panama27062016

On trouve de tout dans le canal de Panama, telle pourrait être la conclusion quelque peu triviale du scientifique Tomas Mendizabal, responsable de la classification des pièces archéologiques qui ont été trouvées au cours des travaux d’extension du canal de Panama. Dans un article publié dans les pages de BBC Mundo, l’expert a confié que, depuis 2007, environ 2 250 objets ont pu être mis au jour, des traces de différentes périodes de l’Histoire de ce pays centre-américain qui remontent jusqu’à l’époque précolombienne, à savoir avant la découverte de la région par les conquistadors espagnols.

Des dents, des incinérateurs d’ordures, des poignards, des restes de ponts ou encore des cimetières abandonnés ont refait surface. La plupart des trésors trouvés au cours des excavations étaient des restes de machines industrielles. « C’est un plaisir de travailler sur cette zone parce que nous parlons d’une grande surface de sorte qu’il existe des témoignages de toutes les périodes », a indiqué Tomas Mendizabal.

Parmi les objets qui ont le plus retenu l’attention de l’expert, l’un d’eux remonte à la période coloniale, il s’agit d’un poignard en acier, qui était en parfait état, malgré le nombre d’années qui se sont écoulées. Les dates de l’objet sont estimées entre 720-700 av. J.-C., soit un objet de 2 700 ans.

Ces 2250 objets permettent de se rendre compte de l’histoire commerciale de l’isthme de Panama depuis l’époque pré-colombienne et permettent de démontrer le rôle essentiel du trafic réalisé à Panama depuis des siècles.

« La majeure partie des objets que nous avons trouvés est relative à l’inclusion de Panama en tant que clé du transit global « , a dit Mendizabal à la BBC. « Il me semble curieux, pour ne pas dire étonnant de creuser dans un village isolé dans la jungle du Panama et de trouver des produits européens de la céramique avec le Mexique, » a déclaré Mendizabal. « La mondialisation se retrouve dans une benne à ordures du XIXe siècle perdue dans la jungle panaméenne », ajoute-t-il. L’une des pièces les plus anciennes trouvées lors des fouilles d’expansion est une dent humaine datant de centaines d’années avant l’arrivée des Espagnols.

Par ailleurs, l’Autorité du canal de Panama (ACP) a fait mention de 8862 échantillons paléontologiques trouvés lors des travaux d’élargissement, dans le cadre d’un projet développé entre 2008 et 2012 par l’entité autonome panaméenne en partenariat avec le Smithsonian Tropical Research Institute ( STRI).

« Le trésor est énorme. Imaginez avoir tous ces fossiles d’animaux et de plantes cachés là jusqu’à présent, jusqu’à ce qu’on ouvre une brèche inestimable sur le passé via l’accès aux roches du Canal », a déclaré une chercheuse de l’Institut Smithsonian Oris Rodriguez.

« Les ouvriers et les travailleurs du canal devaient être formés et sensibilisés pour sauver les pièces en raison de la taille du projet archéologique. Chaque fois que quelqu’un a trouvé quelque chose, il a appelé l’archéologue, qui dans les 24 heures devait se rendre sur place pour évaluer l’objet », a ajouté Zuleika Mojica, spécialiste de la protection environnementale du Programme d’agrandissement du canal ». Pendant ce temps, Mojica a tenu à souligner qu’il s’agit d’une des régions les mieux étudiées du Grand Darién, une zone de marais et de forêt située à la frontière entre la Colombie et le Panama, d’environ 160 km de long et 50 km de large.

« Les archéologues analysent le contexte afin d’établir ce qui est arrivé et ainsi reconstituer les modes de vie du passé ». Pour Mendizabal, le plus délicat et le plus intéressant est que chaque objet étudié soit accompagné par des informations concrètes relatives à son contexte. L’Autorité du canal de Panama a la garde de ces trésors archéologiques qui seront exposés après la fin de la cérémonie d’ouverture de l’élargissement qui s’est tenue hier dimanche 26 juin 2016.

L’ouverture d’une troisième voie de navigation devrait permettre de s’adapter aux nouveaux enjeux économiques et à la taille de plus en plus démesurée des bateaux-cargo. L’expansion, dirigée depuis 2009 par la compagnie espagnole Sacyr et l’Italienne Impregilo Salini, s’est conclue avec une année et demie de retard en raison, entre autres, de grèves et de défauts de construction, comme l’a rappelé l’agence de nouvelles britannique Reuters. Un porte-conteneur chinois baptisé pour l’évènement Cosco Shipping Panama s’est engagé le premier dimanche dans le canal de Panama élargi.