colombie23052016

À l’occasion de travaux d’excavation de ce qui sera le prochain Centro Integral Parque de las Luces (la construction du plus grand centre de développement infantile de Colombie), à Itagüí, au sud de la vallée d’Aburrá, une tombe indigène, datant selon les premières estimations de 2000 ans, a été mise au jour, elle comprend des objets tels que des récipients et des vases.

La tombe a été localisée suite à des travaux de prospection effectués par la Société pour la recherche et les études des sociétés, du patrimoine, de l’environnement et d’histoire, Sipah, qui conservera la garde des éléments dénichés jusqu’à ce que les recherches scientifiques soient terminées.

« Heureusement la découverte de cette zone n’a aucune incidence sur sa conception structurelle; alors nous parlons avec le secrétaire de l’infrastructure de la municipalité, pour voir s’il est possible que la tombe soit maintenue telle quelle, sans bouger », a déclaré Juan Pablo Díez Ramírez, anthropologue et architecte responsable de la découverte.

Selon les premières expertises de Sipah Corporation, il s’agit d’une tombe native de la période Marrón Enciso (appelée ainsi en raison des céramiques de couleur marron avec des décorations gravées) remontant à plusieurs siècles et qui occupait alors la région. Ramirez Juan Pablo Diez, a expliqué à El Colombiano que des tests spécifiques sont effectués à Miami. « Cela pourrait contenir des restes humains incinérés, de la nourriture pour les dieux comme des huiles et les graines, ou l’enfouissement de parties du corps liées à l’accouchement, comme des placentas. »

Les pièces, selon l’archéologue ont été trouvées dans un puits en direct, à savoir, une excavation circulaire et droite d’une profondeur de 1,50 m.

Diez a déclaré « Nous sommes les premiers en 2000 ans à voir ces pièces. Auparavant la municipalité avait trouvé beaucoup de choses, mais cela a fini par être pillé et endommagé par des voleurs ».
Les chercheurs du Sipah pensent qu’ils pourraient trouver d’autres restes, car selon les coutumes indigènes les urnes funéraires sont généralement enterrées à proximité d’autres. Ainsi, l’équipe scientifique continuera d’accompagner la construction jusqu’à ce que le remuage du sol soit terminé, comme prescrit par la loi 1185 de 2008 sur la protection du patrimoine culturel.

« Il manque encore des tests spécifiques tels que le carbone 14, ils vont avoir lieu à Miami et vont permettre de donner une datation précieuse et d’autres paramètres biologiques qui permettront de déterminer le contenu avec précision », a affirmé l’expert.

C’est sur le territoire maintenant connu comme la région archéologique de Antioquia, qu’on retrouve la céramique Marrón Inciso. Des vestiges de cette culture se retrouvent le long de la rivière Cauca, dans les hauts plateaux de la Cordillère centrale et dans la vallée de Aburrá.

La plupart des objets Marrón Inciso étaient utilisés comme offrandes funéraires ou comme contenants de restes incinérés. Ce type de céramiques a été classifié pour la première fois par Wendell Bennett en 1943 dans son travail de pionnier dans les régions archéologiques de Colombie.

« Cet héritage que nous avons trouvé va rester ici, nous allons le préserver, placer les urnes dans un coffrage en verre afin que les gens puissent les voir », a déclaré Jose Fernando Escobar, secrétaire d’Infrastructure d’Itagui.

En 2007, avec la mise à jour du POT (El Plan de Ordenamiento Territorial), l’Administration municipale d’Itagüí, a défini certaines zones d’expansion urbaine appelés plans partiels, l’un d’entre eux « Ciudadela del Valle » s’est inscrit dans le cadre des différentes phases du programme d’archéologie préventive de Sipah Corporation et des entreprises de construction, afin d’assurer l’identification, la récupération, la sauvegarde et la valeur des biens dans le cadre du patrimoine archéologique de la région.