccupations d’ordre sanitaire, avec l’eau en abondance, les moustiques porteurs de maladie risquent de proliférer en apportant des maladies endémiques en zones tropicales, comme le chikungunya, la dengue ou encore le virus zika. El Niño devrait produire des effets en Amérique du Sud jusqu’à la fin du mois de février.
« Les impacts du changement climatique El Niño 2015-2016 seront amplifiés par la variabilité décennale et le réchauffement climatique », et « au milieu des conditions de vulnérabilité économique, environnementale, sociale et politique« , a déclaré l’Organisation météorologique mondiale.

Comme conséquence du réchauffement des eaux de surface de l’océan pacifique, certaines régions sont actuellement frappées par des précipitations importantes comme la capitale du Paraguay ou encore l’Amazonie péruvienne, tandis qu’en Amérique Centrale c’est une sécheresse terrible qui menace le Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Guatemala au point de mettre en péril la sécurité alimentaire de ces populations.